Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 20:00

101015 (10)sh montage renard 3

Enfin, des photos de Renard roux à Latingy ???

 

Le 28/12/11, dans notre article "Parmi les mal-aimés : goupil, le rouquin malin", nous vous avions fait le portrait de cet élégant mammifère réputé présent partout... Mais que je n'avais jamais rencontré sur Latingy ou près de la Loire. Faute de photos, l'article était illustré de beaux dessins d'Alban Larousse.

 

Cet automne, un beau matin, j'ai enfin fait la rencontre tant attendue...

101015 (10)sh montage renard a

Sur la rive du fleuve, en bas du Mont, venant de la forêt du Castor et allant vers le coteau.

 

Hélas, n'allez pas croire que ce Renard se soit arrêté pour se prêter avec complaisance à une séance de photos Au contraire, il a filé au plus vite, pour disparaître rapidement dans la végétation haute. Pas même le temps de "dégaîner" un appareil.

 

A ce stade, il faut donc vous expliquer nos images : ce sont évidemment des montages, sur fonds de paysages de notre territoire.

120323 (53)montage renard 2

 

Quant au Renard, probablement une jeune Renarde, elle n'est pas photographiée au bord de la Loire, mais dans une région méridionale. Les belles prises de vue sont effectuées par Agnès Laffineur qui, depuis quelques mois, en fin de journée, reçoit presque quotidiennement la visite de l'animal près de sa maison, isolée dans la campagne.

 

Cette Renarde, ici dans son véritable milieu, vient quémander un peu de nourriture et se désaltérer, dans un environnement particulièrement ingrat pour la faune. L'alimentation est généralement le point d'entrée d'un "apprivoisement" entre notre espèce et une espèce sauvage. Sauf peut-être dans "Le petit Prince" de Saint-Exupéry, plus irréel, où le dialogue avec un Renard va même jusqu'à s'établir dans la langue des hommes !

2012 08 visite de la renarde 099

 

Mais le Renard roux reste fondamentalement un chasseur-cueilleur "omnivore" et "opportuniste" : du mulot aux mures en passant par les insectes et les vers de terre, il consacre le tiers de son temps à la recherche de nourriture.

090324 (102)r montage Renard

Et comme il lui est plus facile de saigner un rongeur ou de nettoyer une charogne que d'attraper un oiseau, il est beaucoup moins nuisible que ce que certains continuent à prétendre. Sans doute est-il même beaucoup plus utile que nuisible !

 

A noter que la période actuelle est celle des reproductions.

111030 (4)se montage renard

A bientôt, j'espère, discret Goupil...

Partager cet article

15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 19:00

090319 (29)r montage étang

Tiens, alors que c'est encore l'hiver, un Héron cendré s'envole à notre approche de l'étang, où il était en position de chasse, les pieds dans l'eau... Mais que pouvait donc espérer l'échassier dans ce milieu qui semble à ce moment dépourvu de toute vie ?

 

En regardant bien, on finit par distinguer un petit mouvement... parmi des sortes de débris végétaux flottants. Il s'agit en fait d'une larve de Phrygane - petit insecte insignifiant genre papillon de nuit - qui après s'être constitué un fourreau en soie, y accroche des morceaux de végétaux (ou alors de minéraux). Tous les styles sont permis, pour se rendre moins repérable que de nombreuses larves qui se rencontrent dans le même milieu aquatique. Mais insuffisant pour tromper l'oeil affuté du Héron prédateur !

090331 (61)r Phrygane

120411 (162)a Phrygane

 

Quatrième épisode d'exploration de notre petit étang : nous y avons d'abord observé des insectes volants, puis, des mammifères.  Nous allons maintenant nous intéresser aux espèces les plus spécifiques de notre plan d'eau, celles qui sont vraiment aquatiques. Avant d'en venir, dans un prochain épisode, à certaines qui ont besoin du milieu aquatique pour s'y reproduire et s'y développer, comme les amphibiens - anciennement batraciens - .

 

Voici donc quelques habitants significatifs de notre étang : deux Coléoptères aquatiques, et deux punaises dont une "patineuse"...

110529 (118) Hydrous piceus r

Voici l'Hydrophile brun (Hydrous piceus), le plus gros des Coléoptères aquatiques, qui devient rare en raison de la détérioration de ses milieux.

