Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 21:29
La halte des Cigognes blanches

Lors de leurs migrations vers l'Afrique, les Cigognes blanches (Ciconia ciconia) dépensent beaucoup d'énergie pendant leurs vols. Aussi font-elles régulièrement des haltes au sol pour reconstituer leurs réserves en se nourrissant d'insectes et de petits mammifères.
 

25/09/2017 - Un groupe de vingt six de ces oiseaux se pose dans un champ de la plaine de Mardié, un peu à l'ouest des Quesmières.

Jean Mothiron partage avec nous quelques photos qu'il a pu prendre de ce groupe au repos. Merci à lui pour cette belle observation.

La halte des Cigognes blanches
La halte des Cigognes blanches

Plus de détails sur oiseaux.net

Partager cet article

26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 18:31
Circaète, le rapace immobile

21/09/2017 - 12 h - Nous l'avions vu il y a peu à plusieurs reprises perché en haut d'un des grands peupliers. Le revoilà en vol au dessus de la plaine du Mont.

Le Circaète Jean-le-blanc (Circaetus gallicus), lorsqu'il est en chasse, est à notre connaissance le seul rapace capable de rester en "vol du Saint-esprit" dans une immobilité parfaite pendant de très longues minutes.
Ainsi, c'est le seul rapace que nous avons pu photographier au ciel en digiscopie, technique qui demande quelques préparatifs et réglages précis avant de pouvoir déclencher.

Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile

Mais dans la belle nature, ce n'est pas toujours simple, et il y a partout des oiseaux "cancrelats" qui prennent un malin plaisir non pas à "mettre des bâtons dans les roues" des autres espèces, mais à tenter de déstabiliser notre rapace immobile : les Corneilles.

Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile

Une scène similaire s'était déroulée il y a un an, ou encore en 2015 au printemps. Et nous avons enregistré des scènes de harcèlement de notre Circaète posé sur le grand Peuplier par les corvidés agressifs.

Plus de détails concernant le Circaète Jean-le-blanc sur oiseaux.net

Partager cet article

17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 18:31
Ciconia nigra : le noir et le rouge

8 septembre 2017 - Habituellement, les passages d'une Cigogne noire (Ciconia nigra) sont relativement brefs, voire furtifs : l'oiseau est plutôt craintif et aime la discrétion. Cet été, nous avons bien photographié le 25 juillet un jeune spécimen les pieds dans l'eau devant le Mont, mais cette observation a été assez brève.

Cet automne, une belle Cigogne noire adulte fait un petit séjour de plus de vingt-quatre heures devant le Mont et Latingy, alternant stations fixes, parcours dans l'eau peu profonde et déplacements aériens.

Autant d'opportunités pour des prises de vues variées au téléobjectif et en digiscopie.

 

Dans le vaste paysage de Loire, nous sommes habitués à identifier les silhouettes familières des Hérons cendrés en station sur les bancs de sable ou sur les rochers. Même à plusieurs centaines de mètres, la silhouette d'un gros oiseau un peu plus horizontale et vraiment plus sombre attire l’œil, et pousse à la vérification  aux jumelles !

Ciconia nigra : le noir et le rouge

Oui, ce matin, cette silhouette n'est pas celle d'un ardéidé, mais bel et bien celle d'un spécimen adulte d'un des oiseaux les plus rares de France : la Cigogne noire, avec quelques dizaines de couples dans l'est et le centre du pays, est peu près aussi rare que le Balbuzard pêcheur !

Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge

Dans ces cas là, on assure avec quelques clichés au téléobjectif, puis on se hâte d'aller chercher le matériel de digiscopie en suppliant l'oiseau de ne pas disparaître !

Mais cette Cigogne noire ne semble pas pressée de repartir, sans doute en raison d'un temps défavorable : intempéries, vents du sud-ouest avec des rafales particulièrement violentes.

 

On peut donc en profiter pour une observation exceptionnelle... et bientôt "interminable" : environ une demi-heure !

Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge

Alors que rien ne laissait présager une intention de mouvement, l'approche d'un kayak descendant le fleuve provoque un brusque envol de dizaines d'oiseaux qui somnolaient dans le secteur : notre Cigogne participe à cette petite migration vers l'aval...

Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge

Disparu en direction de Latingy, pas sûr que notre oiseau ait l'idée de revenir devant le Mont.

