Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loire & biodiversité

Loire & biodiversité

Pour vous, nous illustrons ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par un absurde projet de déviation routière datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, et nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Premières Sternes pierregarin
Premières Sternes pierregarin

La première Sterne pierregarin (Sterna hirundo) de 2018 est arrivée hier sur la Loire.


Ce matin, elle étaient deux en maraude au dessus du fleuve.

Premières Sternes pierregarin
Premières Sternes pierregarin
Premières Sternes pierregarin

Mais peu de chances de les voir posées sur les bancs de graviers ou de sable : ceux-ci sont sous l'eau depuis des mois, et le niveau n'a pas l'air de vouloir baisser rapidement.

Premières Sternes pierregarin
Premières Sternes pierregarin
Premières Sternes pierregarin
Premières Sternes pierregarin

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité, #Espèces et territoires
Promenade dans les éclosions printanières

6 avril 2018 - Après des semaines d'instabilité, il a suffi d'une journée chaude... Enfin, normale, avec un ciel limpide  presque tout le temps, et sans une seule goutte de pluie, pour que la végétation se décide, après quelques semaines d'attente, à "débourrer", à exploser, presque...

Les redoutable bosquets d'Épine noire, alias les prunelliers, marquent le paysage de blancs éclatants dans les rayons du soleil.

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

Mais la plupart des arbres fleurissent en grappes serrées, que l'on nomme "chatons", comme chacun sait.

Les Peupliers noirs étant dioïques, les spécimens mâles sot rouge cramoisi : cela crée un paysage dont, paradoxalement, la dominante n'est pas verte mais rouge...
 

(Pour tout savoir sur les chatons, allez lire notre article à ce sujet en inscrivant "chaton" dans la case de recherche)

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

Les arbres et arbustes en fleurs très colorées sont des fruitiers (Pêchers, merisiers...) ou des arbustes d'ornement (Cognassier du Japon, Forsythia...)

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

Aux Violettes succèdent les Primevères, les Muscarii, les Anémones sauvages ; et les Pâquerettes envahissent les prairies rases. Quelques timides fleurs de jardin précèdent les grandes floraisons de mai.

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

Dans ce joyeux décor, on part en promenade, on descend à la Loire pour son paysage apaisant et pour retrouver son inépuisable avifaune sauvage...
 

Devant le Mont, sept Grandes aigrettes qui peu après repartent vers le nord.

Quelques familières Aigrettes garzettes.
 

Les Mouettes rieuses qui chassent jusqu’au dessus du coteau.
 

La navigation nonchalante des Cygnes tuberculés.
 

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

On admire le vol en escadrille des inévitables Canards colverts : trois mâles en poursuite d'un femelle...

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières



Des papillons : Citron, Paon du jour, Azuré...


La première libellule « Brunette hivernale », la Sympecma fusca.

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

Et là, faute d’avoir toujours les yeux tournés vers le ciel, je manque de mettre le pied sur…

Promenade dans les éclosions printanières

… Une charmante petite Couleuvre à collier qui se réchauffe au soleil ! Laquelle profite d’un changement d’appareil photo pour filer dans l’eau et disparaître au milieu de la végétation immergée. Mais à trop regarder où je mets les pieds, j’aurais pu manquer…

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

Non, ce Balbuzard pêcheur femelle non bagué n’est pas Sylva, le direct BalbuCam sur mon portable la montre « fidèle au poste ». La promeneuse prend justement la direction du Grand Bois, et sur l’écran, on voit Reda rejoindre sa compagne sur le nid et agiter les ailes pour dissuader la passante d’avoir des mauvaises intentions.



Et puisque l'on parle d'éclosions, parlons aussi de pontes : ce matin 7 avril à 8h 55, Sylva a pondu son premier œuf tant attendu. Rendez-vous sur balbucam.fr !

