Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loire & biodiversité

Loire & biodiversité

Pour vous, nous illustrons ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par un absurde projet de déviation routière datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, et nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !

Publié le par Jim
Publié dans : #Espèces et territoires

2015 l’année la plus chaude jamais enregistrée ? Les experts en sont maintenant convaincus, et nous en avons subi ici, au bord de la Loire des preuves répétées. Le ciel bleu a obstinément régné pendant la majeure partie des "belles" saisons, printemps et été.

Avec des avantages : une visibilité particulière sur l'avifaune avec plusieurs "coches" nouvelles (Faucon pèlerin, Marouette ponctuée, Héron garde-bœufs, Oenicdème criard) ; des observations exceptionnelles comme celles d'un Héron pourpré présent  pendant presque un mois devant le Mont ; et des photos de qualité car bénéficiant de conditions de lumière souvent optimales. Ainsi celle de Jacques Thomas où des Hirondelles sont posées comme des notes sur une portée musicale (notre article Hirondelle des villes, Hirondelle des champs du 7/09/15) ; ou celle qui rapproche de façon saisissante le vol pur d'un Balbuzard pêcheur avec celui d'un Airbus laissant derrière lui les traces de sa consommation d'hydrocarbures (notre article Monter au ciel : qui montre l'exemple ? du 24/09/15).

Les clés du spicilège 2015 (1)
Les clés du spicilège 2015 (1)

En revanche, cette anomalie climatique n'a pas servi le paysage. Les épisodes de canicule ont "grillé" les feuillages de nombreuses espèces végétales terrestres, tandis que les rejets envahissants trouvaient sur les îlots et les grèves des conditions d'implantation et de croissance particulièrement favorables. L'étiage a provoqué une baisse de niveaux sans précédent,  découvrant de larges secteurs au détriment des courants de faible hauteur qui attirent habituellement dans notre secteur de nombreuses espèces. Quant aux ciels, ils ont été largement privés des symphonies de couleurs qui enchantent les autres années les petits matins et les couchers du soleil. Il a fallu attendre l'automne pour voir revenir ce type de rouge matinal (notre article Intermède automnal du 25/10/15).

Matinal, mais aussi exceptionnellement nocturne : la lune a subi une magnifique éclipse... par la terre  (notre article Lune rouge sang : le ciel est aussi un paysage ! du 29/09/15). qui a permis de l'observer à la lunette avec un relief étonnant.

Le faible niveau de l'eau sur le bras nord de la Loire devant Mardié nous a aussi largement privé de beaux spectacles habituels en juillet/août : celui des plongeons des Balbuzards pêcheurs, de leurs envols "récompensés", de leurs montées en spirale avec les courants ascendants.

Leur pêche a dû se reporter plus en aval devant Latingy ou dans le virage de Bou, ou sur les étangs.

En quête d'une nourriture raréfiée, certains passereaux ont franchi des barrières dangereuses en rentrant dans les maisons. Ce Rougegorge familier entré dans notre véranda a eu beaucoup de mal à en sortir, même avec notre bienveillante assistance !  (Notre article L'ami Rougegorge ! du 02/11/15).

Les clés du spicilège 2015 (1)
Les clés du spicilège 2015 (1)

Alors, le dérèglement climatique est-il en cause ? Tout le laisse à penser !

Depuis plusieurs années, on voit arriver discrètement, puis s'installer dans le paysage des espèces d'oiseaux considérées jusque là comme plutôt "méridionales" Ainsi, à l'automne, plusieurs petits groupes de Hérons garde-bœufsse sont mêlés aux Aigrettes garzettes sur les grèves ou les îlots des jours durant. (Notre article Nouvel invité : le Héron garde-boeufs du 15/09/15). On les avait vues jusque là surtout dans des documentaires sur l'Afrique.

Et les trois Echasses blanches qui ont séjourné au pied du coteau du Mont au mois d'août étaient peut-être celles que nous avions vues antérieurement... sur le canal du Midi ! (Notre article Trois Echasses blanches du 11/08/15).