 

100715 (17)ar Dytique bordé

Et l'élégant Dytique bordé (Dysticus marginalis), redoutable prédateur de têtards et de larves de libellules.

 

110318 (87)a Gerris

Les familiers Gerris qui "marchent" sur l'eau ne sont pas des "Araignées d'eau", mais bel et bien des Punaises.

 

110612 (165)r Notonecte

De même que les Notonectes qui se tiennent généralement sur le dos près de la surface : bonne position, comme on le voit ici, pour donner le "baiser de la mort" à une proie venue du milieu aérien.

 

A suivre...

Partager cet article

8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 23:00

120718 (4)r

Il existe environ 1600 espèces d'araignées en France  (40 000 dans le monde, classées dans une centaine de familles...) dont la plus grande majorité a une taille inférieure au centimètre... Autant dire que nous ne nous aventurerons pas à faire un inventaire de celles qui sont présentes - ou plutôt qui se cachent - sur notre territoire !

Juste une petite équipée dans un un monde silencieux bâti de soie, que nous cotoyons souvent sans le voir, mais dont parfois nous pouvons admirer les constructions en 2D ou en 3D. 

 

En 2D : les toiles qui nous sont les plus familières sont celles des araignées orbitèles, c'est à dire circulaires, comme l'Epeire diadème (Araneus diadematus) que l'on rencontre beaucoup dans nos forêts...

120819 (91)r

 

... et qui file sa soie pour reconstruire sa toile tous les jours.

120726 (271)

 

Laquelle toile constitue le système de chasse de l'arthropode prédateur...

120930 (44)hr

 

... Sachant que le prédateur peut se transformer en prédaté plus rapidement qu'il ne le souhaite !

120511 (97)montage araignee

 

Mais il existe bien d'autres types d'ouvrages en soie pour piéger les proies. Comme le tunnel cônique de l'Algena labyrintihica.

120717 (4)ar-Agelena labyrinthica

 

Nous avons déjà rencontré la Thomise variable, ou araignée crabe, qui utilise pour chasser ses dons de mimétisme (notre article Comment la thomise atomise ses prises) et la Pisaure admirable (notre article Pisaure admirable… Et son cocon ovigère).

 

Les nombreux arachnophobes, qui n'ont pourtant pas grand chose à craindre de nos espèces autochtones, peu venimeuses, ont beaucoup moins peur de rencontrer les opiliones, plus connues sous le nom de faucheuses : leur mine est particulièrement inoffensive.

120905 (45)r

Ces arachnides se distinguent des araignées par le fait que leur abdomen segmenté et leur céphalothorax sont soudés.

 

Mais revenons aux constructions arachnéennes : en dehors même des phénomènes exceptionnels liés aux inondations  comme nous les avons décrits fin 2011 (notre article Toiles et sculptures arachnéennes), des voiles en trois dimensions se voient dans les arbres, dans les herbes, ou près du sol.

120719 (1)r

120722 (10)ar

120721 (141)r

 

Il suffit d'un peu de rosée pour que la magie vienne s'ajouter au travail de nos amies...

121022 (15)r

120721 (135)aar

120721 (135)aaa

121022 (16)aa r

... avant que le soleil bas ne vienne prendre le relais.

120718 (14)r

 

De nombreuses photos de cette magie sont venues compléter notre album de "Sculptures arachnéennes" : au total, plus de cent photos constituent le nouvel Album Toiles et sculptures arachnéennes que nous vous invitons à parcourir.

 

Beaucoup plus de détails passionnants sur Wikipédia à la rubrique Araneae, sur le site AFB  ou sur le site Les Araignées

Partager cet article

30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 21:40

 

120608 (180)se ar

Cent photos illustrant la saison 2012 autour de l'aire de Balbuzards pêcheurs du grand bois à Mardié et sur la Loire au droit de Latingy. La plupart inédites : photos sur l'aire, photos en vol, photos de plongeons... toute la magie du rapace piscivore.

 

120517 (371)a

 

120707 (131) montage BalbuJPG

 

Sans oublier l'épsode des hulottes qui avaient squatté la plateforme au début de la saison...

120509 (3)r

 

Bref, encore une longue promenade à ne pas manquer avec le lien  Balbulat 2012.