Promenade dans les éclosions printanières

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Les oeufs de Pâques

L’aire du Grand Bois a vu le retour de la reine de l’aventure, puis celui de son jeune compagnon : alors que nous venions de mettre en ligne le "En direct" de la BalbuCam, et que nous y assistions à une tentative de "squatt" d'une tierce femelle contestée par au moins deux autres, Sylva a fait son apparition le 15 mars à 13 heures. Quelques minutes après, celle qui s'y était invitée avait abandonné l'aire. Et une demi-heure après, Sylva devait faire face à une ultime et spectaculaire provocation avant de reprendre la haute main sur l'installation.

Reda a suivi deux jours après, le 17 mars. A peine arrivé, il a prouvé que son ardeur était intacte en tentant trois accouplements dans les minutes qui suivaient !

C'est la première fois en six ans que Sylva arrive si tôt. L'an dernier, c'était le 21 mars, mais trois fois elle n'était revenue qu'en avril, et même jusqu'au 19 de ce mois-là ! 

Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques

Toutes les actions préparatoires à la reproduction ont repris : apport de poisson par le mâle, rechargement du nid, d'abord pour reconstituer et renforcer les rives avec des branches mortes ; puis garnissage de la coupe avec des mottes d'herbes sèches.

De temps en temps, entre deux séquences de travaux, Reda, assez sûr de lui, a "remis ça" en se posant sur le dos de sa compagne, parfois avec une réussite apparente, parfois de façon plutôt dilettante.

 

Tout est prêt pour ce que des milliers d’observateurs attendent : la ponte du premier oeuf, qui compte-tenu de la date d’arrivée du géniteur, pourrait très bien se situer … le dimanche ou le lundi de Pâques !

.

Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques

La triste météo qui nous a promené entre pluie et froid dans un ciel trop souvent gris et nuageux n'a pas permis de réaliser "hors-champ" des photos ou des digiscopies exceptionnelles des Balbuzards en ballade.

La Loire, encore haute et turbide, doit décourager les pêcheurs : on ne voit que peu de maraudes de ce côté là : il va falloir patienter, et attendre que les poussins attendus soient assez grands pour commencer à consommer de sérieuses quantités de poisson pour que les passages de Reda deviennent réguliers...

Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques

En attendant, Sylva ne boude pas le perchoir.

Jusqu'ici, quand elle y était, on ne la devinait que grâce à son ombre. Grâce à l'élargissement du champ de la caméra, on voit sa queue lorsqu'elle y est présente : un gros progrès ;-)

Les oeufs de Pâques

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations
C'était un champignon !

C'est Roger Ramond qui a donné le premier la bonne réponse à 20h 58 :
ce curieux spécimen trouvé au sol sur notre territoire est un petit champignon assez rare, nommé Astrée hygrométrique (astraeus hygrometricus).

Il faut noter que plusieurs propositions avaient concerné un champignon très proche, plus petit, nommé de façon imagée l'Etoile de terre.

 

C'était un champignon !
C'était un champignon !
C'était un champignon !

Où a-t-il été trouvé ? Sous un Hêtre (pourpre en l’occurrence), parmi des feuilles mortes et des brous de faînes (le faîne étant le fruit du Hêtre).

Autant dire que vous ne le repérez que par hasard. Comme son nom l'indique, ce champignon est sensible à l'humidité : les branches de l'étoile s'ouvrent par temps de pluie, et dégagent au centre une sorte de petite "vesse de loup". Cela permet à un observateur attentif de le distinguer de tout le reste.

Mais quand le temps est sec, l'Astrée hygromètrique se referme, et ressemble tellement à la coque des faînes en dimensions comme en couleurs qu'il devient indétectable : regardez les deux coupes bleues, et imaginez leurs contenus mélangés !

C'était un champignon !
C'était un champignon !

Plus de détails sur l'Astrée hygrométrique à l'adresse http://mycorance.free.fr/valchamp/champi95.htm

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations
Une photo-mystère...

Mais de quoi peut-il s'agir ?


Une méduse ? Un martien ?  Une fleur de cactus ?


Le premier à donner la bonne réponse (à l'adresse  : le-castor-enerve@orange.fr )  aura droit à un tirage photo A4, choisi et remis lors de la troisième BalbuFête. Bonne chance !       

