Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loire & biodiversité

Loire & biodiversité

Pour vous, nous illustrons ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par un absurde projet de déviation routière datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, et nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations

121006 (8)r

Toujours  sur les rives de la Loire, et toujours dans les tonalités mauves claires, la fleur du jour est aussi la fleur de la saison : elle ne passe pas inaperçue dans nos paysages d'automne.

 

L'Aster à feuilles lancéolées (Symphyotrichum lanceolatum), plante très haute et très florifère, peut occuper des grandes superficies ; et quand le soleil chauffe, ces millions de fleurs attirent de nombreux hymènoptères, notamment des abeilles ; qui eux-mêmes peuvent attirer la Bondrée apivore quand la floraison n'est pas trop tardive.

060925 (77)r

101015 (10)shr

 

Là encore, les "puristes" fronceront les sourcils au motif que ces plantes sont originaires d'Amérique du nord. Mais elles sont depuis longtemps naturalisées partout en Europe ; et nous les adoptons volontiers pour la lumière et la couleur qu'elles apportent sur ces rives ligériennes au moment où la grisaille s'installe.

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Portrait

04/10/2012 - Pour patienter en attendant nos champignons de l'automne qui tardent à venir, les sous-bois ayant été asséchés cet été, en voici un bien singulier, puisque son émergence remonte au début juillet...

120717--16-.JPG

A ce moment, il se présente comme un doigt vertical, ou comme un sucre d'orge bien léché, au choix.

Mais où est donc son chapeau ?

 

Soyons patients, il va commencer à se former, mais bien tranquillement :

120724 (98) b montage Ganoderme

 le bout du doigt gonfle au bout d'une quinzaine de jours,et les photos suivantes sont prises quatre jours après, et encore cinq jours après.

 

Encore une semaine, et notre Ganoderme luisant ( (Ganoderma lucidum)) atteindra pratiquement sa taille définitive, avec une surface aussi brillante et dure que si elle était laquée.                       

120806 (42)r

 

Par la suite, notre champignon est toujours là, mais semble amorcer son déclin : il tourne au brun rouge et ternit progressivement du haut en bas.

 

Le voici donc à la fin septembre :

120923-31-se-br-copie-1.JPG

Depuis, et le chapeau et le dessous virent au brun foncé, presqu'au noir.

 

Alors que la plupart de nos champignons familiers ont une existence très précaire, croissant un jour et pourissant le lendemain, ou étant dévorés par des limaces, celui-ci croît particulièrement lentement, et  dure plusieus mois.

 

Durable dans le temps, le Ganoderme, mais aussi "durable" en ce sens qu'il pourrait être utile sur le plan médical :

"Séché et/ou mis en poudre puis présenté sous divers conditionnements, il est utilisé dans les médecines traditionnelles chinoise et japonaise depuis plus de deux millénaires comme fortifiant ou stimulant immunitaire ; surtout, on lui prête des propriétés anticancéreuses qui ont été partiellement confirmées par des études scientifiques" (Wikipedia).

 

A ne pas mélanger avec l'omelette dans la poêle, donc, mais à mettre de côté pour vos vieux jours !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

 1201102--4-se-r.JPG

Une magnifique série documentaire sur les oiseaux migrateurs est diffusée tous les jours à 19h sur ARTE cette semaine.

A ne rater sous aucun prétexte !

Exemple du sujet de ce soir :

"A la découverte des splendeurs de la nature à travers les yeux des oiseaux migrateurs, qui survolent notamment la Camargue, Rome, Venise ou Londres."


Si vous n'avez pas de télé à écran géant dans votre poche, vous pouvez regarder le direct sur votre ordi avec PlayTV .


Si vous avez raté l'épisode d'hier,vous avez une semaine pour un "replay" sur  ARTE +7 .

 

Rediffusion dans la semaine du 8 au 12 octobre à 13h 30 .

 

Vite, c'est maintenant !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Portrait

120925 (35)ar

Automne 2012 : Pour les oiseaux, c'est la saison des regroupements, des grands vols collectifs de centaines ou de milliers d'individus, et des migrations individuelles et collectives.

Sur la Loire, la plupart des spectaculaires "vols en V" sont ceux des Grands cormorans.

 

090709 (12)1318

Le Grand cormoran (Phalacrocorax carbo) n'est pas qu'un expert en vols organisés : c'est avant tout un plongeur remarquable. Lors des grands rassemblements de piscivores sur les bancs de poissons qui se déplacent dans le fleuve, eux aussi de saison (revoir notre article Curée de folie sur un banc de poisson…), ils sont là les premiers, comme s'ils s'étaient signalés l'aubaine par tweets, et ce sont eux qui tirent le plus de poissons.

En Asie, notamment sur le Mékong, ces oiseaux sont d'ailleurs dressés pour pêcher pour le compte de leurs maîtres.

peche au Cormoran

 

Une particularité : leur plumage n'étant pas étanchéifié comme ceux d'autres espèces de plongeurs, on verra les cormorans étendre leurs ailes au soleil et/ou au vent pour les sécher après la pêche.