 

Est-ce aussi lié à spécificités du climat de 2015 ? Nous n'avions jamais eu une telle visibilité sur les Castors d'Europe qui à partir du mois de mai sont sortis tous les soirs en face du Mont, une heure avant la tombée de la nuit, sur la rive nord de l'île des Baffaits (Nos articles Le soir des Castors du 24/06/15 et du 29/06/15). 

Nous pourrions aussi voir dans quelques années apparaître de nouvelles espèces d'Odonates plus méridionales. Les "coups de chaud" auraient pu cette saison favoriser les émergences, mais la mise à sec de milieux de reproduction a pu jouer en sens inverse, puisque les observations n'ont pas été extraordinaires sur la rive de Loire.
Par contre, la situation aurait pu être meilleure dans les bois. A la mi-juin, une Aeschne mixte est venue quotidiennement nous tenir compagnie dans une allée du Grand-Bois d'où nous observions les Balbuzards. (Notre article Libellules : derniers contacts du 15/07/15.)

 

Les clés du spicilège 2015 (1)

A suivre...

Les clés du spicilège 2015 (1)

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"

Ce matin, mardi 19 janvier, Nathalie Fontrel a consacré sa (trop) courte chronique "Planète Environnement" dans le 7/9 de France Inter, à 7h 20, au projet de franchissement de la Loire entre Mardié et Darvoy qui va être mis à l'enquête le 8 février prochain.

Dans les trois minutes imparties, elle a fait une remarquable synthèse, pleine de reliefs et de couleurs, fondée sur des arguments frappants, d'une affaire trop peu médiatisée jusqu'ici... alors qu'elle est on ne peut plus symptomatique des contradictions de notre société en ce qui concerne la préservation de milieux naturels et d'espèces sauvages protégées..

 

Vous pouvez réécouter la chronique sur le site de France Inter :

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1223097

 

Ou relire le texte intégral ci-après  - disponible aussi à l'adresse :
http://www.franceinter.fr/emission-planete-environnement-une-nouvelle-zad-sur-la-loire

Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"

Un projet de pont sur la Loire. Est-ce bien raisonnable au moment où le parlement s'empare de la loi sur la biodiversité ?

 

Quel rapport entre l’andouille de Jargeau et le Balbuzard pêcheur ?

Cette spécialité culinaire du Loiret  -c’est bon-  et l’oiseau  -si beau-  sont bercés par la Loire.

En 1996, un projet de doublement du pont de Jargeau sort des cartons. A l’époque on prévoit une croissance du trafic routier de deux pour cent par an. D’où la nécessité de soulager le trafic et de construire une nouvelle voie pour enjamber le fleuve.

 

Comme  souvent les prévisions de trafic se sont révélées fausses.

 

La circulation diminue  de un pour cent par an depuis l’an 2000.  Ce pont sacrifierait une zone naturelle au tout routier,  en contradiction avec les impératifs de la COP 21, vous savez ce grand succès diplomatique qui exige la diminution des émissions de gaz à effet de serre.

Le pont devrait se planter au milieu d’un écrin de verdure ; classé patrimoine mondial de l’UNESCO  et NATURA 2000 pour la richesse de sa faune et de sa flore. Si vous voulez observer un ballet aérien sans le rugissement des réacteurs d’avion, asseyez-vous sur la berge : la zone est survolée par 150 espèces d’oiseaux. Le balbuzard pêcheur, les sternes,  le martin pêcheur,  les hirondelles de rivages qui creusent leur nid dans les falaises et foncent dedans à toute vitesse au point qu’on redoute qu’elle ne s’écrase dessus. Mais non elles entrent dans leur nid sans dommage et nourrissent les petits. Les libellules, les espèces végétales, bref… c’est un joyau.

 

Ce pont ne serait pas sans danger sur le milieu fluvial.

