Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loire & biodiversité

Loire & biodiversité

Pour vous, nous illustrons ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par un absurde projet de déviation routière datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, et nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations
Article repris du 19 avril 2014

Article repris du 19 avril 2014

Le paysage est ce référentiel en perpétuel changement qui nous relie à la nature, principalement par la vue,  lorsque nous nous y déplaçons. Il influe très fort sur notre état et sur nos perceptions. Encore plus que son décor sur la perception d'une pièce de théâtre. Aussi faut-il savoir prendre le temps de regarder, de s'imprégner des constituants du paysage : les matières, les lumières, les reliefs, les sons, les odeurs, et bien sûr les couleurs... Car la nature, ce n'est pas que de "la verdure" !

 

140416 (25) montage bleu r

Ainsi la floraison en avril de la Jacinthe des bois (voir notre article "Portrait - les jacinthes sauvages… et la forêt bleue" du 12/04/11) transforme pendant quelques semaines un sous-bois ordinaire en un lieu fééerique, avec ces plages d'une couleur bleue assez peu fréquente dans la palette des couleurs de la végétation.

 

140408 (17)a montage jaune r

Dans le paysage plus ouvert du Val, entre les champs de Colza, les landes de Genêt à balai et les feuillages naissants, ce sont les couleurs jaunes qui se déclinent, de nuances de l'or à celles du citron vert. 

 

140407 (61) montage rouge r

Les ciels participent à la symphonie des couleurs, particulièrement à l'aube et au couchant où les pourpres sont souvent éclatants autour du soleil. Beaucoup d'arbres ont des variétés pourpres, comme le Hêtre, le Noisetier, le prunier etc. Le rouge est aussi dans beaucoup d'arbustes fleuris, du rouge vif du Cognassier du Japon au violets du Lilas et aux roses du Magnolia de Soulange.

 

 

140409 (3) montage blanc r

Mais le Val se remplit aussi fréquemment, en toutes saisons, de brumes qui noient le paysage dans le blanc. Après l'explosion des Aubépines, la couleur virginale revient souvent dans nos jardins avec ici un Lilas, une Spirée de Van Houtte  et un Arbre de Judée ; et, dans les bois, avec des tapis de Stellaires des bois.

 

Il y a forcément une grande complicité entre l'élément végétal et le paysage qu'il habite. A nous de savoir faire ce lien entre l'harmonie du plus grand, du plus large, du plus global, et le charme détaillé de tous les composants de la mosaïque paysagère...

Les couleurs de nos paysages printaniers
Les couleurs de nos paysages printaniers
Les couleurs de nos paysages printaniers

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
La vie nocturne des Effraies

Sur le domaine de Latingy, notre ami José Gomez a installé un piège photo-vidéo devant l'entrée d'un nichoir à effraies installé il y a deux ans par Patrick Duhamel.


Voici sa vidéo : elle permet de visualiser l'activité de ces rapaces nocturnes, probablement au début d'une nouvelle reproduction...

L'an dernier, la reproduction avait sans doute abouti à trois poussins, mais seulement à deux jeunes à l'envol.


Nous avions pu en photographier un, posé sur la branche basse d'un Châtaignier voisin...

La vie nocturne des Effraies
La vie nocturne des Effraies
La vie nocturne des Effraies
La vie nocturne des Effraies

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Jamais d’œufs sans trois !

Alors que Sylva et Reda se sont retrouvés sur leur aire de reproduction le 17 mars, exactement comme en 2018, les deux premières pontes de la femelle sont intervenues elles aussi aux mêmes dates que l'an dernier, le 7 puis le 10 avril. Seule différence : au lieu de découvrir les œufs au petit matin, pondus sans doute pendant la nuit, nous avons été nombreux à "deviner" au milieu des après-midis que quelque chose s'était passé avant d'avoir, en même temps que Reda, la confirmation visuelle des pontes.

Jamais d’œufs sans trois !

Mettez-vous donc en observation pour découvrir en direct, sans doute demain samedi 13 avril au cours de l'après-midi, la troisième ponte attendue de Sylva !
En attendant, guettez les scènes d'apports de poissons, de passages de relais pour la couvaison, d'aménagements du nid...


La Saison 4 a démarré et se déroule à la perfection, notamment avec une entente parfaite du couple et une participation importante du mâle à la couvaison. Tout cela est de bonne augure pour la suite de cette belle aventure !

Jamais d’œufs sans trois !
Jamais d’œufs sans trois !
Jamais d’œufs sans trois !
Jamais d’œufs sans trois !
Jamais d’œufs sans trois !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps
Impressions de printemps

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
L'odyssée du loup

Ce soir sur France 4 :

Si vous n'avez pas vu ce documentaire lorsqu'il est passé sur France 2, ne le manquez pas ce soir à 21h sur la quatre !

