Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loire & biodiversité

Loire & biodiversité

Pour vous, nous illustrons ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par un absurde projet de déviation routière datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, et nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !

Articles avec #actualite catégorie

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité, #Observations
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !

Juillet marque l'envol des jeunes de nombreuses espèces d'oiseaux, à la fin des séquences de reproduction. Ainsi en ce moment, sur notre territoire et s'agissant des passereaux, cela concerne notamment : la Pie grièche écorcheur (Lanius collurio), le Loriot d'Europe (Oriolus oriolus), le Grosbec casse-noyaux (Coccothraustes coccothraustes).

 

Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !

A son emplacement habituel, au nord de la levée de Latingy, on repère assez vite le mâle de Pie grièche, mais aussi au moins trois jeunes qui l'accompagnent, avec plus ou moins de proximité.

Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !

La petite troupe circule activement sur les parties les plus hautes des arbustes. L'apprentissage de la chasse aux insectes semble réussir, puisqu'un des jeunes en tient un dans son bec.


Plus de précisions sur la Pie grièche écorcheur sur oiseaux.net

Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !

C'est à nouveau en haut des grands peupliers, au fond de la prairie du Mont, que les Loriots évoluent... Le couple le plus familier est accompagné au moins de trois jeunes.

Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !

Mais certains matins, plusieurs couples du territoire se retrouvent, et après avoir échangé bruyamment des multiples "didelio", partent en poursuites d'un arbre à l'autre :il doit y avoir plus d'une douzaine d'oiseaux en jeu !

 

Plus de précisions sur le Loriot d'Europer sur oiseaux.net

Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !

A peine les Loriots partis, ce sont les Grosbecs casse-noyaux qui débarquent avec leur progéniture !

Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !
Pies grièches, Loriots, Grosbecs... Et leurs jeunes à l'envol !

Plus de précisions sur lle Grosbec casse-noyaux sur oiseaux.net

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité, #Observations
Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !
Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !

Dans notre article "Chouette, une Effraie au nichoir !" du 15/04/2017, nous vous avions relaté l'installation sur le domaine de Latingy d'un grand nichoir pour la reproduction de la Chouette effraie (Tyto alba).
Et le constat, en raison de la présence de nombreuses pelotes de réjection, de son occupation, donc d'une reproduction vraisemblablement en cours. Nous n'avions pas pu voir les envols et les dénombrer.


Cette année, nous avons eu quelques interrogations au début juin. En effet, il avait été retrouvé au sol près du nichoir, en plus des pelotes calibre "adulte", à la fois la dépouille d'un poussin et des pelotes de petit calibre. Interprétation aléatoire de ces signes...

Cependant, un peu plus tard, un contrôle visuel permit de constater la présence de trois jeunes matures et apparemment bien portants.

Ils sont maintenant à l'envol !

Avec Patrice Duhamel, ornithologue à l'origine de l'installation, nous en avons retrouvé un qui s'était posé dans un grand châtaignier assez proche de son nichoir.

Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !
Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !
Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !
Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !
Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !

En bon rapace nocturne, la petite Chouette effraie reste assez figée, et ses yeux, pourtant vigilants, paraissent à peine entrouverts...                                              

Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !
Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !
Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !
Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !
Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !
Chouette ! Trois jeunes effraies à l'envol !

Plus d'informations sur oiseaux.net

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations, #Actualité, #Espèces et territoires
L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant
L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant

Ce petit passereau ne figure pas habituellement dans les listes d'oiseaux familiers. Pourtant, il est peut-être tout près de chez vous, car il fréquente les milieux ouverts parsemés de buissons et d'arbres, les haies épaisses, les bois, les jardins et les parcs.

"L'Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta) est une "fauvette" de taille moyenne qui se remarque surtout à ses parties inférieures très jaunes en tous plumages. Le dessus est d'un brun assez clair nuancé de jaune ou de verdâtre suivant la lumière, avec ailes et queue plus brunes et plus sombres. L'œil est cerclé de jaune. (...)

Lorsque l'oiseau chante ou est en alerte, les plumes du front se redressent.


L'Hypolaïs polyglotte s'entend plus qu'elle ne se voit sur ses lieux de reproduction. Mais une fois son chant localisé, il est possible de trouver assez facilement le chanteur qui ne craint pas de s'exposer au sommet d'un buisson ou au bout d'une branche.

