Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 22:45
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs

Jusqu'ici familier en Afrique, en Espagne ou dans le midi, le petit Héron garde-boeufs (Bubulcus ibis) apparaît de plus en plus dans nos paysages. On oubliera de noter que c'est sans doute un signe du réchauffement climatique ;-(

En septembre dernier, certains avaient séjourné sur les îlots de la Loire, mélangés à une colonie d'autres Hérons, Grandes aigrettes et Aigrettes garzettes. Cette fois, c'est carrément la prairie du Mont qui est longuement traversée par un spécimen de cette espèce, en plumage hivernal. Pourtant, pas d'autre "bétail" ici que les  Chevreuils et chevrettes au petit matin !

Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs

Quelques jours apès, voici un petit Héron blancqui se déplace tranquillement en bas du Mont en compagnie d'une Aigrette garzette agitée.  C'est à nouveau notre garde-boeufs, qui est donc resté dans les environs... et qui n'a pas l'air de vouloir s'éloigner.

 

Bienvenue au Club !

 

Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs
Visite improbable sur la prairie du Mont : un Héron garde-boeufs

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 21:36
Rougequeue à front blanc ; Chardonneret élégant
Rougequeue à front blanc ; Chardonneret élégant
Rougequeue à front blanc ; Chardonneret élégant
Rougequeue à front blanc ; Chardonneret élégant
Rougequeue à front blanc ; Chardonneret élégant
Rougequeue à front blanc ; Chardonneret élégant
Rougequeue à front blanc ; Chardonneret élégant
Rougequeue à front blanc ; Chardonneret élégant

Samedi 23 avril, la BalbuFête avait réuni au Mont, entre autres, un important cortège d'ornithologues patentés, tous "fans" de Balbuzards pêcheurs... mais preneurs aussi de toute "coche" de l'année.

Ce mâle de Rougequeue à Front blanc (Phoenicurus phoenicurus) surfant et chantant sur les pousses sommitales des pins a donc eu l'honneur d'observations multiples et qualifiées.

Rappelons que cette espèce migratrice peu courante, apparue en 2012, et probablement nicheuse dans un des trous des vieux murs de la maison, est revenue ici fidèlement les années suivantes.


Plus de détails sur oiseaux.net

Rougequeue à front blanc ; Chardonneret élégant
Rougequeue à front blanc ; Chardonneret élégant
Rougequeue à front blanc ; Chardonneret élégant
Rougequeue à front blanc ; Chardonneret élégant

De même, le Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) est devenu familier au Mont. Faute des graines de chardons avant l'automne, l'espèce se nourrit couramment au sol de celles des pissenlits...

 

Plus de détails sur oiseaux.net

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 21:44
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur

Chaque printemps nous ramène un ou plusieurs Grèbes huppés (Podiceps cristatus) que nous sommes heureux de retrouver... en plumage nuptial.

Relativement peu farouche, ce très bel oiseau se laisse approcher et photographier... Mais quand il est en période de pêche, il passe plus de temps sous l'eau qu'en surface : brusque disparition, puis réapparition à un endroit improbable, l'observateur a toutes les raisons d'être décontenancé !

En effet, ce plongeur exceptionnel peut descendre à plusieurs mètres sous l'eau, jusqu'à 20m de profondeur, quelquefois pendant 3 minutes. Mais il peut aussi y parcourir plusieurs dizaines de mètres et remonter de forts courants..

 

Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur

Le Grèbe huppé n'est pas qu'un plongeur exceptionnel : il est aussi un spectaculaire coureur sur l'eau, que ce soit pour changer d'emplacement ou pour préparer son envol.


 

Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur
Portrait : le Grèbe huppé, élégant séducteur et fieffé plongeur

Mais lil faut surtout assister à ses spectaculaires rituels nuptiaux : des séries d'étonnantes figures coordonnées, suivies d'une sorte de danse face à face, et d'une course éperdue côte à côte...

Malheureusement il est rare que l'on assiste à ce ballet époustouflant, et plus encore qu'on puisse le filmer dansdes bonnes conditions. Les deux vidéos qui suivent sont donc empruntées à YouTube...

