Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 10:35

110419--20--montage-Calopteryx.jpg

20/04/11 - Petit rappel à l'usage des cancres las... Les insectes sont des Arthropodes, mais tous les Arthropodes ne sont pas des insectes. Pour simplifier, comptez six pieds et  - facultativement - ajoutez deux ailes, vous êtes dans une des plus grandes sectes de la planète : celle des Insectes. Plutôt discrets à la saison froide, en phase de reproduction ou en hibernation, ils ressortent de leur néant avec les premières chaleurs.

Le groupe des Odonates, nos jolies libellules, est un des plus prestigieux de la classe. On constate l'émergence (sortie par mue de l'état larvaire) des premières espèces les plus courantes au bord de la Loire, comme les Calopteryx splendens (F à gauche, M à sa droite), Mais nous avons aussi la chance de pouvoir ajouter une 27è espèce à notre inventaire (conduit depuis 2006 par Sébastien Verneau) : la Gomphus vulgatissimus, ou Gomphe à pieds noirs, qui n'avait jamais été contactée jusqu'ici (F à droite).


110416 (79) montage insectes

Les Lépidoptères, dont les Papillons sont les représentants les plus familiers, commencent à remplir de leurs vols joyeux les espaces proches du sol et des fleurs qu'ils butinent avec leurs trompes. L'Aurore se voit déjà moins, la vedette du moment étant le spectaculaire Flammé (à droite).

Nous avons trouvé sur un amoncellement de branches coupées deux magnifiques Lucanes cerf-volants mâles (au centre) (ils peuvent atteindre 7,5 cm de long !) qui venaient sans doute de sortir de leur hibernation... Plus tôt que prévu !

Sans épuiser le sujet, saluons aussi les insectes "nuisibles" avec notamment les Moustiques qui nous harcèlent dans les bois ou près de l'eau (à gauche). Mais pas les Tiques, qui ont pourtant repris leur sale boulot : ce sont des Acariens, ils ne sont pas de la secte...

Partager cet article

12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 16:04
 

Pour la première fois, une séquence "film"  (signée Cyril Maurer) devait s'insérer dans la "Balbu-lettre" pour illustrer la saga quotidienne des Balbuzards pêcheurs Alba et Seb.

Or, si tout marchait bien sur la maquette, la vidéo semble s'être volatilisée à l'arrivée.  En attendant de résoudre l'énigme, nous invitons les abonnés à venir ici sur le blog pour lire la séquence.

 

110410--74-se-montage-Balbu.jpg

Ceux qui ne sont pas encore abonnés à la Balbu-lettre ont bien tort !  Elle diffuse presque quotidiennement la chronique des évènements qui marquent l'installation de Balbuzards pêcheurs pour leur nidification 2011 sur l'aire de Mardié-ouest. Les surprises se multiplient, et le "suspense" est permanent !  Inscrivez-vous dans la colonne de droite, faites inscrire vos proches et vos amis...

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 05:54

110410 (81) montage jacinthe

12/04/11 - Entre les tapis blancs des précoces Perce-neige et les brins de muguet beaucoup plus rares et plus tardifs, la Jacinthe sauvage déroule à sa floraison printanière, dans nos fraiches forêts, des immenses et magnifiques tapis bleus. Si denses parfois qu’on hésite à les piétiner. Elle transforme ainsi pendant quelques semaines des sous-bois ordinaires en petits paradis lumineux… où l’on aimerait s’endormir en humant un parfum plus délicat que celui de son homologue horticole.

 

Érigée sur un bulbe de la taille d’une grosse noisette, la Hyacinthoides non-scripta - appelée aussi Jacinthe des bois, scille penchée, petite jacinthe, endymion penché ou muguet bleu - est une vivace de la famille des Liliaceae haute de 20 à 40 centimètres. Ses feuilles sont dressées puis recourbées. Lors de la floraison (avril à mai), les fleurs bleu-mauve sont regroupées sur une grappe courbée qui donne à la plante l'aspect de dormir. Elles sont penchées en forme de cloche, longues de 14-18 mm.

 

Notre fleur bleue a fortement régressé ou localement disparu par excès de cueillette mais aussi en raison de la disparition des clairières, de l’hybridation fréquente avec la jacinthe d'Espagne de nos jardins (Hyacinthoides hispanica), et peut-être du réchauffement climatique. La Jacinthe des bois est pour ces raisons classée espèce protégée dans notre région Centre, et sa cueillette est à éviter.

 

Mais il ne faut pas se priver de la fréquenter, notamment dans la grande forêt d’Orléans. Par exemple, au nord-ouest d’Ingrannes, vers l’étang des Aulnes, le GR3 traverse une véritable “mer” de ces Jacinthes actuellement en fleurs.

