Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 13:11
Très variable, la Buse !

La Buse variable (Buteo buteo), comme son nom l'indique, est un rapace de taille moyenne doté d'un plumage qui peut prendre une multitude de configurations et de couleurs, mais généralement brun foncé avec le dessous tacheté de blanc.

Depuis quelque jours, nous sommes visités par une buse dont le dessous est particulièrement clair avec de grosses taches grises très irrégulières. Elle a pris l'habitude de se poser dans notre environnement : sur un des grands peupliers, où elle est attaquée par des Pies bavardes ; mais aussi sur un Hêtre pourpre, ou encore sur les grands Peupliers noirs, assez proches au bord de la Loire.
 

Ce matin, 19 août

Ce matin, 19 août

Avant-hier, 17 août
Avant-hier, 17 août
Avant-hier, 17 août

Avant-hier, 17 août

En vol, elle rencontre parfois les Balbuzards pêcheurs de l'aire du Grand Bois ; ou déclenche des alertes en la survolant, même très haut.

Très variable, la Buse !
Très variable, la Buse !

Plus de détails sur oiseaux.net

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 17:36
Martin, enfin...

14/08/2017 - Aussi surprenant que cela puisse paraître, il aura fallu attendre la mi-août pour observer le premier passage d'un Martin pêcheur (Alcedo athis). On se souviendra que depuis 2006 et jusqu'en 2014, nos observations commençaient au printemps et se multipliaient à l'été... Notamment grâce à un affût aménagé à un endroit pertinent avec des perchoirs installés sur les circuits habituels de ces oiseaux.
 

L'envahissement dramatique de la ripisylve par des tonnes de flottants, dont certains monstrueux, et souvent entrelardés de déchets humains nous a privé de toute possibilité de réinstaller cet affût, voire d'aller jusqu'à son ancien emplacement !
 

Mais surtout, les intempéries et les inondations de mai/juin 2016, suivant les pollutions de l'hiver 2015/2016, semblent avoir provoqué une diminution drastique - que l'on espère temporaire - de la biodiversité liée au fleuve.
 

Sans parler même de la présence de cyanobactéries qui semble avérée (mais dont on ne parle pas...) en période d'étiage. " Une quarantaine d’espèces connues sécrètent ou contiennent des cyanotoxines qui sont généralement des neurotoxines pouvant causer la mort chez divers animaux, dont l'humain " (Wikipedia).
 

Bref, 2017 a été de loin la pire des années pour ce qui est des observations naturalistes.


Mais soyons positifs, et pour fêter le retour du Martin, revoyons quelques photos des années précédentes :

Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...
Martin, enfin...

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 07:07
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc

A contre-jour dans le ciel, la plupart des oiseaux apparaissent déjà comme des silhouettes noires. C'est le cas de ce Héron cendré.
 

A l'approche de l'automne et des migrations, les grands regroupements d'oiseaux se multiplient. Les Grands cormorans aux plumages très généralement noirs s'inscrivent en foule dans les ciels qui roulent des gros nuages sombres...

Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc

Plus tranquilles, les oiseaux blancs stationnent sur les bancs de sable ou dans les eaux peu profondes. Aigrettes garzettes, Grandes aigrettes, Mouettes, Goélands et Sternes s'y rassemblent dès qu'il y a un rayon de soleil.

Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc

Mais les passages de bancs de poissons agitent tout ce petit monde : noirs et blancs se précipitent, et par centaines se mélangent allègrement dans le ciel et dans l'eau.

Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc

Une fois terminées les "curées" sur ces bancs de poissons,, les Grands cormorans reprennent leurs vols, mais en formations géométriques en V  caractéristiques des parcours migratoires.

Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc
Le ciel en noir et blanc

Partager cet article

7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 07:39
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Cet article s'adresse surtout à ceux qui ne connaissent pas encore la BalbuCam (balbucam.fr) ou à ceux qui, n'étant pas encore BalbuCamés, ne suivent pas quotidiennement les exploits des cinq Balbuzards pêcheurs de l'aire du Grand Bois à Mardié.
Il leur montre qu'il est toujours temps de rejoindre notre site BalbuCam où il se passe encore beaucoup de choses. A suivre sur le "En direct", de nombreuses scènes d'arrivées de poissons : des proies très disputées, parfois énormes... Mais aussi, notamment sur le Forum ou sur le Blog, des vues du "hors-champ" dont nous vous donnons ici un aperçu.


 

Depuis le début du mois d'août, avec tous les jeunes nés cette saison sur différents nids situés à proximité ou dans la Forêt d'Orléans au nord, les passages des rapaces que nous observons se multiplient. Ceux de "chez nous", ou ceux d'ailleurs :


- Ainsi, voici le passage rapproché d'un Balbuzard tout neuf, mais dont le plastron très foncé n’est pas identifié chez nous.

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Celui-là, qui fait beaucoup de stationnaire devant la levée de Latingy, il me semble qu’il n’est pas tout neuf et qu’il n’est pas de chez  nous

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Là, bien que la Buse variable ne se soit  pas tellement rapprochée du nid, c’est « règlement de comptes à O.K. Corral »

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Et quand même, voici un B.G. de "chez nous" au plumage parfait : le mâle Jéry au plastron très clair.

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Aux grands vols des Balbuzards se mêlent ceux de la Bondrée apivore ou, comme nous l'avons vu avant, celle de Buses variables : conflits possibles !

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Sur le Blog de BalbuCam, tous les détails sont donnés aussi sur le grand Epicéa qui sert de perchoir récurrent à Sylva et à Reda.

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Enfin, pour terminer, la femelle d'un nid assez proche sur lequel nous avons observé deux jeunes à l'envol.

Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !
Ca bouge beaucoup dans le ciel de Mardié est !

Alors rendez-vous très vite avec BalbuCam (balbucam.fr) !

Partager cet article

30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 10:39
Un Sanglier remonte la Loire

30 juillet 2017 - 7 heures
Un regard attiré par la vue d'un mammifère, pris d'abord comme un gros chien de berger, qui avance dans une eau peu profonde... Le verdict des jumelles donne la solution : c'est un gros Sanglier (Sus scrofa ) solitaire qui traîne la patte arrière en remontant le fleuve le long de la rive. Perdu de vue derrière la végétation, nous le retrouverons plus à l'est entre un îlot et la rive où nous prendrons ces clichés.


Situation surprenante : bien qu'il soient en principe nocturnes, nous voyons bien de temps en temps des sangliers dans les bois ; et parfois ils se vautrent dans des souilles au bord d'un étang... plus dans la boue que dans l'eau. Nous savons aussi qu'ils peuvent traverser un fleuve. Mais un parcours dans le lit de la Loire, pour nous, c'est une première !

Peut-être en raison d'une blessure à une patte arrière, laquelle semble inactive... et qui l'empêcherait de remonter sur la berge ?

Un Sanglier remonte la Loire
Un Sanglier remonte la Loire
Un Sanglier remonte la Loire

Quelques temps après, nous sommes surpris par le passage d'un Busard des roseaux... Cet oiseau vient sur la Loire tous les ans, mais peu souvent.


Pas le temps de le photographier. Le document suivant date d'un passage en octobre 2014.

Un Sanglier remonte la Loire

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 07:24
Noire Cigogne

La Cigogne noire (Ciconia nigra) reste un des grands oiseaux parmi les plus rares et les plus discrets en France  : la LPO n'y compte qu'une grosse quarantaine de nids, et seulement trois dans la Région Centre, mais dans d'autres départements que le Loiret. Cependant des observations expertes assez récentes laissent penser qu'un nid pourrait se cacher en Forêt d'Orléans...

 

Une fois de plus, ce splendide et rare migrateur s'inscrit dans notre paysage ligérien : cette fois-ci, posé dans le bras d'eau au pied du coteau du Mont.
 

