Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 09:34
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?

Le 21 juin, nous avions publié une photo de Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) mâle prise par Jérôme Lamour à l'ouest de Mardié. Cette fois-ci, c'est Pierre Mary Fontaine qui nous a signalé la présence devant Latingy d'un couple de cet oiseau, présent de façon récurrente dans un milieu ouvert parsemé de petits bosquets.

Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?

Là, nos deux oiseaux sont sur un terrain de chasse des insectes qui leur convient parfaitement : ils se perchent sur le haut des arbustes, observent... et s'envolent pour fondre sur leurs proies.

Traditionnellement., leur territoire de chasse ne dépasse pas une centaine de mètres de rayon. Ce qui facilite l'observation et la photo.

Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?
Pie grièche écorcheur, le retour ?

La présence d'au moins un juvénile atteste de la nidification des ces migrateurs a proximité de leur terrain de chasse.

Bien que plusieurs milieux du territoire semblaient adaptés à la Pie grièche, celle-ci n'avait pas été contactée depuis plusieurs années, et nous sommes ravis de pouvoir l'observer à nouveau !




Plus de détails sur oiseaux.net

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 14:21


Les inondations catastrophiques qui ont frappé nos villages au passage de mai à juin ont à juste raison occuppé le devant de la scène pendant une longue période. Si ce n'était pas à ce blog de les commenter à chaud, il n'en reste pas moins que les milieux naturels ont été gravement atteints, et par le déluge : 150 mm de pluies en quelques jours seulement ; et par les crues et les inondations exceptionnelles.

Si les hommes ont subi de très graves dégats essentiellement matériels, c'est la mort à frappé cruellement et en masse les animaux sauvages. Tous ceux qui suivent notre BalbuCam en ont eu le témoignage direct avec la couvée de trois petits Balbuzards à peine éclos où seul l'aîné a réussi à survivre. Mais un seul témoignage parmi des milliers de petits drames souvent invisibles...  Retour sur ce triste épisode.


 

Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...

Souvenez-vous, au passage de l'année, en plein hiver, la Loire était encore à son étiage exceptionnel de 2015. Ce qui a permis de déceler une pollution aux hydrocarbures... qui n'en était pas à sa première occurence !


Au printemps, la Loire a vu ses niveaux remonter... Normal.
Puis jouer au "Yoyo"? Très haute début avril, puis esquissant une redscente...

Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...

En mai, les choses se sont gâtées : la crue a été fluctuante à un niveau élevé, et les oiseaux n'ont plus trouvé d'îlots ou de grèves libres de végétation pour se poser, pour rechercher de la nourriture, et a fortiori pour nidifier.


Certains s'en sont sortis plus ou moins facilement : les Grands cormorans, les Goélands leucophées, les Canards colverts, les différents Hérons...

Des nids construits sur la végétation sont devenus flottants, comme celui de ces Foulques...

 

Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...

Pour d'autres, cela a tourné au désastre mortel pour les portées en cours. C'est notamment le cas des oiseaux nidifiant au sol, comme les Mouettes et les Sternes.

Notre ami Cyril Maurer a saisi le 3 juin des scènes désespérées, comme celle qui suit, avec des poussins condamnés d'avance par la montée des eaux...

Photo Cyril Maurer

Photo Cyril Maurer

Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...

Après avoir été habitée par 360 couples d'Hirondelles de rivage, la falaise sablo-graveleuse de la rive sud de la Loire avait été noyée et délaissée pendant quelques années. A un moment où la Loire n'était pas trop haute, une grande colonie de ces oiseaux a réinvesti les lieux en y creusant plusieurs centaines de nids.

 

Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...

Mais mal leur en a pris : inexorablement, le gigantesque plan d'eau a noyé la falaise et ses habitants jusqu'au dernier... Des centaines de petites victimes, une génération manquante.


Pour les Sternes, c'est pareil, sauf que cela fait plusieurs années que les reproductions sont compromises.


L'eau est belle. Mais trop d'eau, au mauvais moment, et la plupart des espèces inféodées  sont impactées. Pour beaucoup, dramatiquement...

 

Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...
Dérèglements : 2016, et des crues qui tuent...

Partager cet article

24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 18:22
Le grillon champêtre stridule à nouveau
Le grillon champêtre stridule à nouveau

Le Grillon champêtre (Gryllus campestris), encore appelé "Grillon des champs", est un Orthoptère, tout comme le sont les sauterelles et les criquets. Il relève de la Famille des Gryllidés, c'est-à-dire des "vrais" grillons, représentés en France par une quinzaine d'espèces.
 

Les mâles produisent un bruit aigu et perçant par le frottement de leurs élytres. Ce chant très familier dans les prairies naturelles a tendance à disparaître à l'instar des pâtures... ainsi que le jeu bien connu des anciens gamins, consistant à "chatouiller" la bestiole avec une longue herbe rigide pour la faire sortir de son trou et la capturer à sa sortie...