 

Plus de détails sur oiseaux.net

Partager cet article

Publié par Jim - dans Portrait
commenter cet article
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 21:37
Carnets de campagne : menaces... et espoirs

Jeudi 14 avril à 12h 30/12h 45 sur France Inter : nous sommes à nouveau invités dans cette excellente émission pour faire le point sur le projet de pont sur la Loire qui menace notre magnifique biodiversité à Mardié.

 

Mais après, Philippe Bertrand s'intéressera à notre initiative BalbuCam, à l'occasion du lancement récent de balbucam.fr .

 

Pour ceux qui ne suivraient pas de près le "direct", Sylva a pondu son premier oeuf le 11 avril, et on attend le suivant pour demain jeudi 14 matin...

Bonnes observations... Puis bonne écoute !
 

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
9 avril 2016 6 09 /04 /avril /2016 18:31
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste

Le printemps est un poète magnifique
Ou plutôt un poète qui magnifie.
Qui magnifie la nature.


Il prend les grands squelettes sombres et décharnés de l'hiver, et commence à les garnir légèrement de chatons ou de bourgeons aux couleurs tendres. Ce n'est pas encore le vert qui domine : ce sont les roses, les beiges, les jaunes. Et quand le vert apparaît, il est encore très clair et proche de ces jaunes

Puis pour transformer ces palettes de teintes pointillées, il joue avec les intempéries. C'est le rôle des giboulées : la pluie ravive les couleurs que les brumes avaient estompées. Le vent les agite comme pour les mélanger. Et  la lumière d'une soudaine éclaircie met le feu aux grandes frondaisons...

Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste

Il faut alors venir plus près pour découvrir les textures, se gonfler les poumons de odeurs... Et se rapprocher encore pour se noyer dans les fleurs des fruitiers, s'étonner des chatons qui sont en réalité des accumulations de fleurs, admirer chacune de ces constructions étonnantes que nous propose une nature dont l'imagination est sans limites.

Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste

Les fleurs des arbres s'en donnent à cœur joie pour enchanter les paysages, mais les fleurs qui commencent à garnir les bois, les prairies et les jardins sont autant de rencontres charmantes que nous offre le printemps après le silence de l'hiver.

D'autant que certaines de ces fleurs sauvages peuvent aussi transformer le paysage en recouvrant le sol sur des grandes surfaces ; c'est le cas actuellement, par exemple, des Pervenches et des Jacinthes sauvages qui dans les bois déroulent des tapis bleus...

Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste
Le printemps impressionniste

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 18:40
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau

Malgré un temps détestable, et notamment des forts vents du nord chargés de pluie, les migrations prénuptiales sont bien parties, notamment en ce qui concerne les Anatidés, les Limicoles, les Hirondelles.
 

Un couple de Harle bièvre(Mergus merganser) fait une longue halte devant Le Mont, où doivent circuler des bancs de poissons : signalés hier déjà par des rassemblements de Grands cormorans, de Grandes aigrettes, de Hérons cendrés, et d'aigrettes garzettes.


La femelle du Harle se fait remarquer par sa perruque rousse à géomètrie variable qui fait inévitablement penser à celle de Donald Trump. La comparaison s'arrête là : Madame Bièvre, elle, a toute sa tête...

Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau

Le mâle, pour sa part, porte une élégante tenue de soirée en noir et blanc.

Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau

Mais à la plongée, tous deux sont champions à égalité : en apnée pendant vingt à trente secondes, ils peuvent descendre jusqu'à dix mètres de profondeur. Autant dire qu'ils sont des fameux pêcheurs !

Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau

Alors que l'on pouvait observer de nombreux vols de Cygnes, voici soudain qu'est passée une silhouette inattendue : celle d'une Grue cendrée remontant la Loire. Egarée de sa colonie ?


Sur la rive nord du fleuve, des nuées d'Hirondelles de rivages et d'Hirondelles rustiques
Plus un Canard souchet mâle. Et toujours beaucoup de Foulques macroules.


Dès que le déluge laissera place à un rayon de soleil, allez vite randonner sur les bords de Loire : ça commence à être intéressant !

Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau

Voire très intéressant : notre ami Cyril Maurer a surpris hier au Fer à Cheval un magnifique groupe de six Avocettes élégantes : nous en reparlerons.