Partager cet article

30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 08:28

Un de nos fidèles correspondants ayant attiré notre attention sur le fait que le spécimen de Pinson des arbres femelle présenté dans notre récent article "... Et observez les passereaux d'ici" ne permettait pas une identification très démonstrative, nous en donnons, grâce à Cyril, une autre vue exposant mieux les bandes alaires caractéristiques de l'espèce.

130113 PinsonDesArbresF583BD b

 

Et nous en profitons pour rappeler que la mâle est beaucoup plus coloré et plus pittoresque, avec la poitrine rouge et la calotte gris bleuté.

120513 (29)se br

"Son répertoire étendu, sa voix forte et son chant fréquent en font l'un des oiseaux les plus entendus dans les bois et les parcs" nous indique le "Guide Ornitho", ce qui explique l'adage populaire : "gai comme un pinson"...

 

Mais c'est aussi parce qu'il se nourrit le plus souvent au sol sur les prairies rases et les gazons qu'il nous est assez familier.

 

Plus de détails sur Oiseaux.net

Partager cet article

Publié par Jim - dans Portrait
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 19:30

Même si c'est sous la neige, c'est bien le moment d'observer - et de photographier - les nombreux passereaux qui  passent l'hiver dans notre Loiret :

- Si vous sortez dans la nature, l'absence de feuillage sur les arbres vous donnera une visibilité optimale sur ces petits oiseaux très mobiles, mais souvent colorés.

- Et si, comme nous vous l'avons recommandé, vous avez installé une ou des mangeoires près de chez vous, un ballet exceptionnel de visiteurs va s'établir qui vous facilitera beaucoup la tâche.

130120 MesangeBleue811BDS b

C'est d'ailleurs autour d'une mangeoire installée près d'une maison en Sologne que notre ami Cyril Maurer a fait cette série de très belles images qui vont nous permettre d'identifier dix de nos hôtes du moment.

Pour commencer, la   Mésange bleue (Cyanistes caeruleus)...

 

130120 MesangeCharb786BDS b
... et la  Mésange charbonnière (Parus major), sédentaires très communs que vous connaissez certainement.

 

130113 MesangeNon2013-1S b

Moins familière, et plus forestière, la  Mésange nonnette (Poecile palustris) peut se confondre avec sa cousine boréale, ou même, si l'observation est sommaire, avec la Fauvette mélanocéphale, à cause de sa calotte noire sur une tête blanche.

 

130120 GrosBecM808BDS b

Par contre, vous ne connaissez peut-être pas le Grosbec casse-noyaux (Coccothraustes coccothraustes), migrateur partiel, beaucoup plus farouche et pas très visible, qui semble toujours vous surveiller d'un œil sévère !

 

130120 ChardonElegant835BDSS b

Le très bariolé   Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) tient bien son nom du fait qu'il se nourrit abondamment de graines de chardons, quand il en dispose.

 

130120 VerdierDEurope799BDS b 

Le  Verdier d'Europe (Chloris chloris), soit résident, soit venu du nord, vit généralement en groupe pendant la saison d'hiver. 


130120 PinsonDuNord810BDS b 

Le Pinson du nord (Fringilla montifringilla) - ici un mâle - est aussi très grégaire. Migrateur d'hiver, c'est au sein d'une grande bande qu'il va rejoindre les pays nordiques, en mars -avril, pour nidifier dans quelque taïga.

130113 PinsonDesArbres2013-1S b

A ne pas confondre avec le  Pinson des arbres (Fringilla coelebs) (ici une femelle), sédentaire chez nous, mais qui peut aussi être un migrateur d'hiver s'abritant des froidures plus nordiques.

 

130113 PicMar2013-2S b

Sédentaire lui aussi, le petit Pic mar (Dendrocopos medius) se reconnait à la calotte rouge qu'il conserve même adulte.

 

130113 SitelleTorch2013-1S b

Pour terminer, voici une Sittelle torchepot (Sitta europaea), oiseau spécialiste de la tête en bas dont nous vous avons fait le portrait dans l'article "Portrait : Sittelle torchepot, la vie à l'envers" du 14/03/2012. 

 

Merci à Cyril pour cette superbe galerie que vous pouvez retrouver en diaporama, encore plus complète, dans un nouvel Album Cyril Maurer - Passereaux d'hiver.