 

Et notamment sur la rivière Loiret qui coule un peu plus loin, elle est alimentée par la Loire : le fleuve circule sur des bancs de calcaire. Quand le sable se déplace, il peut les faire craquer. On appelle ça des bîmes. Un trou qui avale l’eau et le nageur si par malheur il a enfreint l’interdiction de baignade. Ce phénomène a créé  une Loire souterraine qui serpente sous la Loire. Elle alimente la rivière Loiret. La construction des piliers d’un pont dans le lit de la Loire  risque de compromettre cette alimentation.

 

Ce pourrait être  la naissance d’une nouvelle zone à défendre.

 

Une ZAD. Au nom de la défense de la biodiversité et de l’inutilité du projet.

L’enquête publique doit démarrer à la fin du mois. « Le rapport de 600 pages n’a toujours pas été communiqué aux habitants » regrette Jean-Marie Salomon de la coordination d'associations « La Loire Vivra ».

Il ne se voit pas jouer les Zadistes, « je suis très respectueux des procédures » dit-il.

Il ne se voit pas imiter cette forme d’opposition qui existe à Notre Dame des Landes, Sivens, Roybon.  Là un aéroport, là un barrage, là un complexe touristique…

Mais si les bulldozers envisagent de s’attaquer au plus long  fleuve sauvage de France, il se battra. Pour défendre et célébrer avec l’écrivain Maurice Genevoix, Prix Goncourt en 1925, la beauté de ce lieu. Maurice Genevoix a raconté comment il a rencontré sa maison sur la Loire située à quelques kilomètres* de ce  projet de pont qu’à l’époque il ne pouvait pas imaginer. Il écrit pourquoi il a décidé de poser ses papiers et sa plume devant la Loire.

 

« Le monde est là, qui va sa vie : l'eau qui glisse, le nuage qui s'y reflète, les vols de migrateurs dans le haut vent des équinoxes. »

 

Le monde est là !  Serait-il possible de pas tout engluer sous le béton et le bitume ?
 


* 1,5 km seulement !
 

Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"
Planète environnement :  "Une nouvelle ZAD sur la Loire ?"

Merci à Nathalie Fontrel.

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations
Mésange charbonnière et nid de Frelon asiatique
Mésange charbonnière et nid de Frelon asiatique

Une intéressante série signée Cyril Maurer : on y voit une Mésange charbonnière (Parus major) occupée à picorer dans un nid de Frelon asiatique (Vespa velutina) déjà presque à moitié détruit.

La scène se passe à Jargeau au début décembre. A première vue, on peut penser à une prédation du Paridé sur les larves, voire sur les insectes eux-mêmes : l'espèce s'attaque de façon courante à d'autres passereaux ou à toutes sortes d'insectes.

Sauf qu'à cette saison, le nid n'est plus habité : la colonie meurt à la fin de l'automne. Les destructions du nid peuvent alors avoir été amorcées par des attaques de pies ou de pics sur les derniers adultes ou larves mourants.

La Mésange, elle, pourrait venir par la suite rechercher pour se nourrir des individus morts dans le nid, voire des femelles sexuées tardives qui sont restées bloquées par l’arrivée du froid.

Mésange charbonnière et nid de Frelon asiatique
Mésange charbonnière et nid de Frelon asiatique
Mésange charbonnière et nid de Frelon asiatique

Reste que cette observation contribue à confirmer, s'il en était besoin, la présence de plus en plus  fréquente du redoutable Hyménoptère dans le département. Une invasion inquiétante...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé

Les naturalistes se sont beaucoup agités ces derniers temps devant Latingy, devant l'île des Baffaits, et plus généralement entre Saint-Denis-de-l'Hôtel et Bou...

Les ornithologues pouvaient en effet contacter des espèces de Hérons jamais observées sur la Loire, blanches avec le bas du corps agréablement garni de teintes brun foncé, entre caca soft et mazout dense.

Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé
Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé
Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé

A cette période, c'est à dire depuis la mi-décembre, le fleuve royal s'était paré de garnitures d'une grande élégance (et fortement parfumées) sombres sur la rive, mais merveilleusement irisées dans les flaques et autres courants faibles en cette période d'étiage extrême...

Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé
Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé
Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé
Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé
Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé
Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé

Mais certains "ayatollahs" de l'environnement, des "ultra-conservateurs", n'avaient pas apprécié ces décorations de Noël accrochées aux graviers et à la végétation. En l'absence des autorités parties fêter le foie gras et le chapon aux truffes, des bénévoles autoproclamés avaient même tenté de "nettoyer", selon eux, les grèves les mieux garnies.
 

A leur retour, les autorités institutionnelles se sont efforcées de "calmer le jeu"... :
 

Le Conseil départemental : « Ce déversement d’hydrocarbures (huiles de vidange ou assimilés) ne s’est effectué qu’en une seule fois et n’a pas eu de suite. Par contre du fait du faible niveau de la Loire (...) peut donner l’impression d’une pollution plus étendue qu’elle n’est.» et « le problème est circonscrit et les résidus de pollution devraient très prochainement être éliminés.»
 

La République du Centre, citant la préfecture : "Selon la préfecture,« C’est impressionnant car l’hydrocarbure irise l’eau, c’est une pollution qui se voit », mais aucune mortalité piscicole n’a été observée. La faune et la flore ne seraient - pour l’instant -  pas touchées."

 

Bigre, y aurait-il eu aussi des pollutions qui ne se seraient pas vues (ou senties) ? Bof, "pas vu, pas pris..."

A ce propos, qui est "responsable" de l'épisode (et du précédent "pas vu" au printemps 2015) ?

Introuvable (si on a mis les moyens nécessaires pour le chercher) depuis trois semaines. Tous les yeux sont tournés vers les deux rejets du bourg que nous ne dénoncerons pas : l'ancien rejet en rive nord et le nouvel émissaire qui depuis l'automne 2014 "noie le poison... non, le poisson". Mais de là à remonter les tuyaux à merde...

Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé

Le Grand Fleuve Sauvage, Patrimoine de l'Humanité, subissant au milieu de l'hiver un étiage aussi exceptionnellement bas qu'au mois d'août (qui sait en raison du changement climatique ?).

Plus un déversement "sauvage" d'hydrocarbures un peu trop visible pour qu'on ne puisse pas éviter des questions embarrassantes sur les rejets suspects et incontrôlés d'un gros bourg industrieux voisin dont nous tairons pudiquement le nom...

Pourquoi encore ne pas imaginer un barrage de béton et de goudron qui viendrait bientôt, avec la bénédiction des "autorités""responsables", aider ce bourg à se débarasser dans la nature, chez ses voisins de ses nuisances et autres pollutions automobiles et camionnesques ? Aider un camion-citerne lancé à 90 km/h à franchir le parapet et contribuer à restaurer l'espèce des Ardéidés hydrocarburés ?

 

Ce serait un comble, pensez-vous ?


Ce serait à pleurer, dites-vous ???



 

 

En attendant, les "responsables" nous disent, eux : "On déplore un tout petit rien... Un incident, une bêtise... Mais tout va très bien, Madame la Marquise..."

Les photos sont de J. Lamour,  C. Maurer, T. Soler, SDIS 45.

Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé
Nouvelle espèce observée en Loire : l'Ardéidé hydrocarburé

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Espèces et territoires
Jeu du spicilège 2015 : prolongation :-)

Nous pouvons vous l'assurer : vous avez encore toutes vos chances !

Et comme vous n'avez pas encore eu le temps de répondre, nous prolongeons le délai de réponse jusqu'au samedi 16 janvier à 24 heures. A vos recherches !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Espèces et territoires
Le nid des Mulots
Le nid des Mulots

En déplaçant une vieille souche pourrie déposée par la Loire au bord de la prairie, voici qu'apparaît un petit lieu de vie qui était bien caché. C'est un nid de Mulots bien conformé, dans lequel plusieurs nouveaux-nés encore aveugles et glabres se retournent, surpris par de brusques changements que probablement, ils perçoivent confusément : de la lumière, des bruits inhabituels, un vent frais inconnu...