Autres observations :  Hirondelles de rivages et Hirondelles rustiques,  et huit  Sternes pierregarin. Dans la réserve de Courpain,  deux Canards siffleurs.

Photo de Cyril Maurer

Photo de Cyril Maurer

Et puis, à ne pas manquer lors de vos promenades, quand il ne sera plus sous l'eau : le spectaculaire Peuplier noir mâle, qui est rentré dans sa phase "chatons", c'est à dire fleurs. Il  est donc entièrement rouge cramoisi !

Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau
Le Harle bièvre,  les migrateurs et les fleurs sous l'eau

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 19:47
EVENEMENT : BalbuCam au cœur de la vie sauvage

Dans notre précédent article, nous terminions sur ce souhait : "rêvons du jour où nous pourrons tout voir de cette extraordinaire aventure naturelle... comme si nous étions sur le nid !".

 

Ce jour est arrivé : en direct, notre tout nouveau site internet balbucam.fr vous plonge désormais dans les scènes familières des Balbuzards pêcheurs, pendant leur saison de reproduction, sur l'aire située non loin de la Loire à Mardié.

 

 

Toute la chaîne de prise de vues, de transfert des images à un routeur, de transmission à un serveur qui distribue les images sur le net devait être prête. Et l'alimentation électrique assurée. Et puis il falllait bien que les Balbuzards titulaires du nid soient revenus, quand même !

Vous les connaissez : Sylva et Titom.

Arrivée de Titom le 21 mars

Arrivée de Titom le 21 mars

La bonne nouvelle s’est alors répandue très vite dans toute l’équipe et dans son entourage, provoquant une première vague de raccordements "sauvages"… et enthousiastes !
Provoquant aussi une grosse baisse de productivité dans certains bureaux, tant cette image de l’aire Balbu fascine, même lorsque son titulaire s’absente un moment…

Le 21 mars, alors que la caméra filmait déjà et que les images étaient diffusées - pour les initiés seulement – voici qu’à 17h, un Balbuzard était détecté sur un perchoir éloigné, en train de consommer un poisson au milieu d’un concert de Corneilles. Et à 18h, il se posait sur l’aire : c’était Titom, rapidement identifié par sa bague orange.

Sylva le 23 mars, puis les retrouvailles
Sylva le 23 mars, puis les retrouvailles

Sylva le 23 mars, puis les retrouvailles

Et voilà que le 23 mars, à l’approche de 13 h, un Balbu se pose sur l’aire, tourné vers le nord. On peut voir tout de suite ses tarses : blancs, non bagués… C’EST SYLVA !

 

Titom débarque juste après, scène de retrouvailles furtive dans une grande agitation d’ailes et quelques "couinements" sonores.

Voilà, mais un récit plus complet des exploits de nos amis sera fait dans la section "blog" de balbucam.fr...

EVENEMENT : BalbuCam au cœur de la vie sauvage

Rendez-vous donc sur balbucam.fr...

Mais pour autant, ne délaissez pas votre blog favori : il continuera fidèlement à parler de toute la biodiversité ligérienne et à la montrer, tandis que BalbuCam ne montrera en principe que  la vie des Balbuzards...

EVENEMENT : BalbuCam au cœur de la vie sauvage

Dans un premier temps, le site ne sera hélas ouvert que de 7h du matin à 19h le soir.


Nous sommes bien conscients de la frustration que cela pourra représenter... Mais il s'agit d'une contrainte économique, liée au coût de la transmission vidéo en téléphonie 4G.

En conséquence, nous faisons un appel au financement collaboratif  pour rassembler les 1500 € qui nous permettraient de fonctionner du matin au soir, surtout quand les petits seront sur le nid cet été.

Un don ne vous coûte que le tiers de la somme versée, MARDIEVAL pouvant vous délivrer une attestation fiscale pour le remboursement des deux-tiers de la somme. Même les apports les plus modestes seront appréciés, par exemple le prix d'une séance de cinéma durant 1h 30.

Pour faire ce don, vous pouvez soit utiliser le paiement en ligne sur le site BalbuCam ; soit envoyer un chèque, libellé à l'ordre de MARDIEVAL, à l'adresse suivante :

Sylvie Boillon  - 360 rue des Moulins  - 45430 Mardié

en spécifiant : "Pour BalbuCam" au dos du chèque.