Il est magnifique ; il montre un animal sauvage magnifique ; il raconte une belle histoire... Et on se demande sans arrêt comment ont pu être filmées ces scènes incroyables.

L'odyssée du loup
L'odyssée du loup

A défaut, vous devez pouvoir retrouver la vidéo sur Internet.

Et si vous voulez comprendre "comment ?", un "making-off" existe qui vous livrera des secrets très surprenants... tout en déflorant les si beaux mystères...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Le Peuplier noir rouge
Le Peuplier noir rouge

Tous les ans, il a son heure de gloire... Ou plutôt sa semaine de gloire. Ce magnifique Peuplier noir (Populus nigra) situé en bas du coteau du Mont fleurit chaque année au printemps.

 

Le Peuplier noir rouge
Le Peuplier noir rouge
Le Peuplier noir rouge
Le Peuplier noir rouge
Le Peuplier noir rouge
Le Peuplier noir rouge
Le Peuplier noir rouge
Le Peuplier noir rouge

Car les "chatons" cramoisis qui éclosent et qui le recouvrent momentanément sont bien des fleurs (Revoir notre article " Des chatons ? Oh, que c'est mignon ! " du 18/03/11, on ne s'en lasse pas !). Qui vont bientôt lâcher aux vents leurs pollens, et ainsi féconder leurs congénères femelles.

Le Peuplier noir rouge
Le Peuplier noir rouge
Le Peuplier noir rouge

Ce week-end, pour lequel s'annonce du beau temps, est le moment parfait pour une petite ballade en rive de Loire, depuis l'extrémité de la Rue du Bois-Minet à Mardié, pour aller contempler cet arbre exceptionnel.

 

Vous en profiterez pour contempler une nouvelle fois le paysage magnifique que le conseil départemental veut absolument ravager pour y faire passer une route avec plein de voitures et de cacamions... Où paraît-il, ils ne dérangeront "personne"  !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Sylva et Reda déjà sur leur nid !

Le 17 mars, entre averses et giboulées de grêlons, le couple Sylva/Reda, couple "titulaire" du nid du Grand Bois à Mardié, s'est reconstitué vers  8h 40. Sylva était déjà sur l'aire depuis samedi 16 midi.
 

 La femelle 1 B avait pris possession des lieux. Au point qu'on l'y avait vu rapporter un très gros poisson étêté, juste avant que Sylva ne vienne tourner au dessus d'elle. Comprenant sa mauvaise fortune, 1B s'est enfuie avec ce poisson, une minute avant que la reine Sylva ne vienne reprendre le contrôle de la plateforme.
Son compagnon Reda l'a rejoindre ce matin peu après le début du Direct, mais il n'est pas impossible qu'il ait été là depuis hier soir...

Sylva et Reda déjà sur leur nid !
Sylva et Reda déjà sur leur nid !

En tout cas, non seulement Reda a fait son apparition en se posant sur le dos de Sylva, mais encore les accouplements ont suivi rapidement ! 

Sylva et Reda déjà sur leur nid !
Sylva et Reda déjà sur leur nid !
Sylva et Reda déjà sur leur nid !
Sylva et Reda déjà sur leur nid !

Reda est aussi actif sur l'amélioration du nid, mais surtout sur l'apport à Sylva de poissons de tailles variables...

Sylva et Reda déjà sur leur nid !
Sylva et Reda déjà sur leur nid !
Sylva et Reda déjà sur leur nid !

Dans quinze/vingt jours, on peut attendre le début des pontes et l'incubation durant 37 à 41 jours, les éclosions pourraient intervenir vers la mi-mai. A condition, bien évidemment, que Reda ne réitère pas ses "exploits" de l'an passé, ou que quelqu'autre mauvaise circonstance ne perturbe pas le cycle "normal" de la reproduction !

Mais vu le départ impeccable, d'abord du point de vue de l'image diffusée, puis de la belle concordance des arrivées de la femelle et du mâle, on peut rêver d'un déroulement parfait !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Saison 4 de la BalbuCam : c'est parti !
Saison 4 de la BalbuCam : c'est parti !

Dimanche 3 mars, entre averses et tempêtes, la petite équipe de BalbuCam s'est affairée autour, le long et en haut du séquoia qui porte l'aire des Balbuzards pêcheurs du grand Bois à Mardié.
A la suite d'une malencontreuse coupure juste à l'extrémité de la dernière saison, toute la ligne qui apporte le courant  et transporte les images vers le net a été revérifiée et sécurisée. Les équipements image, son et transfert des signaux ont été remis en place.
Dès le redémarrage de l'installation, nous avons retrouvé une image parfaite et un son extraordinaire : au petit matin, le concert des oiseaux est un véritable enchantement... Et la reconnaissance des espèces par le son permettra de mettre un nom sur chacun des musiciens de ce concert !