 

Pourtant, par chance, c'est le cas au début de l'après-midi : le bel échassier est posée juste devant nous, encore beaucoup plus près qu'avant.

 

Puis la Cigogne traverse pour aller devant l'île des Baffaits où évoluent déjà plusieurs Grandes aigrettes...

Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge

Mais elle revient sur la rive nord, se rapprochant pour quelques gros plans.

Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge

Nouvel envol, cette fois-ci vers la rive sud du fleuve et au delà...

Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge

En fin d'après-midi, retour dans la compagnie des Grandes aigrettes...

Il pleut : ces digiscopies sont prises... depuis notre véranda !

Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge

Le lendemain, notre Cigogne s'est encore mise en bonne position pour quelques gros plans.

Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge
Ciconia nigra : le noir et le rouge

Mais il faut s'absenter, et nous manquerons le départ final de ce magnifique oiseau rare et discret, présumé nidificateur pas très loin d'ici...

 

 

Plus de détails sur oiseaux.net

Partager cet article

7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 09:57
Journées d'automne ordinaires...

Les mammifères sauvages ont de bonnes raisons de se méfier des hommes, surtout à l'arrivée de l'automne... Aussi sont-ils plutôt nocturnes.
Mais la fin de l'été et le début de l'automne est la période des récoltes de fruits : c'est donc aussi le moment où nous voyons plusieurs de ces mammifères venir se servir... et se nourrir sur les récoltes que nous regardions avec concupiscence.
 

Le Chevreuils et les Chevrettes viennent plus que jamais manger des pommes, parfois accompagnée de joyeux "Bambis".
 

Les noix sont quasiment pleines, la ronde des Écureuils roux qui en sèment partout a commencé.
 

Quant aux Renards, ils préfèrent rester discrets et circuler la nuit, mais leur goût pour tous les fruits de saison se vérifie dans leurs laisses : après les noyaux de cerises, puis les noyaux de prunes, ce sont les pépins de raisins qui trahissent la gourmandise des rouquins !

Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...

Par endroits, les sous-bois se garnissent des charmantes fleurettes de Cyclamens de Naples, tandis que les feuillages commencent déjà à se garnir des couleurs de l'automne...

Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...
Journées d'automne ordinaires...

Partager cet article

14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 07:07
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc

A contre-jour dans le ciel, la plupart des oiseaux apparaissent déjà comme des silhouettes noires. C'est le cas de ce Héron cendré.
 

A l'approche de l'automne et des migrations, les grands regroupements d'oiseaux se multiplient. Les Grands cormorans aux plumages très généralement noirs s'inscrivent en foule dans les ciels qui roulent des gros nuages sombres...

Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc

Plus tranquilles, les oiseaux blancs stationnent sur les bancs de sable ou dans les eaux peu profondes. Aigrettes garzettes, Grandes aigrettes, Mouettes, Goélands et Sternes s'y rassemblent dès qu'il y a un rayon de soleil.

Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc

Mais les passages de bancs de poissons agitent tout ce petit monde : noirs et blancs se précipitent, et par centaines se mélangent allègrement dans le ciel et dans l'eau.

Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc

Une fois terminées les "curées" sur ces bancs de poissons,, les Grands cormorans reprennent leurs vols, mais en formations géométriques en V  caractéristiques des parcours migratoires.

Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc

Partager cet article

7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 07:39
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Cet article s'adresse surtout à ceux qui ne connaissent pas encore la BalbuCam (balbucam.fr) ou à ceux qui, n'étant pas encore BalbuCamés, ne suivent pas quotidiennement les exploits des cinq Balbuzards pêcheurs de l'aire du Grand Bois à Mardié.
Il leur montre qu'il est toujours temps de rejoindre notre site BalbuCam où il se passe encore beaucoup de choses. A suivre sur le "En direct", de nombreuses scènes d'arrivées de poissons : des proies très disputées, parfois énormes... Mais aussi, notamment sur le Forum ou sur le Blog, des vues du "hors-champ" dont nous vous donnons ici un aperçu.


 

Depuis le début du mois d'août, avec tous les jeunes nés cette saison sur différents nids situés à proximité ou dans la Forêt d'Orléans au nord, les passages des rapaces que nous observons se multiplient. Ceux de "chez nous", ou ceux d'ailleurs :


- Ainsi, voici le passage rapproché d'un Balbuzard tout neuf, mais dont le plastron très foncé n’est pas identifié chez nous.

