Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loire & biodiversité

Loire & biodiversité

Pour vous, nous illustrons ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par un absurde projet de déviation routière datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, et nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !

Articles avec #actualite catégorie

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017

24 juillet 2020 :  C'est un juvénile qui se montre longuement, perché en haut des grands Peupliers du Mont.

29 juillet : Nouvelle séance de pose, mais cette fois-ci d'un adulte.

Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017

24 Juillet : l'apparition d'un jeune Faucon hobereau (Falco subbuteo) sur les grands Peupliers du Mont marque l'issue des reproductions de l'espèce... Et reboucle avec les observations d'un couple, au même endroit, mais avant les reproductions en mai 2017.

Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017

12/05/2017 - 9h 12 - Un Faucon hobereau (Falco subbuteo) est posé au sommet d'un des grands Peupliers au fond de la prairie du Mont. Et il y reste dix minutes, pendant lesquelles nous pouvons le photographier en digiscopie.
 

Jusqu'ici, une seule observation avait eu lieu d'une femelle de cette espèce le 9 août 2011 au matin, à peu près au même endroit. Cela avait été trop court, et l'oiseau ne s'était pas représenté. En sera-t-il de même cette fois-ci ?

Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017

14/05/2017 - Cependant le surlendemain, notre Faucon est de retour vers 7h.

Puis après s'être éloigné, il revient vers 8h pour une vingtaine de minutes.

Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017

Mais une nouvelle observation vers 10h 45 nous fait sursauter : ce sont deux faucons qui sont tranquillement posés sur les branches, à faible distance l'un de l'autre. Voilà qui commence à être particulièrement intéressant !

Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017

Le couple reste là jusque vers 11 h, avant de disparaître.

 

 

16/05/2017 - Vers 9h du matin, juste au delà des Peupliers, un étrange ballet aérien de trois oiseaux rapaces très rapides. On y reconnait un Faucon crécerelle, qui va rapidement dégager vers la Loire. Et deux Faucons hobereaux, certainement notre couple dont la présence continue sur le territoire semble se profiler.

Les oiseaux sont en chasse, bientôt rejoints par des mouettes tournoyant avec beaucoup plus d'indolence : elles sont à la poursuite des mêmes proies.

Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017

Ces proies, que l'on devine sur les photos où ils forment ponctuellement des taches assez floues sont certainement des Hannetons des jardins (Phyllopertha horticola).

 

17/05/2017 : Dès le lendemain, la même partie de chasse aérienne se reproduit au même endroit. Mais agrémentée, si l'on peut dire, par la poursuite d'un oiseau par un des Faucons en direction de la Loire. Le temps est assez dégagé, et nous réussissons à nous rapprocher un peu de la scène, sans pour autant réduire trop notre champ de vision à cause des autres arbres présents à proximité des peupliers.

Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017

18/05/2017 : Ce matin, avec le temps pluvieux, les insectes ne sont pas au rendez-vous. Mais un des deux Faucons passe deux heures sur une branche morte.

Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017
Un jeune Faucon hobereau rappelle la présence d'un couple en mai 2017

Après bientôt une semaine  de présence dans la proximité, la présomption  devient de plus en plus sérieuse. Pour les hobereaux, juin est la période nuptiale, et celle de la préparation des installations.

Autant dire que nous devrions continuer à faire de belles observations de ce côté...

 

Plus de détails sur oiseaux.net

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Retours de migrateurs emblématiques...

Le Coucou gris ( Cuculus canorus ) se fait à nouveau entendre dans nos bois au mois d'avril, cette année ici vers le 20. Il aime pousser son cri familier depuis les sommets  des arbres, mais n'est pas forcément disposé à poser pour le photographe...

Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...

Le Loriot d'Europe ( Oriolus oriolus ) est moins connu du grand public, et si son chant est aussi très facilement reconnaissable, si il aime aussi s'exprimer dans les hauteurs , il cache bien souvent la belle livrée jaune et noire qui fait du mâle un des plus beaux oiseaux d'Europe.

Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...

Trois spécimens différents se font entendre autour de nous régulièrement à des endroits différents. L'un d'entre eux a été vu accompagné de deux Étourneaux sansonnets et d'un Pinson des jardins.

Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...

Enfin, autre retour récent sur la Loire d'un de ses oiseaux les plus emblématiques : la Sterne pierregarin (Sterna hirundo ) que l'on voit posée sur des rochers ou des bancs de sable, ou en maraude de pêche au dessus du fleuve.

Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...

Toujours sur la Loire, nous avons vu revenir plusieurs espèces habituelles de Limicoles moins connues du public, comme :  le Chevalier aboyeur (Tringa nebularia), le Chevalier guignette (Actitis hypoleucos), le Petit gravelot (Charadrius dubius) que l'on voit souvent avec les Sternes.

Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...
Retours de migrateurs emblématiques...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

 

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Sylva et Reda, vus d'en bas...

Reda, le Balbuzard pêcheur mâle de l'aire du Grand Bois est souvent vu chargé d'un poisson juste pris dans la Loire.

Mais ici, il s'agit de la femelle Sylva qui tourne longtemps dans le ciel vers 16h, chargée du reste d'un grosse prise de son compagnon.

Sylva et Reda, vus d'en bas...
Sylva et Reda, vus d'en bas...
Sylva et Reda, vus d'en bas...
Sylva et Reda, vus d'en bas...
Sylva et Reda, vus d'en bas...
Sylva et Reda, vus d'en bas...

Pour changer de la BalbuCam, il est possible aussi de photographier le couple du sol lorsqu'il est présent sur l'aire, comme ce matin 5 avril vers 9h 20.

Sylva et Reda, vus d'en bas...
Sylva et Reda, vus d'en bas...

Sylva est sur le nid, Reda occupe le perchoir

Sylva et Reda, vus d'en bas...
Sylva et Reda, vus d'en bas...
Sylva et Reda, vus d'en bas...
Sylva et Reda, vus d'en bas...

A 9h 42, Reda part faire un tour. Sylva le regarde partir sans broncher :

Sylva et Reda, vus d'en bas...
Sylva et Reda, vus d'en bas...
Sylva et Reda, vus d'en bas...

Reda met du temps à revenir, mais pourtant son butin d'herbes sèches est bien maigrichon !

Sylva et Reda, vus d'en bas...
Sylva et Reda, vus d'en bas...

Reda reprend le perchoir. Dans l’existence des Balbuzards, il y a des jours plus tranquilles que les autres…

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Impressions : un début de printemps

Le printemps, c'est principalement le paysage qui passe du noir et gris à toutes les couleurs. Couleurs de la végétation, arbres et fleurs, mais aussi couleurs du ciel, lumières variées...

Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps

La semaine magique où le Peuplier noir mâle devient rouge cramoisi...

Impressions : un début de printemps

... Alors que les derniers des Perce-neige fleurissent encore.

Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps

Le Forsythia jaune lumineux donne le signe du départ : les fruitiers se couvrent alors de floraisons prometteuses.

Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps

Sauvages ou horticoles, les fleurs commencent à jouer leurs symphonies.

Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps

Oiseaux et Papillons amènent dans ce paysage leurs animations et leurs couleurs.

Un écureuil retrouve au sol, pour se nourrir, les noix qu'il a enterrées à l'automne dernier.

Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps
Impressions : un début de printemps

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

La Saison 5 est ouverte depuis ce matin, et elle commence par une belle coïncidence: bien qu'il n'ait cessé de nous tourner le dos, c'est possiblement Reda qui trônait sur le bord du nid à 8 heures, contemplant longuement le paysage massacré !!!

9 mars : C’est parti pour la Saison 5 de la BalbuCam !

L'équipe BalbuCam a travaillé activement depuis un moment sur le terrain à la mise en route de cette Saison 5.  Sylvain notre grimpeur-alpiniste, entre averses et tempêtes, est remonté pour faire le nettoyage des objectifs, tandis qu’à l’abri technique, Jérôme a fait toutes les modifications techniques pour un fonctionnement optimal de l’image et du son. Avec un résultat à la clé : la perfection… Quand la transmission assurée par notre opérateur Sosh veut bien faire du bon travail !


Comme l’an dernier, pendant les périodes de test, un premier Balbuzard pêcheur a fait l’ouverture de la saison : la femelle baguée 32. à gauche.

9 mars : C’est parti pour la Saison 5 de la BalbuCam !
9 mars : C’est parti pour la Saison 5 de la BalbuCam !

Maintenant, un autre Balbu femelle bagué O2. est souvent présent sur l'aire en attendant, nous l'espérons, que les titulaires Sylva et Reda y reprennent leur place...

9 mars : C’est parti pour la Saison 5 de la BalbuCam !

Sur le site balbucam.fr, on peut voir le direct de 8h à 19h, et le Forum principal est déjà très actif, illustré de nombreuses captures d'écran.