Dans le vent froid, deux barbus sur l'aire du Grand Bois !

Dans le vent froid, deux barbus sur l'aire du Grand Bois !

Le "En direct" du site BalbuCam a démarré hier dimanche 10 mars à 8 heures. Il n'a pas fallu longtemps pour que les candidat(e)s à l'occupation de l'aire se manifestent : il y en a déjà trois, probablement des femelles, dont deux "inconnues" et une qui avait déjà tenté sa chance l'an dernier ... Avant de devoir céder la place, finalement occupée par les "titulaires" : Sylva, la femelle, et Reda le mâle.

Saison 4 de la BalbuCam : c'est parti !
Saison 4 de la BalbuCam : c'est parti !
Saison 4 de la BalbuCam : c'est parti !

Première confrontation vers 11h le 11 mars : 1B contre "bague alu".

Saison 4 de la BalbuCam : c'est parti !
Saison 4 de la BalbuCam : c'est parti !

C'est la première qui l'emporte, et qui s'incruste sur l'aire, recharge le nid etc.

Saison 4 de la BalbuCam : c'est parti !
Saison 4 de la BalbuCam : c'est parti !

Si Sylva et Reda sont attendus sereinement sur leur aire pour une nouvelle saison de reproduction, c'est que nous avons réussi, grâce à nos actions judiciaires, à repousser le projet funeste du conseil départemental qui avait décidé de déboiser à l'automne pour faire passer sa déviation routière.


La lutte bat son plein, mais maintenant ce sont les destructeurs qui sont acculés : ils pratiquent l'"infox" plus que jamais. Ainsi, nous avons révélé l'existence d'un rapport du BRGM qui prédit des désordres du pont envisagé comme "possibles, voire probables" avec dommages aux personnes et aux biens, et mise hors d'usage de l'ouvrage. Le CD45 prétend être "transparent" sur la question, alors que ce rapport devait être caché trois ans ; et que le maitre d'ouvrage s'est totalement dispensé de suivre les "recommandations" du BRGM... A croire qu'il ne les a pas lues, ou qu'il ne prend pas au sérieux la réalité des risques !
 

Quant au réchauffement climatique, contre lequel nous allons encore marcher le samedi 16 mars partout et notamment à Orléans, le "président" Gaudet n'en a rien à cirer : il n'en a jamais entendu parler, et il doit en bon notable conservateur encourager le BTP qui construit des ponts d'une part (suivez notre regard vers Châteauneuf-sur-Loire), l'industrie automobile et les lobbies routiers et logisticiens, très présents autour d'Orléans d'autre part...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs

5 mars 2019 - C'est le moment où quasiment chaque année, on peut observer ici le Harle bièvre. Un couple de ces anatidés plongeurs passe et repasse ces jours-ci devant Le Mont et Latingy, quand le temps n'est pas trop exécrable...


Profitons-en pour revoir une de nos observations de mars 2016.

Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs

Malgré un temps détestable, et notamment des forts vents du nord chargés de pluie, les migrations prénuptiales sont bien parties, notamment en ce qui concerne les Anatidés, les Limicoles, les Hirondelles.
 

Un couple de Harle bièvre(Mergus merganser) fait une longue halte devant Le Mont, où doivent circuler des bancs de poissons : signalés hier déjà par des rassemblements de Grands cormorans, de Grandes aigrettes, de Hérons cendrés, et d'aigrettes garzettes.


La femelle du Harle se fait remarquer par sa perruque rousse à géomètrie variable qui fait inévitablement penser à celle de Donald Trump. La comparaison s'arrête là : Madame Bièvre, elle, a toute sa tête...

Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs

Le mâle, pour sa part, porte une élégante tenue de soirée en noir et blanc.

Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs

Mais à la plongée, tous deux sont champions à égalité : en apnée pendant vingt à trente secondes, ils peuvent descendre jusqu'à dix mètres de profondeur. Autant dire qu'ils sont des fameux pêcheurs !

Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs

Alors que l'on pouvait observer de nombreux vols de Cygnes, voici soudain qu'est passée une silhouette inattendue : celle d'une Grue cendrée remontant la Loire. Egarée de sa colonie ?


Sur la rive nord du fleuve, des nuées d'Hirondelles de rivages et d'Hirondelles rustiques
Plus un Canard souchet mâle. Et toujours beaucoup de Foulques macroules.


Dès que le déluge laissera place à un rayon de soleil, allez vite randonner sur les bords de Loire : ça commence à être intéressant !

Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs

Voire très intéressant : notre ami Cyril Maurer a surpris hier au Fer à Cheval un magnifique groupe de six Avocettes élégantes : nous en reparlerons.

Autres observations :  Hirondelles de rivages et Hirondelles rustiques,  et huit  Sternes pierregarin. Dans la réserve de Courpain,  deux Canards siffleurs.

