Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loire & biodiversité

Loire & biodiversité

Pour vous, nous illustrons ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par un absurde projet de déviation routière datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, et nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !

Articles avec #actualite catégorie

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Les oeufs de Pâques

L’aire du Grand Bois a vu le retour de la reine de l’aventure, puis celui de son jeune compagnon : alors que nous venions de mettre en ligne le "En direct" de la BalbuCam, et que nous y assistions à une tentative de "squatt" d'une tierce femelle contestée par au moins deux autres, Sylva a fait son apparition le 15 mars à 13 heures. Quelques minutes après, celle qui s'y était invitée avait abandonné l'aire. Et une demi-heure après, Sylva devait faire face à une ultime et spectaculaire provocation avant de reprendre la haute main sur l'installation.

Reda a suivi deux jours après, le 17 mars. A peine arrivé, il a prouvé que son ardeur était intacte en tentant trois accouplements dans les minutes qui suivaient !

C'est la première fois en six ans que Sylva arrive si tôt. L'an dernier, c'était le 21 mars, mais trois fois elle n'était revenue qu'en avril, et même jusqu'au 19 de ce mois-là ! 

Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques

Toutes les actions préparatoires à la reproduction ont repris : apport de poisson par le mâle, rechargement du nid, d'abord pour reconstituer et renforcer les rives avec des branches mortes ; puis garnissage de la coupe avec des mottes d'herbes sèches.

De temps en temps, entre deux séquences de travaux, Reda, assez sûr de lui, a "remis ça" en se posant sur le dos de sa compagne, parfois avec une réussite apparente, parfois de façon plutôt dilettante.

 

Tout est prêt pour ce que des milliers d’observateurs attendent : la ponte du premier oeuf, qui compte-tenu de la date d’arrivée du géniteur, pourrait très bien se situer … le dimanche ou le lundi de Pâques !

.

Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques

La triste météo qui nous a promené entre pluie et froid dans un ciel trop souvent gris et nuageux n'a pas permis de réaliser "hors-champ" des photos ou des digiscopies exceptionnelles des Balbuzards en ballade.

La Loire, encore haute et turbide, doit décourager les pêcheurs : on ne voit que peu de maraudes de ce côté là : il va falloir patienter, et attendre que les poussins attendus soient assez grands pour commencer à consommer de sérieuses quantités de poisson pour que les passages de Reda deviennent réguliers...

Les oeufs de Pâques
Les oeufs de Pâques

En attendant, Sylva ne boude pas le perchoir.

Jusqu'ici, quand elle y était, on ne la devinait que grâce à son ombre. Grâce à l'élargissement du champ de la caméra, on voit sa queue lorsqu'elle y est présente : un gros progrès ;-)

Les oeufs de Pâques

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations, #Actualité
Le Pic noir, marteau-piqueur des bois

08/03/2018 - Lorsque nous avions fait couper un pin devenu trop important dans notre paysage, il y a deux ou trois ans, nous avions gardé sa souche et un mètre de son embase  pour servir de table, de socle...
Par exemple pour  y poser notre petit Eco, petit personnage emblématique d'une attitude respectueuse de la nature.
 

Il y était l'été dernier, et ce socle était encore intact, malgré le passage fréquent de quelques Pics épeiche.

Le Pic noir, marteau-piqueur des bois

Mais depuis quelque temps, on pouvait voir distinctement de loin deux trous, comme des yeux-espions, apparus cet hiver...

Pas de quoi s'alerter, comparativement aux multiples dégâts des tempêtes hivernales : peuplier de 20 m de haut, grosses branches, chênes morts arrachés etc.

Le Pic noir, marteau-piqueur des bois
Le Pic noir, marteau-piqueur des bois

Jusqu'au jour où notre regard a été attiré par un mouvement suspect sur le côté droit de la souche, et par la vue d'éclats de bois volant dans tous les sens à ses pieds : un Pic noir (Dryocopus martius) est au travail, à peine visible, entrain de saper consciencieusement  l'arrière de notre socle !