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 17:50

120206--61-r.JPG

Un épisode de neige et de gel est revenu dans notre région les jours derniers. Avec ses conséquences négatives sur la faune sauvage, notamment une aggravation des difficultés à s'alimenter... au moment même où les basses températures accroissent leurs besoins en calories.

Nous réitérons donc l'invitation que nous vous avions faite l'an dernier à aider temporairement les oiseaux en leur fournissant de la nourriture adaptée : graines de tournesol, morceaux de pomme, graisse de saindoux...
On trouve des graines qui conviennent dans les jardineries, et des "boules de graisse" mêlées de graines dans la grande distribution : c'est le moment ou jamais !

 

Voir aussi les recommandations de la LPO

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 18:30

120131 (64)se fond r

Troisième retour au cœur de la forêt, auprès de notre petit  étang. C'est lui qui, dans son bel habit blanc de la fin janvier 2012, a eu l'honneur de servir de décor à notre carte de voeux pour 2013.

 

Avec des "invités" dont vous aurez compris que la présence n'est pas totalement naturelle. Même si cette Chevrette se reflète de façon troublante sur la surface de l'eau derrière les herbes aquatiques !

130101 Castorvoeux 2013 chevrette

 

Ce qui n'empêche pas que l'étang soit souvent un lieu de rencontre privilégié avec des Chevreuils (Capreolus capreolus ) qui viennent s'y abreuver.

chevreuil 060720 534ar

Ainsi, il y a quelque temps, les yeux cachés par le boitier du réflex, nous avons eu un face-à-face de trois quarts d'heure avec ce charmant brocard, immobilisé par sa curiosité... Et dont la compagne était aussi présente derrière un saule. En fait, tous deux sortaient chaque jour de leurs caches vers la fin du jour pour venir s'ébrouer à l'extrémité du plan d'eau, avant de traverser les bois en direction du coteau de la Loire.

 

Les Cervidés ne sont pas les seuls mammifères à s'intéresser au point d'eau. 

A l'automne dernier, nous avons vu défiler au bout de l'étang une compagnie d'une bonne douzaine de sangliers (Sus scrofa), à la queue-leu-leu, pour la plupart vraissemblablement des jeunes de l'année.

060718 (233) montage sanglier r

Témoignage de la présence accrue de celui qui vient régulièrement se rouler dans une "souille", cuvette de boue qu'il forme sur les bords de l'étang, où il s'ébroue pour se débarrasser des ses parasites... et pour se rafraîchir en été. (photo de sanglier empruntée sur Internet)

 

Un crâne de ragondin ramassé sur les lieux atteste aussi du fait que ceux-ci ne se confinent pas au fleuve et à ses rives, mais sont capables de parcourir des centaines de mètres dans l'intérieur des terres. Le point d'eau peut aussi abreuver une multiplicité des autres mammifères contactés a proximité immédiate :

080414 (67)r lievre

Le Lièvre ( Lepus) et l'Ecureuil, particulièrement familiers.

090326 (317)a

 

Et également : le Renard roux, dont on trouve des laissées  ; des Mustélidés, comme la Martre ; des petits rongeurs ; et certainement des Chauves souris forestières...

 

A suivre...

Partager cet article

12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 00:10

L'Aigrette garzette a un trop beau plumage nuptial : l'espèce aurait pu disparaître si la mode des chapeaux à plumes  pour les dames s'était poursuivie trop longtemps ! ( Article  Gros plans sur l'Aigrette garzette du 08/09/2012).

A défaut de périr, nos beaux et généreux fruitiers pourraient  devenir improductifs si les abeilles mouraient toutes, victimes d'overdoses de "phyto-sanitaires", alias pesticides (Article Le printemps, c'est maintenant ! du 25/03/12).

120816 (218) montage reponse F

 

Le déboisement excessif des forêts affaiblit les populations de rapaces déjà rares, comme les Aigles bottés (Article Sortie en F.O. : les Aigles bottés du  03/08/12). La disparition des zones humides ou la dégradation de la qualité des eaux des fleuves et rivières peut provoquer la disparition d'Odonates (Article Emergences magiques du 27/07/12).

120724 (28)semontage reponse G

 

Heureusement, face aux menaces sur les espèces et aux dégradations généralisées des milieux, la nature est - jusqu'à un certain point - résiliente. Ainsi, la réintroduction du Castor d'Europe sur un fleuve comme la Loire a été un plein succès (Article  Des Castors... pas énervés !  du 31/07/12).