Plus de détails sur http://www.insectes-net.fr/grillon/grill2.htm

Le grillon champêtre stridule à nouveau
Le grillon champêtre stridule à nouveau

Partager cet article

21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 08:29
Photos de nos amis (suite) : une Pie-grièche écorcheur

Jérôme a démarré sa pratique de digiscopie "sur les chapeaux de roues"  : malgré les conditions météorologiques détestables, malgré une densité de moustiques sans précédent qui dissuade rapidement de rester à l'extérieur, il nous offre aujourd'hui la photo d'un oiseau assez rare.

Il s'agit d'une Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) mâle, très bel oiseau qui partage avec nos amis Balbuzards pêcheurs le fait d'avoir un bandeau noir au niveau des yeux, sur un fond de plumage très clair.

Cet intéressant passériforme migrateur de la famille des Laniidés, que l'on ne peut voir ici que de mai à la fin août, a subi un déclin numérique très rapide dans les dernières décennies, lié à l'industrialisation de l'agriculture, à la disparition des pâtures et des espaces semi-ouverts. En effet il se nourrit principalement d'insectes, eux-mêmes tributaires notamment de prairies florales (devenues "inutiles" pour des "Fermes des mille-vaches"...).
 

Une pratique souvent citée de cet oiseau consiste à empaler ses plus grosses prises sur une épine ou un fil barbelé, créant un véritable "garde-manger" nommé un "lardoir", et démembrant ainsi plus facilement une capture coriace ou de grande taille.
 

La Pie-grièche écorcheur n'a encore jamais été contactée du côté du Mont ou sur Latingy à Mardié.
 

 

Plus de détails sur oiseaux.net

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 07:18
Les Balbuzards dans le brouillard

06/06/2016 - Le soleil est là, après les pluies dilluviennes qui ont fait tant de dégâts, notamment sur notre portée de nouveaux-nés. Mais il réchauffe les sols et les eaux, et c'est un brouillard assez dense qui baigne la forêt et encercle le nid.



D'où une atmosphère tout à fait inhabituelle au réveil du petit : on pourrait se croire quelque part sur une montagne du Yunnan !

 

Les Balbuzards dans le brouillard
Les Balbuzards dans le brouillard
Les Balbuzards dans le brouillard
Les Balbuzards dans le brouillard
Les Balbuzards dans le brouillard
Les Balbuzards dans le brouillard
Les Balbuzards dans le brouillard
Les Balbuzards dans le brouillard
Les Balbuzards dans le brouillard
Les Balbuzards dans le brouillard
Les Balbuzards dans le brouillard

Avec maintenant un seul jeune à élever, notre couple Sylva-Titom a repris une existence "normale" à trente mètres au dessus du sol et sous l'oeil de notre BalbuCam :

 

http://www.balbucam.fr/


 

La mère et son enfant se portent à merveille !

Les Balbuzards dans le brouillard

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 17:32
Flambé mouillé !

Ce papillon Flambé (Iphiclides podalirius) est posé, immobile, profitant d'une accalmie après le grand déluge pour prendre un peu de repos sans trop craindre d'être mouillé.


Sans trop craindre ? Sauf que quelques gouttes se remettent à tomber,... Petites perles  qui se fixent aux ailes : le papillon va-til pouvoir repartir ?

Flambé mouillé !
Flambé mouillé !

Sans attendre, je cueuille le sarment sur lequel notre beau lépidoptère s'accroche.

Et je le mets au sec dans mon bucher, à l'abri mais ouvert : une chance de se sécher et de repartir, si un jour la pluie veut bien s'arrêter...

Flambé mouillé !

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 09:46
Chaton consolation...

Grandes déprimes autour de nous : nos villages du Loiret sous l'eau, les routes et autoroutes du CD45 impraticables (à l'exception du futur pont de Mardié ;-)) ; sur notre aire, suivie par BalbuCam, la magnifique portée de trois Balbuzars pêcheurs qui perd deux petits affaibis par les déluges (voir http://www.balbucam.fr/ ) ; les questions sociales qui amènent certains à en rajouter aux difficultés ordinaires des citoyens ordinaires ; etc.
 

Alors le petit chaton trouvé par Sylvie, arrivé dans une corbeille à notre réunion de crise, nous apporte un petit réconfort douillet dont, pour une fois, on ne se privera pas...
 

La nature sauvage souffre durement ici. La société humaine  est mal. Mais la vie continue, il faut la rendre meilleure pour demain : plus respectueuse, plus généreuse.

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 16:50
Photos de nos amis (suite) : des Tariers pâtres (et un vrai Tarier  des Canaries)

Après sa Bergeronnette printanière, Jérôme nous offre deux nouveaux passereaux photographiés en digiscopie.


- Un Tarier pâtre (Saxicola rubicola), au plumage coloré très caractéristique : tête noire, poitrine rouge-orange.

- Plus surprenant, beaucoup plus rare, surtout ici, un Tarier des Canaries (Saxicola dacotiae) femelle identifié par le célèbre Maître Alban Larousse.


Si c'est pour profiter du réchauffement climatique, cet africain aurait dû attendre encore un peu...