En fait, on ne voit sa tête que quand elle prend du recul pour mieux frapperle bois !

Nous aimons beaucoup cet oiseau  particulièrement discret (sauf du point de vue sonore), un des plus craintifs et prompt à disparaître, même dans son milieu, et qu'il est assez rare de voir et de photographier, même furtivement.

Le Pic noir, marteau-piqueur des bois
Le Pic noir, marteau-piqueur des bois

Une fois le Pic parti, il faut aller constater sur place. L'oiseau ne creuse pas une loge, mais poursuit en détruisant le bois des larves d'insectes xylophages pour s'en nourrir. Et au train où cela va...


Puis nous découvrons un peu plus loin de semblables attaques au pied d'un pin qui a fini par mourir après avoir été brisé par une grosse tempête. Lui aussi peut craindre  de ne pas rester debout longtemps...

Le Pic noir, marteau-piqueur des bois
Le Pic noir, marteau-piqueur des bois

Le "marteau-piqueur" du Pic noir, monté sur une articulation très particulière entre la colonne vertébrale et le crâne, est particulièrement efficace : non seulement il pulvérise les bois morts, mais encore il permet d'attaquer des bois bien vivants pour y creuser de belles loges, qui par la suite serviront de nid à plusieurs espèces forestières.

Photo Sylvie David-Rousseau

Photo Sylvie David-Rousseau

 

Plus de détails sur Oiseaux.net .

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Les voeux du Castor...
Les voeux du Castor...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
ALERTE : Premières destructions irréversibles sur le tracé de la déviation au Bois des Comtesses, à l'est de Saint-Denis-de-l'Hotel
ALERTE : Premières destructions irréversibles sur le tracé de la déviation au Bois des Comtesses, à l'est de Saint-Denis-de-l'Hotel
ALERTE : Premières destructions irréversibles sur le tracé de la déviation au Bois des Comtesses, à l'est de Saint-Denis-de-l'Hotel

Désolés, nous préfèrerions vraiment avoir autre chose à vous montrer, de très belles vues  de la nature sauvage comme nous le faisons depuis des années : des oiseaux, parmi les 153 espèces contactées sur le territoire mardésien que vous avez pu survoler récemment grâce à un drone ; ou encore des libellules parmi les 32 espèces présentes à un moment ou à un autre ; des chiroptères, d'autres mammifères, des rares comme des familiers ; des fleurs, des arbres.
 

Malheureusement, pas loin d'ici sur le tracé de leur maudite déviation, ils ont ravagé toute une belle nature sur environ 2 kilomètres, ouvrant une tranchée morte de 60 m de large, et parfois beaucoup plus...
(Pourquoi 60m ? Au début, la route devait avoir 15 m d'emprise. Mais elle est passée à 26 m, de quoi faire passer les quatre voies d'une petite autoroute... Et là où c'est plat, pourquoi 60 m ???)

 

ALERTE : Premières destructions irréversibles sur le tracé de la déviation au Bois des Comtesses, à l'est de Saint-Denis-de-l'Hotel
ALERTE : Premières destructions irréversibles sur le tracé de la déviation au Bois des Comtesses, à l'est de Saint-Denis-de-l'Hotel
ALERTE : Premières destructions irréversibles sur le tracé de la déviation au Bois des Comtesses, à l'est de Saint-Denis-de-l'Hotel

Ces destructions ont semé la mort ou le vide.
 

Un seul exemple probant : un naturaliste a identifié dans les troncs coupés cette loge comme étant celle d'un oiseau cavernicole : peut-être un rare Pic mar,  car le milieu détruit correspondait très bien aux habitats de cette espèce menacée.