Plus localement, face au Mont, après plusieurs années catastrophiques - on était tombé à 16 cavités au lieu de 160 quelques années avant -, les Hirondelles de rivage sont revenues en force : à la fin de la saison, il y avait au moins 350 cavités dans la falaise ! (Photo de l'article  Que sont nos amies (Hirondelles de rivage) devenues ? du 19/05/12 ).

111111 Castors-1 montage reponse H

 

Voilà  pour 2012, une année commencée sous la neige (Magie blanche du 02/02/2012) et avec un début d'embâcle sur la Loire (Gel sur Loire : vers l'embâcle ? Et les oiseaux ? du 08/02/12). Une année qui nous a réservé bonnes et mauvaises surprises. Une année pendant laquelle nous avons eu toujours autant de bonheur à nous fondre dans la nature, à rester des heures à l'affût, à observer tant de nombreux "miracles" et mystères de ce monde auquel nous participons, ne l'oublions pas !

120131 (69)se montage reponse I

Partager cet article

8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 11:05

Comme l'an dernier, il n'y a pas photo  :
Le vainqueur indiscutable est à nouveau Jérome Lamour, qui a été le premier et le seul à nous donner toutes les bonnes réponses. Toutes nos félicitations !

 

Refaisons donc avec lui le parcours de la biodiversité observée sur notre territoire en 2012.

 

Ici, la nature vous fait de l'oeil... jaune. L'oeil de la fleur attire les insectes pollinisateurs pour qu'ils assurent la fructification, première étape de la reproduction (ici, la fleur d'églantier de l'article Fleurs sauvages : simplicité, odeurs enchanteresses et couleurs authentiques de la nature du 22/06/12 ). L'oeil de l'animal, lui, guette la proie et surveille les menaces éventuelles des prédateurs ou de l'environnement en général (ici, la Grenouille verte de l'article Photo-mystère : trop tard, ce sont des têtards... du 03/04/2012).

120517 (85)s montage reponse A

 

Le milieu aquatique est particulièrement favorable au développement des espèces : c'est un milieu "accessoire" pour un mammifère comme le Ragondin qui s'y déplace et s'y nourrit (notre article Crue de la Loire : la redescente ralentie du 27/05/12), ou essentiel pour les amphibiens comme les Grenouilles qui en ont besoin pour s'y reproduire ( article Photo-mystère : trop tard, ce sont des têtards... du 03/04/2012).

 

120325 (28) smontage reponse B

 

La biodiversité, c'est aussi la variété infinie de formes extravagantes et de couleurs, généralement pas "gratuites", mais justifiées par les besoins d'adaptation aux milieux. Les poils de la chenille dissuadent de s'y attaquer (article « La promesse de la chenille n'engage pas le papillon » du 06/03/12), la fleur sophistiquée d'une Orchidée, et son odeur, servent à attirer tel ou tel insecte (Article Folles Orchis : des Orchidées à vos pieds  du 22/01/12) .

070912 (12) s montage reponse C

 

Concernant le plumage des oiseaux, le rôle des couleurs est moins évident : éléments d'identification, certes, de séduction, parfois, notamment en cas de dimorphisme sexuel et de changement de plumage en période nuptiale. Mais rien ne semble justifier les couleurs contrastées du Pic épeiche (Import export dans un trou d'arbre du 18/05/12) ou les couleurs chatoyantes et très visibles du Martin pêcheur (Album 4b - Martin pêcheur 2012).

120514 (26)se s montage resultat C

 

A contrario, certains plumages, notamment chez les juvéniles de certaines espèces, peuvent contribuer à leur protection et/ou à leur camouflage ( Que sont nos ami(e)s (Balbuzards et hulottes) devenu(e)s ? du 25/05/12)

120803 (62)a s montage reponse E

Même remarque concernant les Odonates, chez qui pourtant le dimorphismr sexuel est très fréquent (  Gros plan sur la belle Cécilia  du 06/08/12).

 

(A suivre)

Partager cet article

Présentation

  • : Loire & biodiversité
  • Loire & biodiversité
  • : Pour vous, nous voulons illustrer ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par des absurdes projets de déviations routières datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, alors nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !
  • Contact

Recherches

Catégories