 

Partager cet article

Publié par Jim - dans Portrait
commenter cet article
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 21:02

110328--27-se-montage-printemps.jpg

31/03/11 - S'il y a bien un oiseau qui marque le printemps, c'est le Coucou gris. Ca y est, il se fait entendre aux quatre coins du grand Bois de Latingy. Le seul problème étant que si on l'entend facilement, on le voit beaucoup moins... Et on le photographie encore plus rarement, car il préfère se poser le plus haut possible, sur la cime des arbres.

montage-fleurs.jpg

 

Quant aux fleurs, en quelques jours, elles sont sorties de partout, au sol, sur les arbustes, sur les arbres... Les symphonies de couleurs sont indescriptibles et inimitables... Venez voir sur place, c'est la seule solution !

Partager cet article

29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 15:53

110329--21-se-montage-sternes.jpg

29/03/11 - Retour d'un des oiseaux emblématiques de la Loire moyenne : la Sterne pierregarin. Quatre spécimens sont arrivés ce matin sur la pointe de l'île des Baffaits. Un Petit gravelot se trouve dans la même zone.Ils se mêlent aux colonies qui ont hiverné sur place.

On observe en haut et de gauche à droite : un Vanneau huppé ; un Grand cormoran qui "dit la messe" ; trois des Sternes, le gravelot à l'arrière ; un Chevalier culblanc ; un Chevalier aboyeur à côté d'une Sterne.

Au dessous, Mouettes rieuses et Bécassines des Marais.

Nous publierons ultérieurement un "Portrait" des Sternes pierregarin et des Sternes naines qui arriveront plus tard. En l'attendant, voici la Sterne pierregarin dessinée par Alban Larousse.

Sterne montage

 

Mais la Loire a retrouvé le plus rare et spectaculaire de ses piscivores : le Balbuzard pêcheur. Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, voilà  "Gauchette", la femelle qui a déjà rejoint l'aire située à 800 m de là dans le Grand Bois de Latingy. L'an dernier, elle avait donné naissance à deux juvéniles.

110326 (19)se

 

La voici sortant un beau poisson juste devant Le Mont, avant de retourner le consommer au Grand Bois...

110327 (15) montage prise de Gauchette red

Ce montage est extrait de la chronique "Romance à Latingy 2011" diffusée depuis une semaine via la "Balbu-lettre", où il pouvait être vu (et chargé) dans une définition bien supérieure. Déjà trois épisodes diffusés : pour ceux qui ne sont pas inscrits, faites-le rapidement pour ne pas rater l'arrivée (espérée) de "Balbulat"... et la suite haletante ! Il suffit d'inscrire votre E.mail dans la case, là juste à droite... et de valider votre demande sur le courriel de confirmation qui suivra.

Partager cet article

15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 22:54

15/03/11 - Côté températures, c’est mai en mars : alors la nature repart incroyablement vite. Après le déploiement coloré des chatons (cf. article plus haut), ce sont les bourgeons qui ”débourrent ”. Les paysages d’hiver commencent à se teinter d’un impalpable vert tendre, tandis qu’au bord de Loire, certains des grands peupliers noirs prennent leur robe rouge...une explosion de millions de fleurs !

  04032208 montage peuplier noir

Dans ce décor frémissant de lumières, les oiseaux se montrent à nouveau, et les migrateurs réapparaissent.

Vers 10h, c’est d’abord la première “alerte Babu” de la saison : le rapace, assez éloigné, disparaît vers Bou. Identification difficile, donc, mais probable à… 80%, disons. Et confirmée par un ami qui aurait vu aussi un Balbuzard pêcheur passer devant Latingy.

Puis deux vols circulaires, caractéristiques de la Buse variable :

110315 (6)

Un moment, le couple tourne au dessus de la plaine du Mont... Mais un troisième rapace se montre aussi près du Grand bois. Pas le temps de l'identifier...Un Balbuzard ? En tout cas, ce n'est pas encore l'hôte du Grand bois.

Vers 17h 30, quelques cris genre « grus » attirent l’attention. Une blague d’un célèbre imitateur, encore ?

Pas du tout, il s’agit bien d’un petit groupe de vingt Grues cendrées. Venant du sud-ouest et remontant vers l’est-nord-est, il rejoint visiblement son “couloir” habituel en direction de la grande halte du Lac de Der, où ces grands échassiers font étape par dizaines de milliers sur la route du nord..

110315 (30) montage Grues r

La formation de vol est sensiblement en V… mais un V qui se déforme dans un ballet mystérieux, jusqu’à s’étirer dans une grande ligne. Une sorte d’écriture dynamique qui court sur la page bleue du ciel. Le 4 mars 2007, un vol de cent Grues cendrées avait survolé Latingy : c’est la photo sur fond gris insérée à gauche du montage précédent.