La mère a eu le temps de disparaître, elle. Vraisemblablement, elle appartient à l'espèce Mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus), une espèce de rongeurs de la famille des Muridae.
Familière sur les lisières et dans les bois de feuillus, les haies,  les parcs et les jardins. Mais les Mulots peuvent être tentés de rentrer dans les maisons campagnardes, voire de s'y installer.

Ainsi le jeune spécimen photographié ci-dessous l'a été dans une véranda, où il était sans doute né !

 

Le nid des Mulots
Le nid des Mulots

Dans la vidéo qui suit, on voit l'un des petits, plus vif et plus entreprenant que ses compagnons, qui à force d'agitation en vient à escalader le bord du nid, à le franchir, et à tomber à l'extérieur.

La vidéo s'arrête lorsque l'observateur pose son appareil pour rattraper le fuyard  et le remettre avec ses frères et soeurs. Puis protéger le nid en reconstituant des éléments de protection équivalents à la souche retirée.

C'est la pérennisation de la vie, c'est la vie : on lui doit le respect.

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Des voeux... collaboratifs !

Les vœux du Castor pour 2016 seront... collaboratifs ! Pas particulièrement pour faire «tendance» ; ni pour justifier l’image choisie pour cette carte de voeux, habitée des nombreux volontaires qui ont travaillé pour un de nos projets emblématique, et de nombreux animaux particulièrement bienveillants qui les encouragent. Mais bien pour marquer le caractère de plus en plus collaboratif des actions que mène notre association MARDIEVAL dans le sens de la valorisation de la biodiversité de nos territoires, de l’intégrité des paysages et de l’éducation à l’environnement.
 

Des voeux... collaboratifs !
Des voeux... collaboratifs !
Des voeux... collaboratifs !
Des voeux... collaboratifs !

Entre humains : utilisation optimale des complémentarités des savoir-faire, partage de connaissances et de ressources, échanges directs entre personnes, synergies entre institutions... tous ces fonctionnements «horizontaux» se mettent en place et se multiplient en s’adossant à l’Internet et aux réseaux sociaux.

C’est particulièrement bienvenu à l’heure où les changements rapides des sociétés conduisent trop souvent aux replis sur soi, à l’heure où des processus démocratiques décridibilisés tardent à se convertir au participatif.

 

Des voeux... collaboratifs !
Des voeux... collaboratifs !
Des voeux... collaboratifs !
Des voeux... collaboratifs !
Des voeux... collaboratifs !
Des voeux... collaboratifs !
Des voeux... collaboratifs !

Entre humains et nature : on progresse aussi. La conscience de l’ardente obligation que nous avons de ne plus détruire la nature si nous voulons survivre a commencé à se généraliser : elle se mondialise elle aussi, comme on l'a vu à l’occasion de la COP 21. La reconnaissance des sensibilités et des intelligences animales fait quelques avancées dans beaucoup de pays et en France.

Mieux encore, la recherche scientifique de pointe se tourne de plus en plus vers les modèles extraordinairement perfectionnés et inspirants que l’on trouve dans la nature : l’avenir aurait tout à gagner des enseignements du biomimétisme... ce qui suppose une préservation extrêmement plus attentive de toutes les richesses naturelles connues et inconnues, à l’antipode des destructions frénétiques de milieux et d’espèces que nos «civilisations» industrielles et urbaines ont imposé depuis des décennies.



 

Des voeux... collaboratifs !

vous souhaite une belle et bonne année 2016 pleine d'échanges fructueux et gratifiants avec l'humanité comme avec la nature. Meilleurs vœux à tous !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

Le conseil : Si, comme cela a été le cas pour le premier envoi de notre article de vœux, vous ne voyez pas apparaître l'article attendu, cliquez sur l'image du Martin-pêcheur en haut à droite : vous retrouverez automatiquement l'article de tête du blog, en l'occurrence celui que vous attendiez.