 

 

Photos de Jérôme Lamour
Photos de Jérôme Lamour

Photos de Jérôme Lamour

Rectificatif :

Notre ami Cyril revient justement des Canaries avec des photos de Tariers des Canaries.
Furieux de se faire bruler la coche, il dément formellement la présence de cet oiseau endémique en France, et identifie la photo de Jérôme comme étant tout banalement celle d'un Tarier pâtre autochtone :

 

"La différence entre le Pâtre et le Canaries

 - La bavette est blanche chez le Canaries et noire chez le pâtre (ici, c'est bien noir)

 - Le Canaries à un petit sourcil blanc visible chez le male, pas pour le Pâtre."

 

Et il nous envoie une photo d'un authentique Tariers des Canaries femelle, sans bavette sombre, certifié "on the spot" ! Alors...

 

Dur, dur, d'être ornitho !

 

 

Plus de détails sur oiseaux.net : Tarier pâtre, et Tarier des Canaries

 

Photo de Cyril Maurer

Photo de Cyril Maurer

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 10:57
Photos de nos amis : Une Bergeronnette printanière

De plus en plus d'adhérents de MARDIEVAL ou d'amis passionnés par la nature viennent à Mardié sur les bords de Loire pour confirmer leurs talents de photographes ou s'initier a de nouvelles méthodes... Sachant que notre "spot" est un des tout meilleurs de l'est orléanais.

Loire & biodiversité ouvre donc une rubrique "Photos de nos amis" qui mettra a l'honneur leurs meilleurs clichés,  et fera état de leurs plus belles réussites.

Nous l'inaugurons avec une photo prise par notre ami Jérôme Lamour - vous savez, notre ingénieur-sorcier de la BalbuCam - qui débute avec la digiscopie - vous savez, les photos prises à travers une lunette d'ornitho... -.

Cette technique demande pas mal d'entraînement et d'habileté, alors que les passereaux comme cette charmante Bergeronnette printanière (Motacilla flava) sont très mobiles, donc difficiles à saisir derrière une optique à très fort grossissement.

Bravo et merci à Jérôme !

 

Plus de détails sur cette Bergeronette printanière sur oiseaux.net.
 

Partager cet article

11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 18:28
Le passage de la Cigogne noire

05/05/2016 - 19h 20 - Une session d'observations tournée vers le lit de la Loire qui, en baissant lentement, découvre enfin ses îles et ses îlots... permettant à beaucoup d'espèces d'oiseaux de retrouver progressivement le cours normal de leur activité : Sternes naines et pierregarin qui se posent sur les rares  langues de sable exondées ; Chevaliers aboyeurs qui parcourent inlassablement les eaux peu profondes en plongeant leurs têtes sous l'eau pour piquer les fonds ; Chevaliers guignette qui à deux par deux se lancent dans de rapides et bruyantes courses-poursuites ; Chevalier gambette faisant valoir ses gambettes rouges ; Vanneaux huppés placides ; innombrables colverts ; Mouettes et Goélands, Grands cormorans ; Hérons cendrés et petites garzettes énervées ; une Bernache du Canada présente depuis plusieurs jours... Et le sympathique Grèbe huppé qui disparaît sous l'eau pour réapparaître à des endroits improbables.

 

Bref, de quoi occuper les yeux et les optiques des observateurs, qui négligent de regarder le ciel... Et pourtant, tranquillement, un grand oiseau en tenue de soirée remonte la Loire au niveau de la cime des arbres : aucun doute, cette silhouette élégante est celle d'une Cigogne noire (Ciconia nigra)

Le passage de la Cigogne noire
Le passage de la Cigogne noire
Le passage de la Cigogne noire
Le passage de la Cigogne noire
Le passage de la Cigogne noire
Le passage de la Cigogne noire
Le passage de la Cigogne noire
Le passage de la Cigogne noire

La Cigogne a déjà dépassé notre belvédère, et semble vouloir continuer sa remontée vers Jargeau. Mais la voilà qui descend, qui semble se disjoindre en vol : va-t-elle nous faire le plaisir de se poser là ?

Hélas non, espoir déçu : elle se reprend et s'éloigne impitoyablement vers l'est, puis disparaît au loin au dessus des arbres.

Le passage de la Cigogne noire
Le passage de la Cigogne noire
Le passage de la Cigogne noire
Le passage de la Cigogne noire
Le passage de la Cigogne noire

C'est la quatrième fois que nous rencontrons la Cigogne noire sur ce territoire depuis notre premier contact assez bref en 2006. En 2008, l'oiseau juvénile avait survolé le Mont pour aller passer la nuit dans les bois, avant de revenir à la Loire et y passer quelques heures le lendemain matin... nous donnant l'occasion de le photographier abondamment.
Enfin, en septembre 2011, il s'était agi d'un passage en vol très proche, mais furtif.

Avec 500 couples seulement en Europe, entre trente et soixante en France, ce magnifique grand oiseau discret reste très rare à observer.

 

Plus de renseignements sur oiseaux.net

 

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Loire & biodiversité
  • Loire & biodiversité
  • : Pour vous, nous voulons illustrer ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par des absurdes projets de déviations routières datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, alors nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !
  • Contact

Recherches

Catégories