Toutes les observations de grues cendrées peuvent être regroupées sur un seul site, où vous pourrez aussi suivre les flux migratoires :

autocollant grue

 

  http://champagne-ardenne.lpo.fr/grues/point_sur_la_migration.htm


Autres observations courantes :  

080228 (16)rr Becassinnes


- Des vols de Bécassinnes des marais, la compagnie entière rassemblant quarante oiseaux.

- Des Foulques macroules, des Grèbes castagneux.

- Les habituels Hérons cendrés et Aigrettes garzettes, Cygnes tuberculés, Mouettes et Goélands, Grands cormorans etc.

 

110315 montage grives

Et sur le coteau ou dans les bois :

- Plusieurs couples de Bergeronettes grises ; une Bergeronette printanière.

- Pics épeiche, pics verts

- Grives draine

- Geais des chênes

- Pinsons des arbres, Rougesgorges, Mésanges, Moineaux friquets etc.

 

19/03/11 - Depuis Darvoy, et dans une sombre grisaille peu propice aux observations, je vois le passage assez lointain de plusieurs centaines de Grues cendrées "en formation". Direction nord/nord-est.

 

21/03/11 - Un Epervier d'Europe se pose dans un noyer à quelques mètres de notre véranda du Mont.

Vers midi, nouveau passage de Grues cendrées, quelques dizaines en deux "V" séparés.

 

22/03/11 - A 9h50, alors que je reviens du village vers Latingy, un rapace tourne assez haut au dessus du Grand-bois. Aux jumelles, on voit qu'il porte sous lui une branche assez fournie. La silhouette et le type de vol sont plutôt ceux d'une Buse variable. Vérification faite, l'aire du Balbuzard n'a pas été rechargée.

Partager cet article

27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 14:03

Canards siffleurs en vol - Alban Larousse

Serait-ce une beauté égale à celle de la compagne d'Ulysse, ou une fidèlité aussi légendaire que celle de l'infatigable tapissière qui aurait valu son nom à l'Anas penelope ? Que nenni, c'est tout l'inverse : les grecs n'avaient pas peur, eux, de donner aux femmes des noms d'oiseaux... Et les migrations de celui-ci ont peut-être inspiré les pérégrinations du premier grand voyageur de l'antiquité.

110214 (1) montage Anas penelope

Le Canard siffleur nous rend visite uniquement en hiver, d'octobre à mars... Venu d'Écosse, de Scandinavie, d'Islande ou de Sibérie, il va séjourner généralement en France dans les grands estuaires (baie du mont-Saint-Michel, baie de l'Aiguillon, golf du Morbihan, Camargue...). Il va se nourrir particulièrement sur les grands herbus autour des lacs, dans les zones de plaine inondées ou de marais salants. Mais parfois, il affectionnera aussi la matière végétale de certains de nos étangs et des bords de la Loire. (Alban Larousse).

Très sociables, les Canards siffleurs vivent toujours en groupe hors période de nidification. Mais peuvent se mêler à d'autres espèces  d'Anatidés : c'était le cas de ceux qu'Alban nous avait fait découvrir à la mi-février.

Fiche complète sur "Oiseaux.net" : http://www.oiseaux.net/oiseaux/canard.siffleur.html

 


Partager cet article

Publié par Jim - dans Portrait
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 23:18

110213 (59)sr montage Alban Harle

12/02/11

Vous ne connaissez pas encore Alban Larousse ? Tombé dans l'ornitho quand il était petit, élève de Larigauderie et l'un des meilleurs dessinateurs naturalistes de l'hexagone (voir ses dessins dans nos albums)... Celui qui vous "croque" n'importe quel oiseau au plumage complexe tout en ne décollant pas son œil de la lunette !

Quand il est là, ça n'est pas compliqué : le nombre d'espèces présentes est multiplié par deux ! Il voit tout ce que vous n'aviez pas vu, généralement les spécimens les plus exceptionnels.

Par exemple, ici, il vous déniche des Canards aux becs bleu-gris, les Canards siffleurs, que vous distinguez  alors soudain au milieu des dizaines de Colverts que vous aviez bien vus, eux !

Voici donc ses observations, qui s'ajoutent aux nôtres (article précédent) :

Un couple de Harles bièvres

4 Canards siffleurs M et F

22 Bécassines des marais sur un ilôt. 

Et sur le coteau du Mont ou dans le Grand bois : Sittelle torchepot, Bouvreuil pivoine, Pic mar, Tarin des aulnes, Pinson du nord, Accenteur mouchet chanteur, Bruant zizi, Mésange huppée, Mésange nonnette et Mésange bleue chanteuse, Grive draine chanteuse, Grive mauvis, Grimpereau des jardins...