En revanche, le reste de l'activité de l'espèce, comme la recherche de nourriture, échappe à l'observation car elle se déroule au sein de la végétation ligneuse." (oiseaux.net)

L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant
L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant
L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant
L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant
L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant
L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant
L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant
L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant
L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant
L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant
L'Hypolaïs polyglotte, une marathonienne du chant

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité, #Observations
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !

Souvenez-vous : le 14 mai dernier nous avions trouvé trois petits de Hérisson commun ( Erinaceus europaeus ) élevés par leur mère dans notre pressoir. Depuis, nous n'avions pas revu la petite famille qui avait déménagé la nuit suivante. (notre avant-dernier article).

 

Hier 1er juin, une surprise au bord de la prairie la plus proche du pressoir : un jeune visiblement émancipé, qui fouine dans les herbes à la recherche de nourriture. Donc vraisemblablement sevré.

 

Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !

Si l'on va au contact, classiquement le Hérisson se met en boule.  Puis après un temps raisonnable, se remet en configuration normale.

Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !

Mais cet après-midi, nouvelle surprise : alors que l'on retrouve avec joie le petit d'hier, de grandes herbes bougent : un second petit s'y promène... ou s'y dissimule, car il est complètement caché dans cette brousse, à son échelle.

Et de deux... A quand le troisième ?

Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !
Un petit, deux petits... Ils ont bien grandi !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits

Depuis une dizaine de jours, un Hérisson commun ( Erinaceus europaeus ) s'affairait assez souvent, même en plein jour, dans les abords de la maison.
 

A deux reprises, je l'avais même vu rentrer dans la cour centrale, longer un mur derrière la végétation... Et disparaître inexplicablement au niveau d'une porte ancienne donnant sur une "grange". Je l'avais même cherché vainement dans ce local au sol en terre battue.

 

Je l'ai pris en photo de près le 4 mai d'abord...

Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits

... Puis le 8 mai. Il ne paraissait pas trop farouche.

Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits


Mais je l'ai vu aussi plusieurs autres fois, notamment assez récemment, un matin à l'aube, traversant la prairie au moment du lever du jour.


Et puis hier soir, en rangeant du matériel de la BalbuFête de dimanche dernier, dans le pressoir qui sert de dépôt pour beaucoup de choses, je soulève un vieux camouflage tombé au sol, et je découvre le "pot aux roses" : le Hérisson, certainement une femelle, s'est installée là en se glissant sous une seconde porte séparant le pressoir de la grange, puis en escaladant un rebord en brique entourant le pressoir.



C'est là qu'elle a dû mettre au monde sa portée, vraisemblablement aux alentours du 1er mai.

Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits

Spectacle "craquant", mais photos difficiles à prendre, car dans une certaine obscurité...

Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits

Surtout depuis que la mère s'est reculée, sans doute pas rassurée d'être découverte.



15 mai - 22 heures - Un petit coup d’œil sur la cachette montre que la femelle s'est absentée. Normal, c'est la nuit qu'elle cherche de la nourriture.
Les trois petits sommeillent... Sauf le plus grand qui s'est réveillé, et prétend partir en balade.
Il est rapidement remis en place, et la lumière éteinte.

 

 

Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits
Quand le Hérisson s'invite à la maison... avec trois petits

16 mai - 7h - La cachette est vide. La mère a dû estimer plus prudent de chercher une autre cachette. Sans doute pas très loin, car les petits se déplacent maladroitement et sont encore aveugles !

 

Fin de l'épisode !



Consultez l'article de Wikipédia !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations, #Actualité
Le Renard et la Bergeronnette

Premier mai - 8h 45 : Dans une atmosphère légèrement embrumée, un Renard roux (Vulpes vulpes) remonte tranquillement le sentier désert de la rive de Loire.

Le Renard et la Bergeronnette
Le Renard et la Bergeronnette

Il se met parfois en arrêt, sur le chemin ou en en sortant, sur un bruit ou une odeur...