Tandis que plusieurs forums annexes sont ouverts et commencent à s'animer...

 

9 mars : C’est parti pour la Saison 5 de la BalbuCam !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Un Autour des Palombes...

Au milieu de l'hiver, un rapace diurne généralement sédentaire, mais qui, habitant dans les milieux forestiers, ne se montre que très peu à découvert : l'Autour des Palombes (Accipiter gentilis).

Ressemblant beaucoup à l'épervier, mais en plus volumineux, c'est un redoutable chasseur d'oiseaux : il peut capter un pigeon en vol et le plaquer au sol pour le plumer et le dépecer ; voire capturer un canard colvert ou un autre rapace ; mais même prédater les poussins dans un nid de ses semblables. Il peut aussi capturer des petits mammifères

Son habileté tient beaucoup à sa capacité à se faufiler très rapidement dans des milieux arborés ou dans des buissons grâce à ses courtes ailes et à un usage très habile de sa queue comme  gouvernail. Et à sa vue perçante à longue distance.

Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...
Un Autour des Palombes...

Plus de détails sur oiseaux.net ou wikipedia.

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy

Le 16 août dernier, nous avons photographié au téléobjectif, et même pris en digiscopie un magnifique Circaète Jean-le-blanc ( Circaetus gallicus ) en forme claire qui survolait la plaine, puis la prairie du Mont.

Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy

Migrateur très rare sous notre latitude, se nourrissant de reptiles, c'est le seul rapace que l'on peut  photographier en "digiscopie" (zoom de compact derrière l'oculaire d'une lunette d'ornithologue) : en effet, son vol stationnaire, dit "du Saint-esprit", est tellement stable pendant de longues minutes, même avec les vents circulant en hauteur, qu'il peut être trouvé et saisi de façon répétée en plein ciel !

Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy

Mais ce mardi 27 août vers 12h 35, notre Circa revient en vol avec dans son bec un reptile, probablement un gros Lézard vert 

Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy

Depuis des années, un adulte - vraisemblablement le mâle - vient fin août - début septembre se poser en affût sur les branches hautes de nos grands peupliers… 
Autant dire que nous sommes curieux de le voir cette année, car il ne s'agit manifestement pas du même spécimen que celui en forme claire observé ci-dessus, mais nous ignorons leurs liens de parenté.

Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy
Les Circaètes Jean-le-blanc de Latingy

En tout cas, voici confirmée notre certitude qu'un nid de Circaète situé au cœur du massif boisé de Latingy permet des reproductions annuelles de cette espèce protégée, mais évidemment ignorée par les brillants écologues à la solde du Conseil départemental !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
La famille Bondrée et le grand Peuplier

Les grands Peupliers dont nous avons parlé dans notre dernier article, et notamment leurs branches mortes les plus hautes, n'ont pas fini de recevoir de nouvelles visites. Nouveaux individus bien sûr, mais même nouvelles espèces d'oiseaux venant après des dizaines d'autres...

C'est ainsi que pour la première fois, deux jeunes Bondrées apivores ( Pernis apivorus ), puis au moins un de leurs parents viennent s'exposer à nos digiscopies  sur cet emplacement privilégié...

 

Cela commence le 3 et le 5 août par des observations en vol des deux adultes, mâle et femelle, laissant supposer la fin de la reproduction 2019 ;

La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier

C'est le matin du 19 août qu'une Bondrée adulte en forme sombre passe un quart d'heure posée là-haut :

La famille Bondrée et le grand Peuplier

Très vite, elle est harcelée par une Pie, une de celles qui voudrait imposer sa loi sur ces arbres...

La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier

La Pie finit par avoir gain de cause.

Mais surprise : le lendemain 20 août, un oiseau sensiblement différent est posé dans le même coin. "Cire" (haut du bec) jaune, et tour de l’œil très foncé : il s'agit toujours d'une Bondrée sombre, mais jeune de l'année !

La famille Bondrée et le grand Peuplier

Le 21 août, c'est le sensationnel, l'émotion : une magnifique Bondrée juvénile en forme claire occupe exactement le même perchoir !

La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier

Dérangée cette fois-ci par une Corneille, la blanche Bondrée s'envole et vient tourner sur la prairie du Mont en se rapprochant de plus en plus ! Magique !

La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier

Un quart d'heure après, on observe un joli ballet aérien des deux juvéniles... Et pendant un moment d'un adulte.

