Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loire & biodiversité

Loire & biodiversité

Pour vous, nous illustrons ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par un absurde projet de déviation routière datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, et nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !

Articles avec #actualite catégorie

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Pause Cigogne  à Mardié

01/03/2017 - La nature ne manque pas de nous servir de beaux paradoxes. Alors même que notre Lettre du Castor venait de fustiger l'"anthropisation" des milieux et les rapprochements de la faune sauvage avec les humains, Sylvie B. nous signalait la présence d'une Cigogne blanche (Ciconia ciconia) perchée sur un grand candélabre en plein cœur de Mardié, sur le Pont-aux-Moines. La circulation des voitures et des camions à dix mètres plus bas ne semblait pas l'affecter outre mesure, comme d'ailleurs rares étaient les conducteurs à la remarquer là-haut.

Pause Cigogne  à Mardié
Pause Cigogne  à Mardié
Pause Cigogne  à Mardié

La Cigogne est là à somnoler sous la pluie depuis un bon moment, la tête rentrée dans les épaules, quand un reporter débarque pour une petite séance de pose.

Pause Cigogne  à Mardié
Pause Cigogne  à Mardié
Pause Cigogne  à Mardié
Pause Cigogne  à Mardié

Pour les photos, le grand échassier se redresse et s'ébroue. Mais le shooting dure sans doute un peu trop longtemps à son goût ; et le temps du repos est passé : la Cigogne quitte son perchoirau dessus de la route, puis oblique vers le nord. Pour une nouvelle étape de son parcours migratoire.

Pause Cigogne  à Mardié
Pause Cigogne  à Mardié
Pause Cigogne  à Mardié
Pause Cigogne  à Mardié
Pause Cigogne  à Mardié
Pause Cigogne  à Mardié
Pause Cigogne  à Mardié
Pause Cigogne  à Mardié

Réflexion faite, venant d'une Cigogne blanche, ce passage en milieu urbain n'est pas si surprenant que cela : en Alsace comme en Allemagne, beaucoup de couples de cette espèce ne nidifient-ils pas sur des nids urbains, notamment sur des toits de maisons ?

 

Plus de détails sur oiseaux.net

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Les Sylvie et la magie du givre

31/12/2016 - Chez Sylvie, pour terminer 2016 en beauté, le givre a sculpté sur le vitrage un incroyable feuillage en bas-relief de glace...

En franchissant la porte, elle plonge dans le froid pour découvrir partout sur les arbustes et les arbres des guirlandes blanches extraordinaires. Les créations de la nature sont si surprenantes et magiques que personne ne les aurait imaginées pour décorer nos rituels sapins de Noël, quelques jours avant...

Les Sylvie et la magie du givre
Les Sylvie et la magie du givre
Les Sylvie et la magie du givre
Les Sylvie et la magie du givre

Lorsque la neige tombe, elle recouvre tout le paysage uniformément d'une lourde couche blanche. Mais aujourd'hui, il ne s'agit pas de cela...

En s'accrochant à leurs branchages, le givre a fait apparaître une floraison inattendue sur tous les arbres dénudés : comme si un printemps précoce, intégralement blanc, était venu illuminer pour quelques heures en hiver  le jardin de "l'autre" Sylvie...

Les Sylvie et la magie du givre
Les Sylvie et la magie du givre
Les Sylvie et la magie du givre
Les Sylvie et la magie du givre
Les Sylvie et la magie du givre
Les Sylvie et la magie du givre

C'est la fête...

"Au givre l'an neuf !"

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Avancées et Résistance: nos vœux pour 2017

Pour 2017, les vœux que nous vous formulons se veulent d’autant plus intenses que l’année s’annonce difficile. Comme en 2016, peut-être plus encore, nous aurons collectivement à surmonter un double défi : faire obstacle aux projets destructeurs qui menacent notre territoire de plus en plus dangereusement ; comme développer nos initiatives et amplifier nos réussites dans le domaine de la sensibilisation à la nature et à l’environnement. Avec un contexte socio-politique qui s’annonce comme extrêmement négatif, voire rétrograde, notamment en ce qui concerne l’écologie et le climat ; et sans doute défavorable à l’action associative dans ce domaine. Heureusement, MARDIEVAL ne dépend en rien des subsides publics. Qui plus est, notre initiative BalbuCam, en devenant rapidement très populaire, a aussi été soutenue par la réception d’un nombre considérable de dons : cela nous permet d’envisager de belles avancées, indépendamment du budget ordinaire de l’association.