Le Renard et la Bergeronnette
Le Renard et la Bergeronnette
Le Renard et la Bergeronnette
Le Renard et la Bergeronnette
Le Renard et la Bergeronnette

Alors qu'il s'éloigne,  un bruit volontaire de ma part retient son attention : il se met en arrêt et se retourne...

Le Renard et la Bergeronnette
Le Renard et la Bergeronnette

Une Bergeronnette grise vient alors se poser sur le chemin, juste devant lui.
 

Elle se déplace même, comme pour attirer son attention !

Le Renard et la Bergeronnette
Le Renard et la Bergeronnette
Le Renard et la Bergeronnette

Mais quand même, elle s'envole prudemment lorsque le Goupil reprend sa marche : il est réputé "omnivore" !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Portrait, #Actualité
Loriot d'Europe, le retour

A l'occasion de son retour de migration, avec des observations quotidiennes et des chants entendus notamment dans les bois à travers les micros de la BalbuCam, nous reparlons de ce très bel oiseau en reprenant son portrait (décembre 2011), complété de photos inédites.

 

110703 montage Loriot

Le Loriot d'Europe ? Un de nos oiseaux les plus charmants, dont nous vous avions promis un portrait cet été, alors qu'il se montrait chez nous avec ses juvéniles...

 

Le mâle est paré d'une belle livrée jaune d'or, avec des ailes, le dos et la queue noire.
En voici le dessin par Alban Larousse :

Loriot d'Europe - Alban Larousse

 

La femelle est plus discrète : son plumage est verdâtre tendant au jaune avec l'âge.
 

Le Loriot d'Europe - Oriolus oriolus - est donc un très beau passereau de taille moyenne, au corps élancé. Farouche et très mobile, il est souvent peu visible dans les frondaisons des arbres, lorsque sa couleur se mélange à celle des feuilles . Et quand il se met à découvert, c'est généralement tout en haut, aux sommets : trop haut pour être vraiment visible.

110729 (103)se


Heureusement, il y a un autre moyen de le "contacter" : il pratique un sifflement flûté, particulièrement reconnaissable ; un élégant "didelio" répété régulièrement, auquel on peut parfois répondre longuement, pour tenter de se rapprocher de notre ami... avant qu'il ne traverse l'espace et qu'il ne disparaisse comme un éclair !

060603--02--montage-Loriot.jpg

Quoique nommé "d'Europe", c'est bien plutôt un oiseau africain, qui nous visite d'avril à août pour sa séquence de reproduction. Cet été, les juvéniles de l'année sont apparus dans notre paysage au début août (photo de droite).

.

C'est le moment pour espérer voir la femelle sortir avec le mâle, comme ci-après, avant qu'elle ne disparaître pour assurer la reproduction de cette saison.

Loriot d'Europe, le retour

Plus de détails sur Oiseaux.com

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Observations, #Actualité
Blanche sur blanc : la Thomise homochromise !

Fleur de printemps, ce Narcisse a la particularité d'avoir une fleur intégralement blanche.
Comme vous pouvez le constater.

Blanche sur blanc : la Thomise homochromise !
Blanche sur blanc : la Thomise homochromise !

Mais il faut toujours regarder les fleurs de près, avec amour...

Ne serait-ce que pour découvrir que ces petites étamines n'en sont pas... Et que la fleur est habitée. Parune charmante araignée blanche, une "araignée crabe" Thomise variable (Misumena vatia). Une spécialiste de l'homochromie...

Blanche sur blanc : la Thomise homochromise !
Blanche sur blanc : la Thomise homochromise !
Blanche sur blanc : la Thomise homochromise !
Blanche sur blanc : la Thomise homochromise !
Blanche sur blanc : la Thomise homochromise !
Blanche sur blanc : la Thomise homochromise !

Plusieurs espèces  de Thomises sont mimétiques de diverses parties végétales (surtout les fleurs), qui leur servent de support pour la chasse à l'affût. En adoptant la couleur du substrat, ces araignées réalisent un camouflage visuel (homochromie adaptative qui prend quelques heures). Elles sont même capables d'émettre dans la gamme des UV, mimant ainsi les fleurs à étamines matures, ce qui attire plus les insectes.

Elles ont des pattes antérieures I et II plus fortes et plus longues que les postérieures III et IV et dirigées latéralement. Au lieu de la marche normale postéro-antérieure, elles adoptent une marche essentiellement latérale analogue à celle des crabes, d'où leur nom. (Wikipedia)

Blanche sur blanc : la Thomise homochromise !