120930 (45)se montage messe

 

Pourtant, le Grand cormoran est un "mal-aimé", pour ne pas dire qu'il est persécuté.

Sur la Loire, on ne l'admet pas vraiment comme autochtone, au motif qu'il aurait une vocation plutôt marine.

On lui reproche d'épuiser la ressource halieutique. De s'en prendre aux élevages en bassin.

Et comme les cormorans vivent beaucoup en colonies, leurs regroupements en nombre font peur...

060924 montage groupe de cormorans

Alors on laisse les chasseurs les détruire à volonté certains jours.

Mais les espèces s'adaptant généralement à leurs ressources alimentaires, il suffira à la colonie d'être un peu plus productive à la prochaine reproduction !

 

Et nous continuerons longtemps à contempler avec plaisir les beaux vols familiers de cet oiseau remarquable...

111001 (24)a r

060718 (017)a

051019 (003)r

 

Plus de détails sur oiseaux.net

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

120928 (11)ma r

28/09/2012 - Ce matin encore, nous étions dès le lever du jour à l'affût du Martin pêcheur. Trois heures à ajouter à des dizaines et des dizaines d'autres, passées essentiellement à attendre en guettant seconde après seconde le vol furtif de nos héros, et à espérer d'eux un arrêt de quelques  secondes, ou avec un peu de chance de quelques minutes, sur l'un de nos perchoirs.

 

Des milliers de photos que nous avons réussies, nous avons tiré un album dont un de nos visiteurs a pu écrire en commentaire : "Superbe série animalière, félicitations pour ce travail" !

 120924-Album-4b-copie-1.jpg

 

Pourtant, je m'adresse à vous : je ne suis pas certain que vous ayez été les voir. En effet, le compteur des "pages vues" est resté bien trop calme, ce qui permet de penser que vous n'avez pas ecore trouvé un moment pour rendre visite à nos charmants petits amis.

C'est maintenant le week-end, avec plus de temps et moins de préoccupations : prenez le temps de visionner l'Album 4b - Martin pêcheur 2012, de faire tourner le diaporama, et de savourer chaque rencontre aves ces oiseaux magiques... Vous ne serez pas déçus !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Espèces et territoires

120921 (79)se r

 

Comme vous le savez, le Martin pêcheur est notre oiseau "chouchou". Mais sa présence n'étant pas continue, nous le guettons avec assiduité.

Depuis le début août, au moins deux jeunes de l'année, femelle et mâle, sont réapparus dans le secteur. Nous avons donc repris des affûts très réguliers au bord de la Loire, ainsi que des observations plus distantes depuis le Belvédère Genevoix.

 

Avec Thomas Lemoine, nous avons pris des centaines de photos de l'un ou de l'autre, seuls ou à deux, posés ou en vol, parfois dans des postures de séduction ou en poursuite amoureuse. Et ce, sur des perchoirs placés par nous aussi bien que sur leurs rochers favoris, en digiscopie ou au téléobjectif.

 

120921 (82)se r

 

Nous vous offrons aujourd'hui une sélection de plus de soixante-dix photos parmi les meilleures de cet été 2012 dans l' Album 4b - Martin pêcheur 2012. Cette sélection pourra être progressivement complétée.

120829 (144)se r

 

Prenez donc le temps d'une promenade de rêve dans l'univers de nos deux petits sauvages.

120817 (39)se ar

 

Et comme vous en redemanderez, profitez-en pour revoir l' Album 4a - Martin pêcheur  : vous y retrouverez des scènes exceptionnelles que vous ne verrez nulle part ailleurs !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

120922 (26)aTom

(Photo Thomas Lemoine)

Depuis quelques années, le passage de l'été à l'automne est accompagné de l'arrivée en nombre sur la Loire, en aval du Mont, de Grandes aigrettes : quatre en 2007, vingt cinq en 2009, trente en 2011.

 

Pendant tout l'été, un seul de ces grands ardéidés fréquentait régulièrement le secteur. Ce matin, nous avons assisté à l'arrivée depuis l'amont du fleuve d'un groupe de sept Grandes aigrettes.

120922 (1m)

120922 (9)se ar

Elles se sont rassemblées devant l'île des Baffaits, exactement au même emplacement que les précédentes années. Tout laisse donc à penser que cette petite "colonie" comporte des "habituées" qui reviennent maintenant d'année en année. Battrons-nous le record cette année ?

 

Le portrait de la Grande aigrette a été fait dans notre article Les grandes aigrettes de nos automnes du 1/10/2011.

 

Les photographes trouveront beaucoup de plaisir avec cet oiseau aux attitudes très "graphiques".

120922 (34)se ar

 

Mais leur approche doit être très prudente : même si elles sont un peu moins farouches que les Hérons cendrés ou pourprés, elles ne se laissent pas approcher à découvert, et s'envolent en protestant contre ceux qui les dérangent !

120922 (24)aTom

(Photo Thomas Lemoine)

Et attention à ne pas confondre le grand héron blanc avec l'Aigrette garzette, de taille très inférieure, comme on le voit sur cette photo où notre Grande aigrette estivale est au milieu de ses petites cousines :

 

120921 (5)se r

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Espèces et territoires

Aucun d'entre vous n'a tenté sa chance : tant pis pour le cadeau que vous auriez pu gagner facilement, ne serait-ce qu'en citant le Lézard vert qui avait été donné en exemple !