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations, #Actualité
Le Pic noir, marteau-piqueur des bois

08/03/2018 - Lorsque nous avions fait couper un pin devenu trop important dans notre paysage, il y a deux ou trois ans, nous avions gardé sa souche et un mètre de son embase  pour servir de table, de socle...
Par exemple pour  y poser notre petit Eco, petit personnage emblématique d'une attitude respectueuse de la nature.
 

Il y était l'été dernier, et ce socle était encore intact, malgré le passage fréquent de quelques Pics épeiche.

Le Pic noir, marteau-piqueur des bois

Mais depuis quelque temps, on pouvait voir distinctement de loin deux trous, comme des yeux-espions, apparus cet hiver...

Pas de quoi s'alerter, comparativement aux multiples dégâts des tempêtes hivernales : peuplier de 20 m de haut, grosses branches, chênes morts arrachés etc.

Le Pic noir, marteau-piqueur des bois
Le Pic noir, marteau-piqueur des bois

Jusqu'au jour où notre regard a été attiré par un mouvement suspect sur le côté droit de la souche, et par la vue d'éclats de bois volant dans tous les sens à ses pieds : un Pic noir (Dryocopus martius) est au travail, à peine visible, entrain de saper consciencieusement  l'arrière de notre socle !

En fait, on ne voit sa tête que quand elle prend du recul pour mieux frapperle bois !

Nous aimons beaucoup cet oiseau  particulièrement discret (sauf du point de vue sonore), un des plus craintifs et prompt à disparaître, même dans son milieu, et qu'il est assez rare de voir et de photographier, même furtivement.

Le Pic noir, marteau-piqueur des bois
Le Pic noir, marteau-piqueur des bois

Une fois le Pic parti, il faut aller constater sur place. L'oiseau ne creuse pas une loge, mais poursuit en détruisant le bois des larves d'insectes xylophages pour s'en nourrir. Et au train où cela va...


Puis nous découvrons un peu plus loin de semblables attaques au pied d'un pin qui a fini par mourir après avoir été brisé par une grosse tempête. Lui aussi peut craindre  de ne pas rester debout longtemps...

Le Pic noir, marteau-piqueur des bois
Le Pic noir, marteau-piqueur des bois

Le "marteau-piqueur" du Pic noir, monté sur une articulation très particulière entre la colonne vertébrale et le crâne, est particulièrement efficace : non seulement il pulvérise les bois morts, mais encore il permet d'attaquer des bois bien vivants pour y creuser de belles loges, qui par la suite serviront de nid à plusieurs espèces forestières.

Photo Sylvie David-Rousseau

Photo Sylvie David-Rousseau

 

Plus de détails sur Oiseaux.net .

Voir les commentaires

Publié le par Jim
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

L’aire du Grand Bois à Mardié est  prête.
Prête à accueillir les acteurs de l’aventure BalbuCam, saison 3 : la fidèle Sylva et son jeune compagnon Reda devraient s’y retrouver d’ici une quinzaine ou une vingtaine de jours.  Soyons tous là pour guetter leurs arrivées et leurs premières effusions…
L’ouverture du « En direct » est prévue aux alentours du 15 mars !
 

Bienvenue d’avance à ces deux remarquables Balbuzards pêcheurs dont nous devrions suivre avec passion et bonheur une nouvelle saison de reproduction. Bienvenue à nos fidèles "BalbuCamés", et bienvenue à tous les nouveaux "visiteurs uniques »/spectateurs", futurs « BalbuFans ». La parole aux observateurs/commentateurs dans le nouveau forum 2018  consacré à l'aire BalbuCam et au suivi de la fantastique saga qui s'y déroulera.
 