Avancées et Résistance: nos vœux pour 2017
Avancées et Résistance: nos vœux pour 2017

Nos luttes risquent de se durcir. Notre révolte est montée d’un cran, à constater les pratiques inacceptables et irresponsables de ceux qui ont tout pouvoir sur notre environnement et donc sur nos vies. Car leurs contre-pouvoirs, lorsqu’ils ont tenu à respecter les devoirs et à faire valoir les droits inscrits dans les lois, se sont aperçus assez vite qu’ils étaient baladés, roulés dans le farine et neutralisés par des pratiques de détournement des textes et de mépris de la démocratie. L’enquête publique en 2016 avec le conflit d’intérêts avéré qui a entaché ses conclusions d’une partialité scandaleuse en est le dernier exemple pitoyable...

C’est pour un moment l’heure de la Justice, mais sera-t-elle à la hauteur de son rôle ? On croit percevoir dans les affaires médiatisées (Notre-dame-des-Landes, Sivens, Roybon, Décathlon) un «frémissement», une nouvelle sensibilité au niveau des juges de terrain... hélas souvent suivie d’une «reprise en main» par l’institution, alignée aux pouvoirs dont elle est pourtant censée être séparée...

Cette année, nous avons rencontré et écouté ceux de SOS Loire Vivante qui, par leur résistance engagée, ont sauvé notre fleuve des barrages qui menaçaient son caractère sauvage. 
Et nous avons vu la justice donner raison aux opposants à Sivens, mais bien après la mort de Rémi Fraisse. Faudra-t-il vraiment en arriver là pour que les nuisibles renoncent ?

Avancées et Résistance: nos vœux pour 2017
Avancées et Résistance: nos vœux pour 2017
Avancées et Résistance: nos vœux pour 2017
Avancées et Résistance: nos vœux pour 2017
Avancées et Résistance: nos vœux pour 2017
Avancées et Résistance: nos vœux pour 2017
Avancées et Résistance: nos vœux pour 2017

Et puis on se rapproche de l’affrontement entre le projet routier et les 74 espèces protégées... dont le nid de Balbuzards et sa déjà célèbre BalbuCam. Qu’oseront-ils faire avec les 100 000 (ou 200 000) visiteurs que nous aurons pour la saison 2017 ?

Car nous pouvons attendre beaucoup de la saison BalbuCam qui approche.
Sur la base d’une saison inaugurale qui s’est déroulée de façon optimale, malgré le petit «drame» lié aux intempéries, nous allons monter en qualité et en sécurité. Avec un grand-public déjà «accro» et une communication beaucoup plus professionnalisée, nous allons amplifier notre exposition médiatique, démultiplier la fréquentation et généraliser notre implantation dans les milieux éducatifs, des petites classes aux organismes de recherche. Et ce, malgré de pitoyables «rivaux» malveillants, jaloux de notre exploit, qui tentent de nous mettre des bâtons dans les roues pour l’accès à certains médias.

Avancées et Résistance: nos vœux pour 2017


Nous vous souhaitons une année 2017 de résistance aux nuisibles, mais aussi d’avancées dans la sensibilisation à l’écologie et à la nature.
Meilleurs BalbuVœux à toutes et tous !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Photos de nos amis : rapace nocturne, passereau diurne

Cette Chouette hulotte (Strix aluco) dort tranquillement dans la cavité d'un Pin près de chez Sylvie David-Rousseau à Sully-sur-Loire. L'immobilité est totale... Peu de chances de la voir en vol ou même dans d'autres positions.

Sylvie nous a envoyé ce beau cliché qui montre bien que même en plein jour, le plumage de la hulotte la camoufle à la perfection : on imagine comment la nuit, ce rapace doit être invisible pour ses malheureuses proies...


Plus d'informations sur oiseaux.net

 

Photos de nos amis : rapace nocturne, passereau diurne

Le Rougegorge familier (Erithacus rubecula) ne craint pas non plus de s'installer près de nos maisons, voire dans les trous des leurs murs  s'il y a lieu. Et de venir picorer ou chasser sous nos yeux, puisqu'ils sont actifs le jour. Ils fréquentent couramment les mangeoires hivernales.