Noire Cigogne
Noire Cigogne
Noire Cigogne
Noire Cigogne
Noire Cigogne
Noire Cigogne
Noire Cigogne

En 2016, nous avions photographié deux passages aériens au dessus de la Loire, en mai et en août.

Noire Cigogne
Noire Cigogne
Noire Cigogne

Plus de détails sur oiseaux.net et sur Lettre d'info Cigogne noire

Partager cet article

26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 17:56
Bondrée apivore... En vol au dessus du Mont

Décidément, la Bondrée apivore est de plus en plus présente ici. Hier, nous l'avons observée à plusieurs reprises, notamment poursuivie par tout un groupe de Corneilles.

Ce matin vers 10h 30, c'est le jeune Balbuzard pêcheur Jéry qui l'a fait partir en vol, alors qu'il revenait sur le coteau après une séance d'exercices de plongeons.

Nous avons eu droit de la part des deux rapaces à un magnifique moment de volutes aériennes, au départ à basse altitude.

Bondrée apivore... En vol au dessus du Mont
Bondrée apivore... En vol au dessus du Mont
Bondrée apivore... En vol au dessus du Mont
Bondrée apivore... En vol au dessus du Mont
Bondrée apivore... En vol au dessus du Mont
Bondrée apivore... En vol au dessus du Mont
Bondrée apivore... En vol au dessus du Mont
Bondrée apivore... En vol au dessus du Mont
Bondrée apivore... En vol au dessus du Mont

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 17:20
Bondrée apivore au Mont
Bondrée apivore au Mont
Bondrée apivore au Mont
Bondrée apivore au Mont

Nous avons observé à plusieurs reprises une Bondrée apivore (Pernis apivorus) à l'extrémité est de la levée devant Latingy : elle niche dans le bas du parc du château.


Mais elle se déplace de plus en plus fréquemment  sur les rives de Loire et sur le coteau jusqu'au Mont où des prairies florales attirent de nombreux hyménoptères : ceux-ci constituent avec leurs larves la nourriture de base de la Bondrée.


Peu avant 10h ce matin, nous l'avons vue passer au dessus de la prairie du Mont... Et en nous préparant à la poursuivre, nous l'avons trouvée posée sur un des perchoirs qui s'y trouvent.

Bondrée apivore au Mont
Bondrée apivore au Mont

Nul doute que nous reverrons  ce beau rapace aux yeux jaunes en vol au dessus du Mont, et plus encore lorsque les rives de la Loire verront la floraison de très nombreux Asters qui attirent beaucoup d'insectes pollenisateurs...


Plus de de renseignements sur Oiseaux.net

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 08:52
Noisettes pourpres : Pic épeiche plaide coupable !

En comparution immédiate, et face à de nouvelles preuves accablantes constituées par le stock des trochets de noisettes pourpres vidées, trouvées au seul pied du Bouleau (document ci-dessous), notre Pic épeiche est passé aux aveux. Il a tenté de justifier ce pillage du noisetier pourpre par le changement climatique.
 

Vaste blague, ont répliqué les juges : les oiseaux se sont notamment gavés de cerises en juin et début juillet... Et les Picidés ont des ressources de nourritures très variées : insectes et graines s'ajoutent aux fruits, les ressources sont nombreuses en forêt, notamment les cônes mâles des Pins qui servent à nourrir les jeunes encore au nid.

Noisettes pourpres : Pic épeiche plaide coupable !

Par contre, faute de preuves, le tribunal n'a pas retenu l'incrimination de "Destruction de fruits pas encore mûrs". L'accusation avait apporté de multiples échantillons de Prunes, de Pommes et de Figues attaqués et souvent tombés au sol après des coups de becs pour le moins prématurés.
 

Concernant ces méfaits, le Pic a reporté la faute sur d'autres espèces d'oiseaux, notamment les Merles noirs et les Etourneaux sansonnets.
 