Depuis le départ en migration des cinq héros de la saison 2, l’équipe de MARDIEVAL s’est activée pour vous apporter les améliorations promises. Nous avons choisi et commandé la nouvelle caméra, voyez la différence. Jérôme a sélectionné un micro externe très performant et Jean-Marie lui a construit un abri « sur mesure ». Notre ingénieur/sorcier a adapté la chaîne de saisie et de transmission des données à ces nouveaux matériels. Il a également finalisé son système inédit de reconnaissance des oiseaux par leurs chants, qui valorise une nouvelle approche du milieu forestier.
Puis, in situ, nous avons complété et relancé le système ; Sylvain et Alban sont montés pour vérifier le nid, le dégager des repousses végétales ; pour démonter la caméra pionnière et remonter à sa place la nouvelle caméra. Ont suivi de délicates séquences de réglages, presque abouties.
 

C’est reparti pour six mois de suivi de la belle aventure naturelle.

Les premières observations dans les coulisses de la Saison 3… :
 

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

– La Buse variable

Le 21 février, alors que nous venions d’entrer dans la phase de réglages après changement de caméra, le nid a reçu la visite de cette Buse variable qui s’est posée à deux reprises en s’exprimant bruyamment. Une première visite assez brève ; la seconde beaucoup plus longue, 2′ 30″, avec beaucoup d’agitation et de postures ailes déployées et cris agressifs vis à vis d’un tiers. En fait une seconde Buse postée non loin, qui finit par s’envoler dans le champ de la caméra avant de disparaître, suivie par la protestataire.
Parade de séduction ou protection d’un territoire ? Un de nos « experts » penche pour la seconde hypothèse, même si le rapace ne manifestait aucun intérêt à s’approprier le nid lui-même.

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

– La neige

 

 

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

Le 27 février à midi débute une chute de neige à gros flocons. Elle commence à blanchir le nid et les sols, mais ne dure pas.


 

– ... Et le Rouge gorge


Avant l’arrêt de la caméra, un petit Rouge gorge vient se promener sur l’aire.

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

– Encore la neige…

 

Le 28 février la neige tombe à nouveau avec des températures très basses. Le mois de mars s’ouvre sur le nid couvert d’un manteau de plusieurs centimètres, sur lequel un petit animal a déjà laissé des traces…

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

– La Mésange bleue
 

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

Familière déjà l’an dernier, et souvent reconnue par son chant, elle inspecte le nid le 3 mars à 11h.

 

 

– Le premier Balbuzard pêcheur
 

La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !
La Saison 3 sur la ligne de départ : à vous de jouer, Balbuzards !

Il se pose le 3 mars à 11h 26 sur le bord du nid, mais repart instantanément.

il s’agit de la femelle baguée rouge-orange 02, déjà vue sur l’aire l’an dernier le 20 mars, avant l’arrivée de Sylva.

 

 


Voilà, si l'on ajoute tous les oiseaux qui sont reconnus désormais par leurs chants et leurs appels dans l'environnement de la BalbuCam, on comprend qu'il se passe déjà de jolies choses sur l'aire du Grand Bois... Bientôt accessibles à vous tous !

 

Rendez-vous à partir du 15 mars et dans les jours qui suivront sur

balbucam.fr ...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Portrait
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche

Le Vanneau huppé (Vanellus vanellus), est sans conteste le limicole le plus familier, le plus facilement identifiable et le mieux représenté numériquement sur les bancs de sable et de graviers de la Loire devant Mardié.
Commun et présent toute l'année dans une grande moitié nord de la France, et donc nicheur dans nos régions, il vient en groupe occuper les îlots à la fin du printemps lorsque l'étiage le permet. Perché sur une de ses pattes rose foncé ou en marche hésitante, il se signale par sa petite huppe en virgule, et aussi par un plumage sombre, irisé de vert, sur le dessus ; un plastron noir ; et un dessous blanc. De taille moyenne - 70 cm d'envergure, 30 cm de long - le Vanneau  se nourrit d'insectes, comme les coléoptères ou les mouches, mais aussi d'araignées et d'autres arthropodes, de lombrics et d'autres invertébrés. Mais il peut également consommer des graines végétales comme des graines de pins ou d'herbacées.