ALERTE : Premières destructions irréversibles sur le tracé de la déviation au Bois des Comtesses, à l'est de Saint-Denis-de-l'Hotel

Attendez-vous à ce que nous lancions bientôt un appel pour une action - ou pour des actions - à travers nos réseaux amicaux, nos associations, et comme il se doit via nos réseaux sociaux. Merci de vous y associer  dans la mesure du possible, inutile de vous dire que le nombre est important : plus on est de fous, plus on rit... de ces misérables destructeurs !

                                                        (montage)

(montage)

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Espèces et territoires, #Actualité
Un paysage à défendre !

Il y a peu, une petite équipe réunie par un groupe de nos sympathisants a réalisé, sur le site menacé par une déviation routière à laquelle nous nous opposons à Mardié, une courte vidéo filmée par un drone du photographe Jacques Rostand.

Celle-ci présente des vues d'ensemble de la Loire à l'emplacement du projet, prises dans de très bonnes conditions. Assorties de commentaires évoquant les menaces de la déviation et du pont et de quelques photos animalières prises sur place, extraites de notre blog.

Les images du drone sont superbes, très limpides, lisibles et démonstratives, la météo et les couleurs de l'automne aidant. Le présentateur "passe bien", il est aussi convaincant que convaincu. Le montage de séquences variées (dont quelques magnifiques photos animalières évite toute longueur.

Un paysage à défendre !
Un paysage à défendre !
Un paysage à défendre !

De belles photos inédites de la Loire et du domaine de Latingy qui la borde à Mardié ont été prises à cette occasion : elles permettent de voir ces paysages moins furtivement...


A l'instar du peintre Magritte qui représentait une pipe avec indiqué :"Ceci n'est pas une pipe", le CD45 et les défenseurs du préfet affirment : "Ceci n'est pas une coupure verte de la métropole"...

Un paysage à défendre !
Un paysage à défendre !
Un paysage à défendre !
Un paysage à défendre !
Un paysage à défendre !
Un paysage à défendre !
Un paysage à défendre !
Un paysage à défendre !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

Encore un effort SVP !
- Merci à tous ceux qui ont déjà répondu à notre appel dès les premiers jours. Leurs contributions nous seront précieuses, comme leur solidarité.
- Mais les dons diminuent, et nous craignons de ne pas arriver à la somme dont nous avons absolument besoin !
- Alors nous nous adressons à ceux qui n'étaient pas informés, à ceux qui ont oublié, qui ont retardé... et à ceux qui ont pu penser que leur participation à nos actions n'était pas essentielle à leur réussite : si, si, elle l'est !

- Le CD45 a extorqué le droit de détruire la biodiversité ligérienne à Mardié et ailleurs sur le tracé.
Aurions nous dû renoncer à le contester devant la justice ?

- Encore 100 personnes donnant 60 € (= 20 € !) : soyez fiers d'en être !

 APPEL AUX DONS "CONTENTIEUX" : encore un effort S.V.P. !

Alerte : c'est tout le territoire dont nous vous présentons ici la riche et splendide biodiversité depuis des années avec ce blog qui est désormais menacé de destruction à court terme !

 

Amis de la terre et de sa belle Nature, amoureux de la Loire, passionnés d’oiseaux et de faune sauvage, promeneurs des forêts… et tous opposants au projet de déviation dit "de Jargeau", avec franchissement de la Loire à Mardié, vous le savez sans doute :

 

L’enquête publique concernant ce projet inadmissible s'est déroulée en 2016 ; 1600 personnes se sont exprimées fortement contre la route et le pont avec des justifications sérieusement motivées et souvent détaillées de leurs oppositions (contre seulement 600 "favorables" pour de simples motifs de confort.)  Mais l’enquête était "pipée".

 

Malgré cela, une Déclaration d’Utilité Publique a été prononcée par arrêté préfectoral, et nous sommes entrés fin 2016 dans une lourde et longue phase de contestation de cette décision et des décisions complémentaires devant la justice administrative.