Merci d'avance, bonne observation !

 

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 07:18
Balbu-passion : vers une nouvelle saison !
Balbu-passion : vers une nouvelle saison !
Balbu-passion : vers une nouvelle saison !

 

Le retour de migration des Balbuzards pêcheurs (Pandion haliaetus)  est en cours.

Beaucoup de nids sont déjà occupés en forêt d'Orléans.

En 2014, notre femelle s'était montrée sur l'aire le 22 et Titom le lendemain.


En 2015, ils avaient été plus tardifs : Sylva le 5 avril, Titom le 7.


Cette année, deux passages ont déjà été constatés, et même l'un photographié le 17 mars pendant la matinée. Mais aucun passage sur l'aire n'a été constaté.

 

Balbu-passion : vers une nouvelle saison !

Préparez-vous  donc à une nouvelle saison qui, nous l'espérons, devrait encore être encore plus grandiose...


Pour ceux qui ne sont pas abonnés à la Balbu-lettre, inscrivez votre adresse e.mail dans l'emplacement prévu à cet effet dans la colonne de droite. Vous recevrez un avertissement à chaque fois qu'un nouvel article sera mis en ligne.




Et rêvons du jour où nous pourrons tout voir de cette extraordinaire aventure naturelle... comme si nous étions sur le nid !




 

(photo-montage JMS)

(photo-montage JMS)

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 14:10
Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !
Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !
Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !
Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !
Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !
Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !
Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !
Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !
Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !

5/03/2016 - Pas moins de cinquante Cygnes tuberculés (Cygnus olor) devant le Mont. Beaucoup de juvéniles reconnaissables à leur absence de tubercules ou à leur couleur grise, souvent en cours de transformation vers le blanc.


Ils circulent très dignement , recomposent leurs alignements, volent un peu pour remonter le fleuve. Ou, adultes, esquissent des rituels de séduction.

Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !
Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !
Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !

Mais le surlendemain, rien ne va plus : Mars se fâche, et brusquement la neige se met à tomber à gros flocons, transformant rapidement le paysage en toundra sibérienne...

Mars et ses giboulées : Cygnes des temps !

La compagnie de Cygnes est partie se mettre à l'abri. Un seul reste, beaucoup moins fier qu'avant...

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 17:46
Au Gui les crécerelles...

La scène se passe il y a un peu moins d'un an, fin mars 2015. Un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) a rapporté sa proie sur les grands Peupliers au fond de la prairie du Mont.

Mais le petit rapace repart vite dans un rapide ballet aérien qu'il partage avec un de ses congénères. 

Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...

Premier constat lorsque nos oiseaux se posent enfin : il s'agit bien d'un couple mâle/femelle, le mâle étant reconnaissable à la tête, la nuque et les côtés du cou gris bleuté.

 

Second constat, qui se confirme au cours des jours suivants : nos deux virtuoses  fréquentent les abords d'une très grosse boule de Gui (Viscum album), se posent sur elle ou juste à côté d'elle très fréquemment.

Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...

Et même, en observant bien, on doit constater que fréquemment, ils se glissent à l'intérieur du Gui, y trouvant un poste d'observation ou en restant à l'intérieur de la boule.

Pour y rentrer, ils n'hésitent pas à s'y laisser tomber verticalement : peut-être dans un "couloir", existant ou créé, que nous ne pouvons pas voir.

Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...

Lorsqu'on arrive à la mi-avril, la période de nidification, nous nous questionnons pour savoir si le nid va s'installer au coeur de la boule. Comment ultérieurement, les jeunes pourraient prendre leur envol dans cet "embrouillamini" végétal ?


Non, finalement, après quelques ballets aériens supplémentaires, notre couple s'éloigne, probablement pas très loin puisqu'on les revoit passer parfois furtivement. Mais les feuillages qui ont poussé nous cachent tout, comme lors de reproductions précédentes.

il faudra donc attendre de longues semaines avant de voir réapparaître des éléments de la petite famille...

Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...
Au Gui les crécerelles...

Partager cet article

Présentation

  • : Loire & biodiversité
  • Loire & biodiversité
  • : Pour vous, nous voulons illustrer ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par des absurdes projets de déviations routières datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, alors nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !
  • Contact

Recherches

Catégories