 

 

Mais  ce que nous apprécions le plus, ce sont les beaux vols groupés, parfois énormes, qui se multiplient à la fin de l'été et à l'automne : à chaque changement de direction, le groupe prend un aspect différent.. De totalement sombre, il devient brusquement argenté avant de s'éclaircir et de virer encore sous une autre lumière.

Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche

Nous avons déjà croisé le Vanneau huppé partageant ses territoires ligériens avec d'autres espèces : il cohabite facilement avec les autres limicoles, les mouettes, les canards ou les hérons. C'est donc un oiseau... très sociable...

Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche

Pourtant, parmi ses cousins, il existe aussi un Vanneau sociable (Vanellus gregarius), sans huppe, qui, comme son nom scientifique l'indique, aime particulièrement vivre en colonies nombreuses. Mais on le "contacte" ici rarement : beaucoup plus oriental et nordique, sa présence sous nos cieux reste très occasionnelle et anecdotique.

Cyril Maurer a pu en identifier un en novembre 2012 parmi un groupe de Vanneaux huppés, et en prendre quelques photos.

Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche

En point final à cette série, un charmant limicole haut perché, mais aussi migrateur normalement  beaucoup plus méridional ou côtier : l'Echasse blanche (Himantopus himantopus). Un seul contact en mai 2012.

Sa particularité : des (relativement) longues échasses qui lui permettent de pêcher en eau plus profonde  que la plupart des autres limicoles.

Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blancheLimicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche
Limicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blancheLimicoles (7 et dernier) : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche

Ah, encore une précision : savez vous sur quelles espèces les chasseurs de "gibier d'eau" sont autorisées à flinguer pendant presque la moitié de l'année pour faire joujou ? Voilà la liste pour 2014/2015 :
Bécasseau maubèche, Bécassine des marais, Bécassine sourde, Chevalier arlequin, Chevalier combattant, Chevalier gambette, Courlis cendré, Courlis corlieu, Huîtrier pie, Pluvier doré, Pluvier argenté, Vanneau huppé.

Moratoire pour la Barge à queue noire et le Courlis cendré...

Ouf pour eux !!!

Des espèces pour certaines déjà en voie de raréfaction, pour certaines jamais vues ici !

Pour saluer ces exploits exterminateurs, la Fédération Départementale des chasseurs du Loiret est "Association agréée au titre de la protection de l'environnement" (sic). Vous ne croyez pas que l'on marche sur la tête, dans ce pays ? Et n'accusons pas Bruxelles, pour une fois : non, c'est du franchouillard 100 %.

Et comme chacun sait, tous les chasseurs distinguent instantanément chacune de ces espèces dans la semi-obscurité des crépuscules ou des aubes brumeuses : aucun risque de carnage  non autorisé !

 

 

Plus de détails concernant la Vanneau huppé sur oiseaux.net

Plus de détails concernant le Vanneau social sur oiseaux.net

Plus de détails concernant l'Echasse blanche sur oiseaux.net

 

Fin de la série Limicoles

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Portrait
Limicoles (6) : La Bécassine des marais, le Petit gravelot, le Tournepierre et le Pluvier
Limicoles (6) : La Bécassine des marais, le Petit gravelot, le Tournepierre et le Pluvier
Limicoles (6) : La Bécassine des marais, le Petit gravelot, le Tournepierre et le Pluvier

Après des limicoles "haut-perchés", de véritables mini-échassiers, voici quatre espèces "courte-pattes"... courtes de becs pour les trois dernières, et de taille modeste, voir petite. Les prises de vues ont parfois été réalisées souvent dans des conditions difficiles, il faut donc pardonner la qualité faible de certains de ces témoignages. La Bécassine des marais (Gallinago gallinago), se reconnait à son bec très long et droit, à sa silhouette compacte, et à la couleur brun foncé rayé de brun clair de la partie supérieure de son plumage. Elle est souvent dissimulée dans les herbes ou dans la végétation morte en limite des rivages du fleuve.

Se nourrissant d'invertébrés, elle sonde le sol, fouille dans la boue : l'extrémité flexible de son bec lui permet de "sentir" ses proies, principalement des vers. Et ce, à l'instar de nombreux limicoles à long becs. Le rythme de ses mouvements de tête peut ressembler à certains moments à celui d'une machine à coudre.