Comme vous adorez les millions d'araignées qui nous entourent en occupant des niches incroyables et souvent invisibles, profitez-en pour revoir la fabuleuse saga de Barbie, la tendre et cruelle Thomise enflée !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Premières Sternes pierregarin
Premières Sternes pierregarin

La première Sterne pierregarin (Sterna hirundo) de 2018 est arrivée hier sur la Loire.


Ce matin, elle étaient deux en maraude au dessus du fleuve.

Premières Sternes pierregarin
Premières Sternes pierregarin
Premières Sternes pierregarin

Mais peu de chances de les voir posées sur les bancs de graviers ou de sable : ceux-ci sont sous l'eau depuis des mois, et le niveau n'a pas l'air de vouloir baisser rapidement.

Premières Sternes pierregarin
Premières Sternes pierregarin
Premières Sternes pierregarin
Premières Sternes pierregarin

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité, #Espèces et territoires
Promenade dans les éclosions printanières

6 avril 2018 - Après des semaines d'instabilité, il a suffi d'une journée chaude... Enfin, normale, avec un ciel limpide  presque tout le temps, et sans une seule goutte de pluie, pour que la végétation se décide, après quelques semaines d'attente, à "débourrer", à exploser, presque...

Les redoutable bosquets d'Épine noire, alias les prunelliers, marquent le paysage de blancs éclatants dans les rayons du soleil.

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

Mais la plupart des arbres fleurissent en grappes serrées, que l'on nomme "chatons", comme chacun sait.

Les Peupliers noirs étant dioïques, les spécimens mâles sot rouge cramoisi : cela crée un paysage dont, paradoxalement, la dominante n'est pas verte mais rouge...
 

(Pour tout savoir sur les chatons, allez lire notre article à ce sujet en inscrivant "chaton" dans la case de recherche)

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

Les arbres et arbustes en fleurs très colorées sont des fruitiers (Pêchers, merisiers...) ou des arbustes d'ornement (Cognassier du Japon, Forsythia...)

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

Aux Violettes succèdent les Primevères, les Muscarii, les Anémones sauvages ; et les Pâquerettes envahissent les prairies rases. Quelques timides fleurs de jardin précèdent les grandes floraisons de mai.

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

Dans ce joyeux décor, on part en promenade, on descend à la Loire pour son paysage apaisant et pour retrouver son inépuisable avifaune sauvage...
 

Devant le Mont, sept Grandes aigrettes qui peu après repartent vers le nord.

Quelques familières Aigrettes garzettes.
 

Les Mouettes rieuses qui chassent jusqu’au dessus du coteau.
 

La navigation nonchalante des Cygnes tuberculés.
 

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

On admire le vol en escadrille des inévitables Canards colverts : trois mâles en poursuite d'un femelle...

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières



Des papillons : Citron, Paon du jour, Azuré...


La première libellule « Brunette hivernale », la Sympecma fusca.

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

Et là, faute d’avoir toujours les yeux tournés vers le ciel, je manque de mettre le pied sur…

Promenade dans les éclosions printanières

… Une charmante petite Couleuvre à collier qui se réchauffe au soleil ! Laquelle profite d’un changement d’appareil photo pour filer dans l’eau et disparaître au milieu de la végétation immergée. Mais à trop regarder où je mets les pieds, j’aurais pu manquer…

Promenade dans les éclosions printanières
Promenade dans les éclosions printanières

Non, ce Balbuzard pêcheur femelle non bagué n’est pas Sylva, le direct BalbuCam sur mon portable la montre « fidèle au poste ». La promeneuse prend justement la direction du Grand Bois, et sur l’écran, on voit Reda rejoindre sa compagne sur le nid et agiter les ailes pour dissuader la passante d’avoir des mauvaises intentions.



Et puisque l'on parle d'éclosions, parlons aussi de pontes : ce matin 7 avril à 8h 55, Sylva a pondu son premier œuf tant attendu. Rendez-vous sur balbucam.fr !

Promenade dans les éclosions printanières

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>

 

Articles récents

Hébergé par Overblog