 

Nous agissons simultanément pour alerter, par différentes voies ayant des chances de l'atteindre, le nouveau ministre Nicolas Hulot des menaces graves qui pèsent sur l’environnement ligérien. Pour mobiliser également différents partenaires contre la volonté de destruction de notre aire de Balbuzards pêcheurs et de la neutralisation de son extraordinaire BalbuCam, première webcam naturaliste de France, suivie sur internet par des dizaines de milliers d’observateurs. Et auprès de l’Europe, pour qu’elle transforme ses injonctions non prises en compte en procédure de sanction…

 

Notre association MARDIEVAL compte déjà près de 200 adhérents : si vous n’en faites pas partie, vous pouvez venir les renforcer moyennant une cotisation annuelle de 15 € seulement. Vous bénéficierez ainsi d’informations directes et, le jour venu, de nouvelles propositions d’actions.

 

Mais surtout, les frais engagés et prévus pour aller jusqu’au bout de notre action devant la justice pèsent lourdement sur le budget de MARDIEVAL. Nous avons donc décidé de lancer un grand appel à votre générosité.

Vous pouvez y répondre du 1er septembre au 15 novembre, en envoyant un chèque établi au nom de MARDIEVAL, en mentionnant à son dos « Contentieux».

 

Adresser votre participation (et/ou votre adhésion) à la secrétaire de l'association MARDIEVAL.: Sylvie Boillon – 360 rue des Moulins – 45430 Mardié.

 

Un reçu fiscal vous sera envoyé, vous pourrez ainsi récupérer les 2/3 de votre versement en déduction de votre impôt sur le revenu : ainsi un versement de 60 € ne vous coûtera que 20 €. Merci d'avance.

 APPEL AUX DONS "CONTENTIEUX" : encore un effort S.V.P. !

 

 

Voici une représentation "artistique" du magnifique pont que voudrait nous imposer le Conseil départemental dans le paysage montré au début de cet article...

 

Mais ici totalement vidé des 11 000 voitures et camions qu'il nous promet là.
 

A moins que cela ne finisse comme l'A19, toujours vide, mais que nous payons lourdement à l'entreprise Vinci, même si nous ne l'utilisons jamais !

 APPEL AUX DONS "CONTENTIEUX" : encore un effort S.V.P. !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous

Grand héron blanc et principalement migrateur d'hiver, la Grande aigrette (Ardea alba) est très présente ici dès la fin septembre ou le début octobre.
 

Si la première observation de ce magnifique grand héron blanc sur le territoire menacé remonte à l’automne 2006, nous avons actuellement une colonie constituée d’au moins quarante individus qui circule ou stationne quotidiennement sur le bras de Loire peu profond coulant le long de la rive mardésienne… Et particulièrement devant l’île des Baffaits (à l’endroit où est prévu le passage du pont qui nous menace et que nous contestons).

Cependant, en été, plusieurs spécimens présents en permanence témoignent de la sédentarisation d’une fraction de l’espèce.

Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous

Lors de curées de poisson, fréquentes à l’automne, ce nombre peut être dépassé, et les grands ardéidés blancs se mêlent alors à nombre de Hérons cendrés et à plusieurs dizaines d’Aigrettes garzettes, aux Mouettes rieuses, Goélands leucophées et autres Grands cormorans dans des bousculades indescriptibles mêlant des centaines, voire des milliers d’oiseaux. On se croirait alors au cœur d’une réserve naturelle protégée.

Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous

Mais les dérangements de ces hérons craintifs, et notamment les passages de kayaks, ou pire, les coups de feu des chasseurs, entraînent des déplacements de leurs colonies ou de ces rassemblements d’un point à un autre de ce segment du fleuve. Cette faculté de repositionnement du groupe est un élément constituant du "spot" qui disparaîtrait avec le fractionnement du territoire d’évolution de la Grande aigrette.

Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous
Les Grandes aigrettes au rendez-vous

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
La saison des Coulemelles

Cette année, l'automne est arrivé sans que nous ayons pu voir le cortège habituel de champignons forestiers sortir pendant l'été, comme c'était le cas à l'époque où ces étés étaient parsemés ici de séquences météorologiques très humides.