On se retrouvera certainement plus tard concernant les vols de Noix...

Noisettes pourpres : Pic épeiche plaide coupable !

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 23:18
Qui a volé mes noisettes pourpres ?
Qui a volé mes noisettes pourpres ?

Rien de plus savoureux en juillet que les noisettes de Noisetier pourpre, lorsqu'elles sont bien pleines, bien mures !

J'avais bien soigné ce noisetier mercredi, et j'avais goûté quelques unes de ses plus grosses noisettes : la maturité étant légèrement insuffisante, j'avais reporté leur cueillette au week-end.

Samedi, je me suis donc présenté avec un grand panier. Mais où étaient passées les noisettes ???
Plus rien, tout avait été soigneusement raclé... Pas même de traces, pas de coquilles au sol. C'était un mystère qui méritait une sérieuse enquête policière...


Premiers soupçons : l'Ecureuil roux, familier de tels méfaits !

Qui a volé mes noisettes pourpres ?
Qui a volé mes noisettes pourpres ?
Qui a volé mes noisettes pourpres ?

Justement, il y a quelques jours, j'avais photographié un de ces rouquins à quelques mètres du noisetier en question.

Mais non : ce jeunot paraissait totalement innocent, il était passé devant les noisettes comme s'il ne savait même pas qu'il aurait pu s'en régaler !

Qui a volé mes noisettes pourpres ?
Qui a volé mes noisettes pourpres ?
Qui a volé mes noisettes pourpres ?

Écartons d'emblée tout soupçon des Chevreuils et Chevrettes qui passent ici presque tous les jours : il viennent voler les pommes de nos voisins, les noisettes ne les intéressent pas !

 

Là dessus, nous recevons une dénonciation très sérieuse : un petit oiseau au dos noir strié de blanc aurait été vu dans le noisetier pourpre : après s'être appliqué à retirer l'involucre entourant la coque (la bogue, si l'on veut...), le coquin serait parti avec une noisette dans son bec !
 

Pris sur le fait : reste à identifier plus précisément l'oiseau coupable.Et à comprendre où il a planqué son butin.


Or justement, un petit oiseau fréquente assidument le tronc d'un Bouleau très proche :

Qui a volé mes noisettes pourpres ?

C'est un Pic Epeiche ( Dendrocopos major ). On le voit presque toujours à un endroit précis du Bouleau, entrain de piquer.

Qui a volé mes noisettes pourpres ?
Qui a volé mes noisettes pourpres ?

Ce matin, alors qu'il s'acharne à nouveau sur un trou dans l'écorce, toujours au même endroit, je le photographie depuis ma planque.

Qui a volé mes noisettes pourpres ?
Qui a volé mes noisettes pourpres ?
Qui a volé mes noisettes pourpres ?
Qui a volé mes noisettes pourpres ?
Qui a volé mes noisettes pourpres ?
Qui a volé mes noisettes pourpres ?
Qui a volé mes noisettes pourpres ?

Et là, bingo ! l'examen des photos apporte la preuve que c'est bien mon coupable qui est en pleine action : le sacripant s'acharne sur un trochet (un groupe) de noisettes pourpres qu'il a coincées dans une anfractuosité de l'écorce. Il a ouvert une coque qu'il est entrain de vider sous mes yeux, sans aucune pudeur !!!

Voilà comment le Pic qui avait piqué mes noisettes pourpres s'est fait piquer en flagrant délit, le bec dans le sac !
 

Quant à remettre la main sur le butin de notre voleur, on repassera. Les noisettes retrouvées aussi au creux des branches du noyer sont toutes percées et vidées, et les cachettes sont bien sûr dispersées !

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Loire & biodiversité
  • Loire & biodiversité
  • : Pour vous, nous voulons illustrer ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par des absurdes projets de déviations routières datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, alors nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !
  • Contact

Recherches

Catégories