Alertée, la Bécassine s'accroupit, puis part brusquement en vol zig-zagant, avec un cri sec.

Limicoles (6) : La Bécassine des marais, le Petit gravelot, le Tournepierre et le Pluvier

 

Le Petit gravelot nous est très familier : on le voit de façon récurrente courir parmi les colonies de Sternes qui nidifient sur les bancs de sable et graviers de la Loire au printemps. Une bonne raison à cela : sa nidification a lieu dans des conditions tout à fait similaires.

 

Limicoles (6) : La Bécassine des marais, le Petit gravelot, le Tournepierre et le Pluvier
Limicoles (6) : La Bécassine des marais, le Petit gravelot, le Tournepierre et le Pluvier
Limicoles (6) : La Bécassine des marais, le Petit gravelot, le Tournepierre et le Pluvier
Limicoles (6) : La Bécassine des marais, le Petit gravelot, le Tournepierre et le Pluvier
                                    Les photos de Pierre-Mary Fontaine
                                    Les photos de Pierre-Mary Fontaine
                                    Les photos de Pierre-Mary Fontaine
                                    Les photos de Pierre-Mary Fontaine

Les photos de Pierre-Mary Fontaine

Le Petit gravelot en plumage nuptial est facilement identifiable à son noeud papillon, à ses lunettes et à son bandeau frontal noirs. Et à ses infatigables sprints au bord de l'eau, en dehors de quelques séquences de repos.

Ce visiteur d'été picore différents insectes, des araignées, des petits crustacés et des vers, chassant parfois en tapant des pieds sur le sol pour déranger les proies qui s'y dissimulent.

 

 

 

Sur le bloc dessiné par Alban Larousse, on voit notamment gravelots et Tournepierre

Sur le bloc dessiné par Alban Larousse, on voit notamment gravelots et Tournepierre

Limicoles (6) : La Bécassine des marais, le Petit gravelot, le Tournepierre et le Pluvier
                                     Les photos de Pierre-Mary Fontaine
                                     Les photos de Pierre-Mary Fontaine

Les photos de Pierre-Mary Fontaine

Le Tournepierre à collier (Arenaria interpres), que nous avons pu observer en avril 2014 se reconnait à plumage nuptial de la même famille que celui des gravelots, mais en plus compliqué.

Il ne peut être que de passage. C'est un familier des zones côtières ; plusieurs milliers hivernant même sur nos rivages français, alors que d'autres migrent jusqu'en Afrique tropicale. A la fin du printemps, il part se reproduire sur la toundra côtière qui présente la végétation et les ressources alimentaires adéquates pour sa reproduction. En chasse, il retourne les pierres pour y découvrir d'éventuelles proies, ce qui est à l'origine de son nom vernaculaire.

 

 

Terminons avec un autre passager "rare", le Pluvier argenté (Pluvialis squatarola), dont les parcours migratoires sont assez semblables. Son plumage nuptial avec du noir tout en dessous, remontant jusqu'à couvrir le visage, le rendait assez reconnaissable lors de notre observation en mai 2009.

Limicoles (6) : La Bécassine des marais, le Petit gravelot, le Tournepierre et le Pluvier
A suivre : Le Vanneau huppé, le Vanneau sociable et l'Echasse blanche

 

Plus de détails concernant la Bécassine des marais sur oiseaux.net

Plus de détails concernant le Petit gravelot sur oiseaux.net

Plus de détails concernant le Tournepierre à collier sur oiseaux.net

Plus de détails concernant le Pluvier argenté sur oiseaux.net

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Portrait
Limicoles (5) : Le Combattant varié, le Courlis et la Barge
Limicoles (5) : Le Combattant varié, le Courlis et la Barge
Limicoles (5) : Le Combattant varié, le Courlis et la Barge
Limicoles (5) : Le Combattant varié, le Courlis et la Barge

Après les Chevaliers, nous restons dans le registre guerrier en abordant le Combattant varié (Philomachus pugnax), d'ailleurs longtemps nommé Chevalier combattant, bien que plus proche des Bécasseaux que des Chevaliers. En fait, ce nom vernaculaire vient des parades nuptiales spectaculaires auxquelles se livrent les mâles au printemps, avec des défis appuyés par le gonflement des plumes érectiles de leur collerette, le hérissement de leurs oreillettes de plumes, le déploiement et le battement de leurs ailes ; et par des affrontents surtout symboliques à coups de bec, en sautillant, en se toisant ou en s'accroupissant.