Dans ces circonstances, nous n'avons pu que remarquer la présence en abondance de la Lépiote élevée (Macrolepiota procera) appelée aussi communément coulemelle.

Ouverte, elle ressemble à une ombrelle, et sa taille peut être relativement très importante ; comme beaucoup d'autres champignons, elle pousse rarement seule ; sa croissance prend plusieurs jours, et l'espèce est plus persistante que beaucoup d'espèces du règne fongique.

Aussi peut-elle constituer un véritable élément attractif d'un paysage de nos campagnes.

La saison des Coulemelles
La saison des Coulemelles
La saison des Coulemelles
La saison des Coulemelles

En principe, la coulemelle n'a qu'une tige. Mais ici, on trouve même un étrange bouquet :

La saison des Coulemelles
La saison des Coulemelles
La saison des Coulemelles

Alors, pourquoi pas un pot de Coulemelles ?

La saison des Coulemelles
La saison des Coulemelles
La saison des Coulemelles
La saison des Coulemelles
La saison des Coulemelles

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité, #Observations
Circaète, le rapace immobile

21/09/2017 - 12 h - Nous l'avions vu il y a peu à plusieurs reprises perché en haut d'un des grands peupliers. Le revoilà en vol au dessus de la plaine du Mont.

Le Circaète Jean-le-blanc (Circaetus gallicus), lorsqu'il est en chasse, est à notre connaissance le seul rapace capable de rester en "vol du Saint-esprit" dans une immobilité parfaite pendant de très longues minutes.
Ainsi, c'est le seul rapace que nous avons pu photographier au ciel en digiscopie, technique qui demande quelques préparatifs et réglages précis avant de pouvoir déclencher.

Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile

Mais dans la belle nature, ce n'est pas toujours simple, et il y a partout des oiseaux "cancrelats" qui prennent un malin plaisir non pas à "mettre des bâtons dans les roues" des autres espèces, mais à tenter de déstabiliser notre rapace immobile : les Corneilles.

Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile
Circaète, le rapace immobile

Une scène similaire s'était déroulée il y a un an, ou encore en 2015 au printemps. Et nous avons enregistré des scènes de harcèlement de notre Circaète posé sur le grand Peuplier par les corvidés agressifs.

Plus de détails concernant le Circaète Jean-le-blanc sur oiseaux.net

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

Décidément, les rapaces diurnes occupent beaucoup de place cette année dans l'ensemble de nos observations : sans revenir sur les Balbuzards pêcheurs, l'Aigle botté s'est rajouté, en formation claire, à ceux qui nous sont les plus familiers : les Bondrées apivores, les Buses variables, les Faucons hobereaux et les Faucons crécerelles, les Éperviers d'Europe, Il ne manquait que le rare Circaète Jean-le-blanc à notre cortège : C'est fait !

Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète

Il est au rendez-vous ici tous les ans à la même époque, les jours chauds, toujours au même endroit sur un de nos grands Peupliers.Tous les ans, fin août ou début septembre, ce migrateur qui revient chez nous tardivement, probablement libéré maintenant des contraintes des débuts de la reproduction, vient ici pour capturer des reptiles pour sa progéniture de plus en plus avide.

Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète

Après une demi-heure, le Circaète quitte son perchoir.Il réapparait dans le ciel où il entreprend un beau parcours ascensionnel. Puis il glisse en vol plané vers l'ouest du Grand Bois.

Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète

Le lendemain, notre rapace est au même endroit à 14h 10.

Le rendez-vous du Circaète

Scénario identique : une demi-heure d'affût depuis la même branche, avec un retournement au milieu de la séquence...

Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète

...  avant un décollage en plongeon, suivi d'une montée au ciel, cette fois très haut.

Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète
Le rendez-vous du Circaète

Plus de détails concernant le Circaète Jean-le-blanc sur oiseaux.net

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>

 

Articles récents

Hébergé par Overblog