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Celui-là, qui fait beaucoup de stationnaire devant la levée de Latingy, il me semble qu’il n’est pas tout neuf et qu’il n’est pas de chez  nous

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Là, bien que la Buse variable ne se soit  pas tellement rapprochée du nid, c’est « règlement de comptes à O.K. Corral »

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Et quand même, voici un B.G. de "chez nous" au plumage parfait : le mâle Jéry au plastron très clair.

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Aux grands vols des Balbuzards se mêlent ceux de la Bondrée apivore ou, comme nous l'avons vu avant, celle de Buses variables : conflits possibles !

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Sur le Blog de BalbuCam, tous les détails sont donnés aussi sur le grand Epicéa qui sert de perchoir récurrent à Sylva et à Reda.

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Enfin, pour terminer, la femelle d'un nid assez proche sur lequel nous avons observé deux jeunes à l'envol.

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Alors rendez-vous très vite avec BalbuCam (balbucam.fr) !

Partager cet article

24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 08:09
Bien droit, le Phasme bâton !
Bien droit, le Phasme bâton !

Le Phasme bâton (Carausius morosus) est un insecte qui a deux mandibules et deux antennes. Il vit un an, pond des œufs et se nourrit de ronces ou de lierre. Il change environ quatre fois de peau. On dit qu'il mue.
 

C'est un spécialiste du camouflage. Il a aussi des prédateurs comme les araignées, les oiseaux, des primates, des lézards, des mantes religieuses...
 

Il existe d'autres phasmes, comme le Phasme feuille, le Phasme rugueux, le Phasme brindille... Il peut avoir différentes couleurs.

Plus de détails sur VIKIDIA

Partager cet article

19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 13:40
Le Bruant jaune chante sans fin

12 juin - Perché sur un petit Chêne buissonnant dans le même milieu que la Pie grièche écorcheur, c'est un Bruant jaune (Emberiza citrinella) qui chante inlassablement ses "six notes aiguës suivies d'une note finale mélancolique : "tsi tsi tsi tsi tsi tsi - tiu" "

Un congénère se fait entendre à courte distance : peut-être la femelle ?

 

Plus de détails sur oiseaux.net

Le Bruant jaune chante sans fin
Le Bruant jaune chante sans fin
Le Bruant jaune chante sans fin
Le Bruant jaune chante sans fin
Le Bruant jaune chante sans fin
Le Bruant jaune chante sans fin
Le Bruant jaune chante sans fin
Le Bruant jaune chante sans fin
Le Bruant jaune chante sans fin

Voici, au pied de la levée de Latingy, le milieu de taillis que vous irez observer àla fraîche du matin pour observer facilement ces intéressantes espèces de passereaux.

Le Bruant jaune chante sans fin

Partager cet article

26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 18:03
Identifiez Barbe-blanc !

Une petite énigme, ça fait du bien...

Et d'actualité, en plus !


Alors, en cette fin de printemps, il y a encore des arbres en... fleurs ???

Comment donc se nomme-t-il, celui-là ? Quelle est sa particularité ?
 

Vite, pour gagner, courriel à envoyer à l'adresse le-castor-enerve@orange.fr

 

 

Partager cet article

21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 18:03
Le gagnant est une gagnante !

"Est-ce une maman écureuil qui transporte son petit ?" propose la première Brigitte Boudard, pas certaine d'avoir la bonne réponse, mais bien avant Pierre-Emmanuel Ducommun.

Et c'est exact ! On le voit un peu mieux sur cette seconde photo où l'on distingue la queue et une patte du petit. Et encore mieux sur les photos suivantes empruntées à Internet.
 

Alban Larousse avait confirmé par anticipation : " Il transbahute un de ses petits, probablement pour le mettre hors de danger. Nid détruit ou repéré attaqué par une Pie ou une Corneille.... ".

Le gagnant est une gagnante !
Le gagnant est une gagnante !

Laissons la conclusion à la gagnante :
"J’ai toujours dit que dans une autre vie j’étais écureuil …"
 

Nous lui donnons rendez-vous à la BalbuFête, le dimanche 21mai après-midi, pour son cadeau...

Partager cet article

Présentation

  • : Loire & biodiversité
  • Loire & biodiversité
  • : Pour vous, nous voulons illustrer ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par des absurdes projets de déviations routières datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, alors nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !
  • Contact

Recherches

Catégories