La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier

Re-belote le lendemain, ou trois oiseaux évoluent longuement... Avec une particularité : la blanche, par moments, fait la folle en réalisant des décrochements, des bascules, des vols les pieds pendus !

La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier
La famille Bondrée et le grand Peuplier

Voilà les folles matinées des Bondrées de Latingy.

Depuis au moins 2008, année après année, nous avons observé des Bondrées apivores au ciel au moment de leur arrivée tardive de migration ; au sol ou en vol bas dans les allées du Grand bois de Latingy pendant l'été ; au ciel à nouveau à l'approche de l'automne.

Nous n'avions aucun doute sur le fait qu'elles se reproduisent au cœur du Grand bois. Mais ces épisodes récents en apportent une preuve éclatante, incontournable !


Les grands écologues de Biotope disent ne pas en avoir contacté. Leur passage fût bref et trop tardif.
Après l'épisode de la Corydale solide et celui-ci, les juges administratifs voudront-ils ou elles admettre enfin que l'étude d'impact présentait beaucoup trop de manques, et reconnaître l'incomplétude évidente des espèces protégées présentées dans le dossier de demande de dérogations au CNPN ?

 

 

Plus de détails sur oiseaux.net

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Les familiers des grands Peupliers

Ils sont assez vieux et plutôt "décatis" ; couverts de boules de Gui : avec des branches brisées par les tempêtes, ou sévèrement attaquées par des Pics ; mais surtout, avec des branches hautes desséchées. 

Nous en avons déjà parlé dans notre article "Grands Peupliers du Mont : un théâtre apprécié par l'avifaune" du 28 juillet 2014 et dans de nombreux autres articles. Ces branches dépourvues de feuilles accueillent à découvert des dizaines d'espèces d'oiseaux, et notamment des espèces attirées par des positions sommitales souvent peu visibles...
Sur la photo ci-dessus, prise pour le Pigeon ramier, il y a en réalité "par hasard" quatre oiseaux...

 

Certains oiseaux y apparaissent d'abord entre leur arrivée de migration et le début de leur reproduction, puis après la fin de cette reproduction, parfois accompagnées de leurs jeunes.

Ce 6 juillet, c'est le cas du Loriot d'Europe (Oriolus oriolus), vu ici jusqu'au début mai, mais qui vient d'y réapparaître plusieurs fois et pour des stations parfois prolongées.

 

 

Les familiers des grands Peupliers
Les familiers des grands Peupliers
Les familiers des grands Peupliers
Les familiers des grands Peupliers
Les familiers des grands Peupliers
Les familiers des grands Peupliers
Les familiers des grands Peupliers

Revoici aussi le Grosbec casse-noyaux ( Coccothraustes coccothraustes ) :

Les familiers des grands Peupliers
Les familiers des grands Peupliers
Les familiers des grands Peupliers

Au passage, un Pic vert ( Picus viridis ) :

Les familiers des grands Peupliers

Par contre, cette Tourterelle des bois (Streptopelia turtur) n'est ni de retour, ni de passage : elle est ici tous les jours, son emplacement est comme réservé !

Les familiers des grands Peupliers

Ce matin à 6h 20, un des deux jeunes Balbuzards pêcheurs ayant récemment pris leurs envols tentait de se poser sur une branche haute de nos grands Peuplier. Dans une scène ressemblant à celle-ci (datant, elle, d’avril 2018) :

Les familiers des grands Peupliers

Mais ces jeunes ne connaissent pas encore la capacité des branches à supporter leurs poids. Et le séjour trop bref de celui-ci, quelques secondes, n’a pas permis de prendre une photo…
Le jeune est parti vers le Grand Bois, et on a pu l'y  voir encore pour quelques trop brefs survols.

Au cours de l'année, ce sont des dizaines d'espèces qui utilisent ces perchoirs élevés. Et notamment :
- Des rapaces : Circaète Jean-le-blanc, Buse variable, Balbuzard pêcheur ; Faucons crécerelle, hobereaux, pélerin  ; Épervier d'Europe.
- Des picidés : Pics épeiche, épeichette, vert, noir.
- Des colombidés : Tourterelles des bois, tourterelle turque, toutes sortes de Pigeons (ramier, biset...).
- Des corvidés : Corneilles, Pies, Geais des chênes
- De multiples autres passereaux : Grives, Étourneaux, Mésanges,Pinsons etc.

Bref, c'est un studio vivant pour la photo ornithologique !

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>

 

Articles récents

Hébergé par Overblog