Celui-ci fréquente les environs de la maison de Jérôme Lamour à Mardié, qui a pu le photographier en digiscopie malgré sa mobilité permanente...


Plus d'informations sur oiseaux.net

Merci à Sylvie et Jérôme.

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Champignons : encore "absents au bataillon"

A la fin de l'été 2015 déjà, nous constations que la plupart des innombrables variétés de champignons que nous avions l'habitude de trouver ici et là n'étaient pas au rendez-vous. Les épisodes caniculaires de l'été y étaient sans doute pour quelque chose : les sols étant desséchés même en sous-bois, les mycéliums  avaient dû être atteints assez profondément...

 

Hélas, malgré les déluges de mai/juin, la sécheresse est revenue cet été... et à nouveau, pas grand chose dans les bois : trois spécimens de Bolet à pied rouge ( Boletus luridiformis ) à se mettre sous les dents, en tout et pour tout...


 

Champignons : encore "absents au bataillon"
Champignons : encore "absents au bataillon"
Champignons : encore "absents au bataillon"
Champignons : encore "absents au bataillon"

Par contre, comme l'an dernier, on a vu sortir d'abord quelques coulemelles (Lépiote élevée, Macrolepiota procera) , puis surtout, lorsque les prairies rases enfin mouillées ont vu repousser l'herbe verte, de belles poussées de Rosés des prés (Agaric champêtre, Agaricus campestris) permettant de sympathiques petites poêlées quotidiennes.

Champignons : encore "absents au bataillon"
Champignons : encore "absents au bataillon"
Champignons : encore "absents au bataillon"

Même dans les coins les plus généreux du Massif central ou des Pyrénées, pas grand chose de comestible, d'après nos amis.


Et même les autres espèces, celles qui ne nous intéressent que beaucoup moins, celles qui mangent du bois, par exemple, on n'en voit presque pas.


Reste à voir si les pluies récentes y auront changé quelque chose...

Champignons : encore "absents au bataillon"

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

Il faut le reconnaître : quand on fera le bilan de 2016, on pourra dire que cela aura été dans la région une vilaine année pour la biodiversité... Et accessoirement pour les observations naturalistes ou pour les exploits photographiques.

Les niveaux élevés des eaux de la Loire ont limité les haltes migratoires au printemps. Les déluges ont détruit les nichées. La sécheresse estivale a achevé des récoltes déjà abimées, a desséché les sous-bois,  a durci les sols... Même les ciels n'ont pas été aussi beaux que d'habitude, et les paysages ont souffert de trop d'eau, puis de pas assez d'eau !
 

Les espèces les plus rares font défaut ? Pour autant, il y a toujours quelques pistes à suivre et quelques belles scènes à saisir avec celles qui constituent notre faune familière : nous vous en indiquons quelques unes.



Pour commencer, quelques "rouquins" : et d'abord le Chevreuil, en assez grand nombre cette année (Ici une chevrette avec deux jeunes). En plaine ou dans les bois, facilement curieux avant de s'enfuir, il est surtout visible le matin et le soir, et se cache dans la journée au milieu des fourrés denses..

Observations d'automne

Le Renard roux ne craint pas de traverser un lieu familier comme la prairie du Mont, et de s'y attarder en flairant la piste de quelque proie, ou en traînant devant la vigne pour y chercher quelque grappe de raisin oubliée....

Sa belle fourrure rousse est mélangée de brun et comme pelée par endroits : c'est la mue annuelle qui n'est pas achevée.

Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne

L'Ecureuil roux continue au quotidien à transporter des noix et à les cacher dans les endroits les plus improbables. Ses acrobaties ne déçoivent jamais... les amateurs de cache-cache.

Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne

La plupart des rapaces sont partis en migration. Mais les sédentaires sont encore visibles dans le ciel, notamment les Buses variables : aux heures chaudes et généralement en couple, elles tournent longuement... même si c'est souvent à grande hauteur.

Variables, les Buses le sont concernant les teintes de leurs plumages. Ici, l'une des deux avait un dessous particulièrement clair.

Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne

Les Hérons - Hérons cendrés, Aigrettes garzettes, Grandes aigrettes, Hérons garde-bœufs etc. - sont de plus en plus nombreux, et à certains moments forment des colonies impressionnantes sur les rives et les îlots du fleuve.