 

Malheureusement, nous ne verrons pas ici ces cérémonies, localisées sur des sites traditionnels des "arènes" beaucoup plus nordiques.

 

(Dessin d'Alban Larousse)

Limicoles (5) : Le Combattant varié, le Courlis et la BargeLimicoles (5) : Le Combattant varié, le Courlis et la Barge

                                                                                                  (Guide Delachaux et Niestlé)

 

Nous avons déja parlé du Combattant varié  : deux individus isolés en halte migratoire avaient été observés en octobre 2013 et en avril 2014 (nos articles "Oiseau rare : le combattant varié" du 11/10/13 et "Sur la loire, beaucoup d'espèces à voir !" du 24/04/14). Et surtout à la fin 2014, avec le passage d'un groupe de huit combattants (notre article "Huit Combattants" du 31/08/14).

On aura pu à cette occasion vérifier que ce migrateur est sociable, restant généralement bien en groupe, et se mêlant sans problèmes à des colonies d'autres espèces comme ici parmi ces Vanneaux huppés.

Limicoles (5) : Le Combattant varié, le Courlis et la Barge

Le Combattant mâle a une taille à peine inférieure à celle du Chevalier aboyeur ; la femelle est visiblement beaucoup plus petite, d'un tiers environ. Un dimorphisme sexuel dans ce sens et dans ces proportions est tout à fait exceptionnel.

Ce limicole se nourrit principalement de petits invertébrés, insectes, crustacés, mollusques etc., notamment en période de reproduction. Mais, plus que pour d'autres limicoles, les végétaux constituent aussi une part notable de son alimentation. Ainsi, en Afrique, le Combattant varié peut ne consommer que des graines pendant plusieurs mois.

 

 

 

Vu au milieu d'un groupe de Mouettes rieuses en avril 2012, le Courlis corlieu (Numenius phaeopus), lui, n'est pas le plus grand des Limicoles puisque cet honneur revient à son proche, le Courlis cendré (espèce parfois observée en migration ou en dortoir sur des grèves de Loire, qui peut nicher sporadiquement dans le lit du fleuve en milieu prairial). Mais, comme il peut mesurer jusqu'à 37 cm de long et 88 cm d'envergure, c'est quand même le plus grand des limicoles qui nous ait rendu visite.

Il dispose d'un long bec arqué vers le bas, élément majeur d'identification. Avec ce bec, compte tenu d'une alimentation assez variée, Il picore plus à la surface que les autres Courlis, mais sonde cependant les milieux humides en profondeur de temps à autre.

Limicoles (5) : Le Combattant varié, le Courlis et la Barge

De dimensions voisines, la Barge à queue noire (Limosa limosa) que nous avons observée ici, le 14 juillet 2014, en compagnie de Chevaliers gambettes, une juvénile, a elle aussi un bec très long. Mais droit ou très légèrement incurvé vers le haut : un excellent outil pour des recherches profondes d'annélides, sa nourriture préférée.

Limicoles (5) : Le Combattant varié, le Courlis et la BargeLimicoles (5) : Le Combattant varié, le Courlis et la Barge
(Dessin d'Alban Larousse)
A suivre : La Bécassine des marais, le Tournepierre et le Pluvier

 

Plus de détails concernant le Combattant varié sur oiseaux.net

Plus de détails concernant le Courlis corlieu sur oiseaux.net

Plus de détails concernant la Barge à queue noire sur oiseaux.net

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>

 

Articles récents

Hébergé par Overblog