 

15/02/11

Une Buse au plumage très clair, en bagarre avec deux Corneilles, déboule de la plaine vers la Loire.
Même scénario le lendemain matin, avec un retour, toujours poursuivie, mais par cinq corvidés maintenant, derrière la pinède.

L'après-midi, je fais s'enfuir cette Buse dans le Grand bois près du Séquoia.

Partager cet article

6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 19:13

De nouvelles photos avec un inventaire des espèces présentes complété... Mais surtout, la mise en ligne d'un nouvel album 1d "Nature et paysages 2011". Allez le voir : Il s'enrichira au fil des jours de nouvelles vues et de nouvelles observations d'actualité, constituant ainsi pour ceux qui sont proches de Mardié une invite à venir voir par eux-mêmes (avec leurs jumelles) notre théatre permanent, scène où les décors se renouvellent à chaque heure du jour, et où les acteurs sont toujours en mouvement. La beauté est déjà présente, goûtez la !

110207 (21) deux Grandes aigrettes110207 (29)h110104 (16) montage r

4/02/11

Une compagnie de cinquante Foulques macroules.
Une vingtaine de Cygnes tuberculés, dont plusieurs juvéniles en plumage beige ; moult Canards.
Une douzaine de Grèbes castagneux.

Des colonies de Mouettes, les habituels Goélands leucophées, quelques Grands cormorans.
Une jolie compagnie de Vanneaux huppés : plus d'une centaine...
Une demi-douzaine de Hérons cendrés, une Aigrette garzette...
Et, surprise, une Grande aigrette... Non, pas une, mais deux ensemble !

Que font-elles à cette latitude, à cette saison ? La migration aurait dû les ramener en Afrique, ou au moins en Méditérannée.

Cette année, on ne peut quand même pas incriminer le réchauffement climatique...

Un Faucon crécerelle est venu aussi des bois faire un petit tour à la plage. Ca bouge !

 

Partager cet article

26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 09:00

  030303 montage perce-neige-copie-1

« J'y courus, je reconnus les perce-neige. Ils avaient pointé tous ensemble, de toutes leurs feuilles droites et pressées, une toison qui avait refoulé, submergé, çà et là transpercé les feuilles mortes dans sa poussée vers la lumière : quelques-unes palpitaient encore suspendues, embrochées par un mince poignard vert » (Maurice Genevoix).

La neige n’est pas toujours au rendez-vous en février, quand pointent ces multitudes de feuilles linéaires et de scapes   bientôt garnis de “fleurs de lait” (Galanthus), que des traditions populaires voient comme des “Gouttes de lait”… Ce sont alors leurs multitudes qui, en s’ouvrant, vont tisser de grands tapis blancs dans nos sous-bois humides, et nous donner ainsi l’illusion de la neige absente (nivalis).

Prise au détail, la petite Amaryllidacée à fleur blanche en forme de clochette a le charme simple d’une petite fiancée. Fiancée de Monsieur Printemps, mais fiancée seulement : il faudra encore attendre avec patience jusqu’à deux mois pour que le prince des saisons rentre, au son des grandes giboulées, sous la voute de notre cathédrale naturelle pour ses noces colorées.

Entretemps, nos blanches colonies  auront eu à craindre de redoutables prédateurs : des humanoïdes, qui les pillent sans vergogne en arrachant à poignées les touffes fanées, avides de tirer profit des petits bulbes : ceux-ci se revendent aux négociants… avant d'être commercialisés jusqu’à 1€ pièce ! Le souci de la préservation de la ressource étant très absent de ces razzias, l’espèce est menacée en maints endroits. Malheureusement, la toxicité de la plante ne la défend en rien face à cette menace…

 

Pour conclure, quelques lignes de poésie :
Galanthus nivalis : Plantes bulbeuses. Feuilles à base engainante, linéaires, glauques. Scapes pleins, portant des fleurs solitaires, inclinées régulières. Périanthe à 6 segments sur 2 ranges, les extérieurs, étalés, blancs, les intérieurs connivents, en cloche, plus courts, marqués de vert. Spathe formée de 6 bractées soudées. 6 étamines, épigynes. Ovaire à loges multiovulées. Style filiforme. Fruit en capsule loculicide, à 3 valves ; graines à albumen charnu. C’est pas beau, tout ça ?

Partager cet article

Publié par Jim - dans Portrait
commenter cet article

Présentation

  • : Loire & biodiversité
  • Loire & biodiversité
  • : Pour vous, nous voulons illustrer ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par des absurdes projets de déviations routières datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, alors nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !
  • Contact

Recherches

Catégories