Depuis leur apparition il y a dix ans, les Grandes aigrettes font maintenant partie de ces grandes colonies... et du paysage en cette saison : plus de trente d'entre elles sont parfois réunies au droit du Mont. Leur grande taille, leur plumage immaculé (en dehors des pollutions aux hydrocarbures) et leurs mouvements d'une rare élégance en font des sujets désignés pour les observateurs et pour les photographes.

Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne

Les passereaux profitent nombreux des récoltes de l'automne : dans le noyer, ils font concurrence à l'Écureuil comme aux Pics épeiche et aux Corneilles : Pinsons, Mésanges, Rouge-gorges et bien d'autres tapent dans les brous des noix qui cette année sont pour beaucoup habités de petits asticots...

Observations d'automne
Observations d'automne
Observations d'automne

Tandis que deux Pics épeiche se poursuivent sur une souche, la prairie rase est visitée par de nombreux oiseaux "piqueurs" : Grives, Geais, Pics verts, et parfois Pies et Corneilles..

Observations d'automne

Bref, tant pis pour les oiseaux rares, on ne gagne pas souvent à la grande loterie de la Nature. Mais il y a toujours des observations à faire, et on ne se lasse pas du charme de nos espèces sédentaires les plus familières...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

20 - 21 septembre 2016  : Un an après la COP 21 des nations, les oiseaux ont tenu la leur sur les bancs de sable de la Loire en amont... du Mont à Mardié.

La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux

Venant à la suite de  longs mois de déréglements climatiques sans précédent ayant gravement éprouvé l'avifaune, cette gigantesque réunion de milliers d'oiseaux avait pour but d'élaborer des revendications plus exigeantes auprès des prédateurs des ressources de la planète.

Etaient invités d'une part les Chefs de colonies avec leurs fonctionnaires (en blanc), et les experts, les industriels et leurs  lobbyists (en noir)..


La foule des participants "ordinaires" s'est bousculée à l'arrivée, tandis que les personnalités ont été accueillies avec les honneurs par la suite dans un secteur V.I.P..

Des contacts bilatéraux ou multilatéraux ont pu s'y dérouler à l'abri des regards...

La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux

Travaux de groupes sur les différents îlots dispersés et assemblées plénières se succèdent dans une organisation parfaite pour préparer les décisions des grands chefs.

La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux

La conférence  a abouti, de nombreuses et solides motions ont été adoptées pour prier les humais d'arrêter leurs bêtises au plus vite afin de laisser un espoir à la planète...

C'est la clôture, et le départ de la foule.

La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux

Seuls les Chefs de colonies jouent les prolongations pour un "debriefing" et pour la signature des déclarations officielles.

Prochaine rencontre dans deux ans en Afrique...

La COP 21 des oiseaux
La COP 21 des oiseaux

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Pic vert, masque noir...

Avec la sécheresse, le sol de la prairie était devenu dur comme de la pierre. Les habituels oiseaux "piqueurs" qui la fréquentaient avaient déserté. Où étaient-ils passés ? Dans les endroits les plus frais, plus abrités, sans doute. Dans les bois, probablement.

Après que les pluies aient trempé la terre, les voilà de retour, surtout en fin d'après-midi. Beaucoup de Grives, mais aussi les Pics verts (Picus viridis).
Et notamment cette charmante femelle très active, que l'on a vu venir parfois avec un jeune de l'année.

Pic vert, masque noir...
Pic vert, masque noir...
Pic vert, masque noir...
Pic vert, masque noir...
Pic vert, masque noir...
Pic vert, masque noir...

Masque noir pour la femelle, en fait masque plus "moustache" noire, tandis que le mâle, qui porte lui aussi le masque noir, a des moustaches rouge foncé.
Un "dimorphisme sexuel" bien pratique pour l'identification de ces oiseaux. (On rêverait que les Balbuzards pêcheurs mâles aient aussi une moustache rouge pour les distinguer de leurs femelles ;-)

Pic vert, masque noir...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

... notre récolte de noix, nous lui en serions reconnaissants !

Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...

Mais cela fait partie des rituels de l'automne, et nous sommes si contents de revoir enfin l'Ecureuil roux (Sciurus vulgaris) quI ne s'était pas manifesté une seule fois depuis le printemps !