Photo de Cyril Maurer

Photo de Cyril Maurer

Et puis, à ne pas manquer lors de vos promenades, quand il ne sera plus sous l'eau : le spectaculaire Peuplier noir mâle, qui est rentré dans sa phase "chatons", c'est à dire fleurs. Il  est donc entièrement rouge cramoisi !

Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs
Le Harle bièvre,  les migrateurs, et bientôt les fleurs de Peupliers noirs

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Espèces et territoires

070228 (19)r

 

Lors des cinq promenades que nous avons déjà faites autour et dans le Petit étang du grand bois, nous avons perçu le cadre végétal des lieux, et regardé de plus près certaines espèces utilisées par la faune fréquentant ces lieux. Cette fois-ci, notre visite va s'intéresser à l'étang en vous présentant les principales espèces végétales spécifique à ce milieu humide.

 

Ala fin de l'hiver, la faune et la flore paraissent bien discrets, sinon absents. Seule dans l'eau, une herbe hydrophyte, la Glycérie flottante (Glyceria fluitans), montre par endroits en surface de l'eau ses feuilles plates et rudes, couchées ou brisées, qui peuvent dépasser le mètre de long.

090401 (35)m Saule

Mais dès le mois de mars, le Saule marsault (Salix caprea), petit arbre dioïque qui se plait à grandir dans l'eau, se couvre de chatons blancs qui virent au jaune : ce sont en fait des grappes de fleurs, nous en avons parlé dans nos articles "Les chatons ? Oh, que c'est mignon !" du 18/03/11 et "Des acrobates à tout faire" du 14/04/13.

 

100509 (6)m Ranunculus aquatilis

Deux mois plus tard, on ne reconnait plus l'étang : toujours plein d'eau, il est presque entièrement couvert de petites fleurs blanches émergeant de quelques centimètres. C'est le début de la floraison de la Renoncule aquatique (Ranunculus aquatilis).

 

080815 (217)mJonc

Sur les berges que la baisse de niveau vient d'exonder, une végétation dense composée d'espèces hélophytes se développe rapidement. Et d'abord des bouquets de Joncs épars (Juncus effusus) dont les tiges lisses et raides, qui peuvent monter à un mètre, servent notamment pour se poser aux Libellules qui commencent à émerger.

 

070804 (199)m Alisma plantago-aquatica r

Le Plantin d'eau (Alisma plantago-aquatica) profite de la baisse du niveau à l'arrivée de l'été pour prendre une position dominante. "Cette grande plante est enracinée dans la vase et s’élève jusqu’à un mètre. Ses feuilles sont ovales, lancéolées et pointues. Les fleurs à trois pétales blancs ou légèrement rosés apparaissent au bout d’une inflorescence très ramifiée." On a vu que les Lestes utilisaient ses tiges pour y piquer leurs œufs.

 

080717 (25)m Nenuphar

Le Nénuphar blanc, ici dans une variété de couleur rose (Nymphea alba f. Rosea), ne s'est pas implanté ici naturellement : issu de l'horticulture, il se développe cependant avec beaucoup d'aisance dans ce genre de contexte. "Enraciné dans le fond vaseux des eaux dormantes, un pétiole pouvant atteindre deux mètres rejoint la surface et étale ses feuilles en forme de cœur arrondi. Parmi ces feuilles qui servent de reposoirs à de nombreux animaux, éclot la fleur qui expose pas moins d’une quarantaine de pétales !"

 

090816 (37)m Salicaire Pap

Enfin, sur les pourtours, de belles floraisons de plantes hygrophiles familières : la Salicaire commune (Lythrum salicaria), dont les fleurs pourpres en épi attirent beaucoup de Papillons.

 

Mais aussi la Lysimaque commune jaune, le Lycope d'Europe dont la feuille ressemble à celle de l'Ortie, la Sarriette commune et l'Epiaire des marais d'une couleur mauve claire, etc.

070804 (201)m Lentilles Lycope

Enfin, à l'été, ce qui reste d'eau se recouvre progressivement de Lentilles d'eau trilobées qui brillent au soleil, au milieu desquelles les Grenouilles vertes arrivées à maturité se fondent pour mieux surprendre les proies aériennes qu'elles guettent.

 

Voilà, cette visite en six épisodes est à peu près complète. A peu près, car nous en sommes restés à l'essentiel, au plus visible : un inventaire complet serait fastidieux... Cependant, à l'occasion, nous pourrions revenir sur des espèces moins visibles, mais aussi plus "rares".

Et puis la biodiversité varie, d'une année sur l'autre et au gré des saisons : c'est une autre approche sur laquelle nous reviendrons sans doute un jour.

 

Alors : FIN, ou A SUIVRE ?

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>

 

Articles récents

Hébergé par Overblog