 

Voici donc- presque en totalité - les quinze espèces "habitant" les cavités de notre belvédère :

110416 (76)m ins gas

- Deux Insectes : le Lucane cerf-volant (Lucanus cervus) dont la larve est saproxylophage (qui consomme uniquement du bois mort) ; et l'Abeille charpentière (Xylocopa violacea) qui  n'est pas xylophage, mais creuse son nid dans les bois tendres et désséchés.

- Quatre Gastéropodes : l'Escargot petit-gris (Helix aspersa) et l'Escargot de Bourgogne (Helix pomatia) ; la Grosse limace rouge (Arion rufus) et la Limace léopard (Limax maximus).

 

120511 (4) mont rept

Cinq Reptiles :

- Le Lézard vert (Lacerta bilineata) et le Lézard des murailles (Podarcis muralis ).

- L'Orvet commun (Anguis fragilis) qui est un Lézard et non un Serpent (au centre).

- La Couleuvre coronelle (Coronella austriaca) et la Vipère aspic (Vipera aspis).

 

120918 (128)m mamm

Et quatre Mammifères : le mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus) ; le Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus) ;

le Ragondin (Myocastor coypus) ; la Taupe commune (Talpa europaea).

 

Beaucoup d'espèces relativement communes... A l'exception du Lucane cerf-volant, espèce "protégée" qui figure à  l'Annexe 2 de la Directive Habitats NATURA 2000.

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Espèces et territoires

080628 (48)montage br

Beaucoup d'entre vous connaissent le Belvédère Genevoix : environ 230 parcours de découverte ont démarré à Mardié depuis ce lieu. Sur un angle de presque 180°, on peut en effet y contempler un exceptionnel panorama ouvert, à dominante naturelle, avec vue sur plusieurs kilomètres de la Loire ; sur une grande île et des ilôts, des grèves, des falaises, trois clochers ; et sur la Sologne en face, dans les lointains.

Situé à environ un kilomètre de la maison de Maurice Genevoix, notre point de vue est proche de celui qui avait séduit  le grand écrivain qui recherchait une maison au bord de la Loire alors qu'il venait de recevoir son Prix Goncourt. En lien, sa description de ce paysage.

 

120706 (58)montage Belvedere r

On peut aussi y commencer les observations de la biodiversité végétale et animale du Val, lointaine... ou proche. Voire très proche : le Belvédère étant établi sur une accumulation de coupes de grands peupliers et de déchets végétaux et minéraux divers, sa base pleine de vides constitue le refuge idéal pour de nombreuses espèces de la faune  locale.


Nous en avons parlé à l'occasion de plusieurs articles sur ce bog. Ainsi, le Belvédère est très prisé par le grand Lézard vert, comme nous l'avons présenté dans l'article "Portrait - Un reptile aimable : le Lézard vert".

120824 (72)

 

Le jeu va donc consister, pour vous, à énumérer un maximum d'espèces animales abritées sous la plateforme du Belvédère, soit qu'elles aient été évoquées précédemment dans ce blog, soit que votre intuition  vous laisse penser qu'elles y sont très certainement présentes.

(On excluera les espèces volantes ou arboricoles qui peuvent se déplacer autour du belvédère sans s'y abriter, et les espèces non significatives répandues dans tous les milieux )


A gagner : Un cadeau-surprise ou un tirage  A4 d'une photo de J.-M. Salomon au choix. A prendre au Mont à Mardié.


Le gagnant sera, soit le premier à avoir donné la liste complète des 15 espèces identifiées par nous avec certitude ;  soit celui qui aura listé le plus grand nombre de bonnes espèces à la date du mardi 18 septembre à minuit.

Vos résultats sont à envoyer par courriel à l'adresse le-castor-enerve@orange.fr  .

 

A vos recherches, et bonne chance !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations

120722 (51)r

Poursuivant nos promenades sur les rives de Loire à Mardié, nous rencontrons parfois une grande plante fleurie qui émerge de la végétation herbacée : la Rose trémière (Alcea rosea).

120812 (25)r

C'est la petite soeur sauvage, rose ou blanche, des grandes Roses trémières multicolores qui garnissent durablement en été non seulement nos jardins, mais même parfois les rues de villages où elles poussent en abondance sur les trottoirs et entre les pavés, comme à Candes-Saint-Martin, au confluent de la Loire et de la Vienne.

100715 (7)sa

Sauvage ou ornementale, la Rose trémière fait partie de la famille des Malvacées, les Mauves, dont la représentante la plus courante dans nos champs est la Mauve musquée :

120705 (17)a r

 

La Rose trémière n'est pas que décorative. Elle a des vertus médicinales, et les fleurs en sont parfaitement comestibles : une idée pour agrémenter la salade cultivée dans votre potager, quand vous la servirez demain à vos amis !

Voir les commentaires

 

Articles récents

Hébergé par Overblog