Alors nous lui pardonnerons de recommencer son petit jeu, consistant à se glisser jusqu'au noyer, à l'escalader au dos du tronc, et à inspecter les environs pour être sûr que ses forfaits passeront inaperçus...

Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...

Puis à voler une noix et à procéder à son évacuation...

Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...

Autre plan : consommer la noix sur place !

Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...

Enfin, la noix... Peut-être deux noix !

Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...

D'ailleurs, est-il le seul voleur ? Ne faut-il pas aussi accuser certains oiseaux de vider et de faire tomber par terre notre récolte ?

Corneilles... Geais... Pics épeiches... Pics verts... Mésanges bleues...
 

Mésanges bleues, non, quand même ! Ce sont les petits vers qui attaquent le brou, le péricarpe de la noix, qu'elles viennent taper !

Si le rouquin voulait bien épargner...
Si le rouquin voulait bien épargner...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Les grocs feuillus "régulent" les canards...
Les grocs feuillus "régulent" les canards...

Ce soir-là, la Loire est enfin parfaitement tranquille alors que la belle lumière s'estompe. Oh, quelques Canards prennent le frais près d'un îlot, après une trop chaude journée. Ils sont très rares en ce moment, alors que d'habitude à cette saison, on en voit beaucoup. Et ils sont jolis, on dirait du plastique...

Lorsque brutalement, deux coups de feu déchirent l'espace. M... Les grocs sont de retour !
Et les canards, c'était bien du plastique, les chasseurs adorent faire joujou dans l'eau avec plein de canards en plastique.


Voilà, comme chaque année fin août, la sinistre farce de la chasse au gibier d'eau est rejouée. Faudrait pas que la tradition se perde : dans le blockhaus en pierre qu'ils reconstruisent tous les ans pour se protéger des attaques de Martins pêcheurs, il y a maintenant le grand petit-fils à son grand-père avec ses lunettes de myope (et son appareil dentaire) : "Œil de lynx" qu'on l'appelle, à dix heures du soir et en contre-jour dans le ciel, il vous distinguera un colvert d'un souchet ou d'un Vanneau, pour sûr...
Ils sont deux, mais on ne les voit pas : ils ont décoré le blockhaus de jolis feuillages, et eux aussi se sont déguisés en pittoresques hommes-feuilles, ils sont vraiment mignons...

Les grocs feuillus "régulent" les canards...
Les grocs feuillus "régulent" les canards...

Ces gentils garçons (non, c'est jamais des filles. Des trucs à tirer des coups, les filles n'en ont pas...) amoureux de la nature au bout du fusil font tous ces louables efforts parce qu'il est nécessaire de "réguler" les espèces. J'explique :
- Cent Canards, c'est trop (évidemment,c'est trop !) : alors on en prélève dix. Formidable, non ?

- Mais Monsieur Groc, cette année, y'a eu des déluges et inondations qui ont ravagé les couvées, On ne voit plus de canards, sans doute il n'y en a même pas dix. Alors qu'allez-vous faire ?
- On va en prélever dix pour réguler...

- Mais...

- ... et pour maintenir la tradition !

Et ils continuent à venir avec leurs petits canards en plastique et avec leurs feuilles, à ne presque pas tirer puisque c'est le grand vide comme dans leur cerveau... Mai ils finiront par les avoir, leurs dix, pour réguler...



Heureusement, dès qu'ils ne sont plus là, les grocs, la vie reprend et des centaines d'oiseaux reviennent dans le paysage.


Mais de Canards... point !
Régulés, j'vous dis.

 

Les grocs feuillus "régulent" les canards...

Tout ça se passe dans notre domaine public,, dans le Patrimoine mondial, dans un milieu protégé censément comme Zone de Protection Spéciale  au titre de la directive "oiseaux"  NATURA 2000 (et ex-ZICO) et Zone Spéciale de Conservation (ZSC) au titre de la directive "habitats" (et ex-ZNIEFF).

Notre Etat, pour quatre sous, attribue lors d'une procédure de mise en concurrence dévoyée notre domaine public fluvial à ces aveugles de la gachette qui tuent nos oiseaux sauvages, y compris beaucoup d'espèces fragiles figurant sur des listes de protection.
 

La société française est schizophrène, et elle marche sur la tête dans l'eau...

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>

 

Articles récents

Hébergé par Overblog