Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loire & biodiversité

Loire & biodiversité

Pour vous, nous illustrons ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par un absurde projet de déviation routière datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, et nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

110426--11--apiculture.jpg

26/04/11 -  Pour la troisième année consécutive, soixante ruches sont arrivées sur le plateau d'un camion, de nuit, en provenance de la Loire Atlantique. Compte tenu d'une floraison extraordinairement rapide et précoce des Robiniers faux-acacias qui portent les fleurs dites d'acacias, la venue des essaims avait été avancée de plus de quinze jours.

A l'issue de leur séjour de moins d'un mois, temps de la floraison, l'apiculteur pourra extraire une production d'environ 1,5 tonnes du plus pur et du meilleur miel du monde, le miel d'acacia de Latingy.

Le Grand Bois bourdonne du matin au soir de manière impressionnante. Et même les petits massifs périphériques. En effet, une autre implantation de 40 ruches plus "locales" est intervenue cette année, et l'apiculteur d'avant a encore laissé une douzaine de ruches. Une quatrième implantation envisagée sera retardée d'un an.
Au total, ce sont plusieurs millions de ces petits insectes productifs qui ont envahi nos blanches frondaisons.

 

090510--15--montage-ruches.jpg

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

110424--7--r.jpg

24/04/11 - Pour saluer les traditions pascales, et en l'absence actuelle d'oeufs de Balbuzards pêcheurs sur l'aire de Latingy, nous vous offrons ceux d'une Poule d'eau (Gallinula chloropus), posés à 1, 30 m de haut sur une corbeille savamment tressée entre quatre branches. Le nid a été observé, lors d'un parcours de découverte, à une trentaine de mètres de la Loire au bord d'un passage dans la "forêt du Castor".

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Portrait

110422 (27) montage

Le Lézard vert (Lacerta bilineata) expose au soleil, à proximité de son gite, son élégante livrée de mosaïque où le vert émeraude se mélange au noir et évolue jusqu'au jaune. Il est devenu une légende, puisqu'à son image, il nous arrive de "lézarder" !
Il habite chez nous dans un entassement de bois et de branches, mais ce pourrait être au sein d'un roncier ou d'un amas de pierres.
Le Lézard vert adulte mesure environ 30 centimètres. Le mâle a la gorge bleutée, ce qui n'est généralement pas le cas de la femelle.

Inoffensif et non venimeux, ce lézard se nourrit d’insectes et de leurs larves, d’araignées ou de vers de terre. Il ne mord que pour se défendre, et sa langue n'a pour fonction que de recueuillir les odeurs. Il est peu farouche, et on peut souvent l'approcher  pour de très belles photos.
Classiquement, des tiques parasitent ce reptile : c'est le cas sur le spécimen ci-dessus où les taches noires au dessus de la patte avant sont des tiques.

080422 (61) Lezard vert
Plus de détails sur Terra nova

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations

110419--20--montage-Calopteryx.jpg

20/04/11 - Petit rappel à l'usage des cancres las... Les insectes sont des Arthropodes, mais tous les Arthropodes ne sont pas des insectes. Pour simplifier, comptez six pieds et  - facultativement - ajoutez deux ailes, vous êtes dans une des plus grandes sectes de la planète : celle des Insectes. Plutôt discrets à la saison froide, en phase de reproduction ou en hibernation, ils ressortent de leur néant avec les premières chaleurs.

Le groupe des Odonates, nos jolies libellules, est un des plus prestigieux de la classe. On constate l'émergence (sortie par mue de l'état larvaire) des premières espèces les plus courantes au bord de la Loire, comme les Calopteryx splendens (F à gauche, M à sa droite), Mais nous avons aussi la chance de pouvoir ajouter une 27è espèce à notre inventaire (conduit depuis 2006 par Sébastien Verneau) : la Gomphus vulgatissimus, ou Gomphe à pieds noirs, qui n'avait jamais été contactée jusqu'ici (F à droite).


110416 (79) montage insectes

Les Lépidoptères, dont les Papillons sont les représentants les plus familiers, commencent à remplir de leurs vols joyeux les espaces proches du sol et des fleurs qu'ils butinent avec leurs trompes. L'Aurore se voit déjà moins, la vedette du moment étant le spectaculaire Flammé (à droite).

Nous avons trouvé sur un amoncellement de branches coupées deux magnifiques Lucanes cerf-volants mâles (au centre) (ils peuvent atteindre 7,5 cm de long !) qui venaient sans doute de sortir de leur hibernation... Plus tôt que prévu !

Sans épuiser le sujet, saluons aussi les insectes "nuisibles" avec notamment les Moustiques qui nous harcèlent dans les bois ou près de l'eau (à gauche). Mais pas les Tiques, qui ont pourtant repris leur sale boulot : ce sont des Acariens, ils ne sont pas de la secte...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
 

Pour la première fois, une séquence "film"  (signée Cyril Maurer) devait s'insérer dans la "Balbu-lettre" pour illustrer la saga quotidienne des Balbuzards pêcheurs Alba et Seb.

Or, si tout marchait bien sur la maquette, la vidéo semble s'être volatilisée à l'arrivée.  En attendant de résoudre l'énigme, nous invitons les abonnés à venir ici sur le blog pour lire la séquence.

 

110410--74-se-montage-Balbu.jpg

Ceux qui ne sont pas encore abonnés à la Balbu-lettre ont bien tort !  Elle diffuse presque quotidiennement la chronique des évènements qui marquent l'installation de Balbuzards pêcheurs pour leur nidification 2011 sur l'aire de Mardié-ouest. Les surprises se multiplient, et le "suspense" est permanent !  Inscrivez-vous dans la colonne de droite, faites inscrire vos proches et vos amis...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Portrait

110410 (81) montage jacinthe

12/04/11 - Entre les tapis blancs des précoces Perce-neige et les brins de muguet beaucoup plus rares et plus tardifs, la Jacinthe sauvage déroule à sa floraison printanière, dans nos fraiches forêts, des immenses et magnifiques tapis bleus. Si denses parfois qu’on hésite à les piétiner. Elle transforme ainsi pendant quelques semaines des sous-bois ordinaires en petits paradis lumineux… où l’on aimerait s’endormir en humant un parfum plus délicat que celui de son homologue horticole.

 

Érigée sur un bulbe de la taille d’une grosse noisette, la Hyacinthoides non-scripta - appelée aussi Jacinthe des bois, scille penchée, petite jacinthe, endymion penché ou muguet bleu - est une vivace de la famille des Liliaceae haute de 20 à 40 centimètres. Ses feuilles sont dressées puis recourbées. Lors de la floraison (avril à mai), les fleurs bleu-mauve sont regroupées sur une grappe courbée qui donne à la plante l'aspect de dormir. Elles sont penchées en forme de cloche, longues de 14-18 mm.

 

Notre fleur bleue a fortement régressé ou localement disparu par excès de cueillette mais aussi en raison de la disparition des clairières, de l’hybridation fréquente avec la jacinthe d'Espagne de nos jardins (Hyacinthoides hispanica), et peut-être du réchauffement climatique. La Jacinthe des bois est pour ces raisons classée espèce protégée dans notre région Centre, et sa cueillette est à éviter.

 

Mais il ne faut pas se priver de la fréquenter, notamment dans la grande forêt d’Orléans. Par exemple, au nord-ouest d’Ingrannes, vers l’étang des Aulnes, le GR3 traverse une véritable “mer” de ces Jacinthes actuellement en fleurs.

 

Voir les commentaires

 

Articles récents

Hébergé par Overblog