Même commande si vous êtes partis en exploration sur le blog, et que, depuis une autre page vous souhaitez revenir au départ, c'est à dire au dernier article.

 

La recommandation : dans notre article du 11 décembre intitulé "Le pourpré et la grenouille : dur à avaler !", nous avons mis en ligne une vidéo inédite, avec une scène rare, particulièrement pittoresque.
 Malheureusement, seuls une cinquantaine de vous l'ont visionnée, alors que vous êtes cent cinquante abonnés.

Non seulement c'est très décevant pour nous, au regard du travail que cela nous a demandé ; mais c'est dommage pour vous, car vous n'avez probablement "jamais vu ça" !

Prenez donc les quatre minutes nécessaires, vous ne le regretterez pas !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Espèces et territoires

Rituel à l'occasion des fêtes de fin d'année, revoici notre jeu du spicilège. Il vous amènera à "revisiter" l'année 2015 à travers les meilleurs des dizaines d'articles publiés depuis un an, des nouveaux albums mis en ligne ou complétés par des centaines de photos, ainsi que dans une des Balbu-infos qui vous ont conté la reproduction réussie sur l'aire de Balbuzards pêcheurs de Mardié.


Règle du jeu : chaque gros-plan figurant dans un des dix-huit carrés doit vous permettre d'identifier un article ou un album de ce blog.

Exemple à voir dans l'article "Les clés du spicilège".

Jeu : nouveau spicilège* de nos découvertes 2015
Jeu : nouveau spicilège* de nos découvertes 2015
Jeu : nouveau spicilège* de nos découvertes 2015

A gagner : Une photo A4  de J.-M. Salomon, encadrée 30x40 sous passe-partout, à choisir et à prendre (au printemps) à Mardié (valeur 25€).
Cette année encore, dix-huit photos à identifier... et un délai confortable.

 

Le gagnant sera, soit le premier à avoir donné les dix-huit bons résultats, soit celui qui aura envoyé les meilleurs résultats à la date du 7 janvier à minuit.

 

Vos résultats sont à envoyer par courriel à l'adresse le-castor-enerve@orange.fr  .

 

Les articles devront être repérés par leur titre et leur date.

Les albums par leurs noms.

 

Bonne chance !

* SPICILÈGE, subst. masc.
Rare. Recueil de notes, de documents, de textes.

(Le mot proche florilège, s'applique plutôt aux oeuvres littéraires.)

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations
Un Pic mar en hiver

09/12/2015 : Un Pic mar (Dendrocopos medius) est en visite dans le parc de notre amie Sylvie David-Rousseau à Sully-sur-Loire. Elle nous en envoie cette très jolie photo... qui nous permet de pointer ce qui distingue cet oiseau de son cousin beaucoup plus familier, le Pic épeiche (photo ci-dessous) : calotte rouge, même chez l'adulte ; absence de "moustaches" noires ; et couleur rose du plumage abdominal s'accentuant vers la zone anale, avec des stries sur les côtés.

Un Pic mar en hiver

"L'aire du Pic mar est nettement plus réduite que celle du Pic épeiche, et même là où il vit, il demeure assez rare. Il peuple l'Europe Centrale, Occidentale et Méridionale avec une extension en Asie-Mineure, Irak et Iran. Sur tous ces territoires présentant pourtant des conditions climatiques aussi différentes, il est sédentaire. Le pic mar se nourrit très haut dans les frondaisons des vieux arbres, plutôt que sur les grosses branches et les troncs. Il suce souvent la sève et se perche en travers des branches comme un passereau plutôt que le long de celles-ci. Agité, il change souvent d'arbre pour se nourrir. Farouche, discret, il est moins enclin que l'épeiche à survoler les espaces ouverts, ce qui rend son observation difficile." (Oiseaux.net)

Voir les commentaires

 

Articles récents

Hébergé par Overblog