Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 16:00

170718 (33)v

Le Martin pêcheur, que l'on voyait passer très épisodiquement, semble être de retour sur notre territoire. Et il a sans doute une bonne raison pour cela !

 

17/07/2013 - Parti au Belvédère à sept heures pour suivre Sylva à sa pêche matinale, mon oeil accroche la vision d'un point bleu sur le perchoir que j'ai construit la veille au soir, la Loire ayant enfin rejoint son étiage et dégagé l'accès à notre affût... Ainsi, dès le premier jour, c'est bon signe, mon installation a son "client".

130717 (18)ar

Chassé par une Poule d'eau, il y revient pourtant à plusieurs reprises.

 

En fin de journée, j'installe en aval de l'affût un perchoir N°2. Moins éloigné de l'affût qu'il ne l'était l'an dernier.

 

18/07/2013 - Je descends à l'affût vers 7h. L'approche précautionneuse se justifie : le perchoir N°2 est déjà occuppé !

170718 (53)r

170718 (60)a

Dessus des pattes encore noirs, dessous du bec presque tout noir : il s'agit vraissemblablement d'un jeune mâle.

Qui s'active avec plusieurs plongeons, dont un récompensé.

170718 (61)a

 

Profitant de ces occupations, j'ai installé promptement la lunette pour la digiscopie sur le perchoir N°1. Bingo ! une minute après, le pitchoun s'y rend, et y poursuit cinq minutes ses activités de pêche. Avant de disparaître.

170718 (74)se r

Suit une longue attente, bien occuppée à dégager la végétation des champs de vision, à baisser le N°1, à photographier d'autres espèces.

 

Au moment où je me prépare à "décrocher", bruyant retour sur le N°1 avec des trilles de sifflements prolongées. Bizarre !

Ce n'est plus l'oiseau tranquille de tout à l'heure : il est là à "faire le beau", à "bomber le torse" : nul doute c'est l'attitude du mâle qui cherche à séduire.      

170718 (138)se

170718 (136)se

 

La demoiselle est hélas en partie cachée par le support du perchoir. Le Martin s'en rapproche pour entamer la longue série de courbettes rituelles - à laquelle la femelle répond avec plus ou moins de chaleur... Je filme toute la scène.

170718 (161)se

170718 (162)se a

Scène qui se termine en apothéose par des envolées passionnées... Avant une nouvelle course poursuite, de nouvelles prosternations, etc.

 

Bref, la passion , chez le Martin pêcheur, n'attend pas le nombre des années.

Partager cet article

14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 11:00

Avec quelque retard, nous retrouvons au Mont, entre coteau et Loire, nos fleurs d'été familières. D'autant plus vivaces qu'elles ont été abondamment arrosées !

 

130713 (93)v mr

Cet Allium sauvage qui se resème facilement finit par constituer des jolies plaques colorées de rose. Il sent bon et attire beaucoup les petites espèces de papillons.

 

130713 (63)a m

L'épineuse Cardère sauvage, ou Chardon à foulon, déploie ses belles capitules côniques qui vont bientôt se couvrir de petites fleurs pourpre pâle.

 

130713--68-a-m.JPG

Le Jonc fleuri, ou Butôme en ombelle, fleurit uniquement sur les rives du fleuve parmi les Carex. Effet favorable de la crue, la floraison s'annonce particulièrement abondante cette année : à ne pas manquer !

 

130713 (80)v mr

L'Onagre odorante sort ses premières fleurs qui éclosent en quelques minutes à la tombée du jour. Revoir notre reportage "Magique : les belles de nuit s'éclatent !" du 04/08/12.

 

130713 (131)se mr

Enfin, la Bardane à petites têtes aura toujours le même succès ludique auprès des enfants : ses capitules disposent de crochets qui en font des boules collantes aux vêtements...

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 16:16

130709 (5)se ar

09/07/2013 - Au petit matin, perché haut sur un fond de ciel bleu, un Loriot d'Europe nous enchante à nouveau de son familier "didelio", avant de rejoindre la forêt.

 

C'est une journée "ordinaire" qui commence, la Loire ayant à peu près réintégré son étiage normal, et le temps étant revenu à des conditions de saison stabilisées.

 

Le cortège des oiseaux habitués à vivre sur le fleuve reprend doucement sa place. Un Martin-pêcheur qui longeait la forêt du Castor vire sur l'aile et s'en retourne en nous rencontrant.

130612 (95)se mp

 

Comme chaque matin, le Balbuzard pêcheur Titom vient chercher son poisson quotidien.

130708 (83)

 

Le Héron cendré, encore marqué par la longue crue, préfère rester perché sur un amas de bois.

130708 (17)se vr

 

Les grèves sableuses à la pointe de l'île des Baffaits sont occuppées d'hôtes inhabituels :

130707 (27) montage Hirondelles de rivageJPG

Une colonie d'une centaine d'Hirondelles de rivage se repose sur le sable fraîchement exondé.

 

La Bergeronette grise est encore plus nerveuse que d'habitude : elle sort un de ses juvéniles pour la première fois sur le fleuve...

130705 (151)se ar

 

En comparaison, le Vanneau huppé  est bien calme, lui, perché sur un seul pied

130708 (173)wb ar

 

Les Vanneaux ont repris position sur les îlots ou dans les eaux peu profondes avec les autres Limicoles, dont nous vous reparlerons bientôt.

130710 (19)se b

Partager cet article

7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 20:17

130707 (10)se

07/07/2013 - Le  Petit gravelot, en temps "normal", est un grand agité : il n'arrête pas de courir au bord du rivage en picorant ci et là petits crustacés ou vers. Presque impossible de lui "tirer le portrait" !

 

Mais aujourd'hui, comme beaucoup d'entre nous, c'est son premier jour des vacances : intelligement, il a choisi la Loire pour son grand calme ; il n'est plus pressé, il s'arrête pour prendre le frais sur la plage.

 

Mieux, habillé de son noeud papillon, il accepte l'invitation pour l'apéritif de deux Sternes naines...

130707 (27)se mo

 

Il faut dire que traditionnellement, les Petits gravelots se retrouvent, lors de leurs migrations nuptiales, dans les mêmes milieux que les colonies de Sternes : il est rare de voir les unes sans les autres.

 

Plus de détails sur oiseaux.net

Partager cet article

Publié par Jim - dans Portrait
commenter cet article
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 17:32

130704 (11)aa

04/07/2013 - Ce matin à 7h 20, plongeon et prise devant Le Mont. Le mâle Titom, identifiable à sa bague orange tarse gauche et à l'épaisse bande noire qui couvre ses yeux, passe le coteau à basse altitude et descend dans le Grand bois du côté du Séquoia. Mais ne s'expose pas sur l'aire pour consommer son poisson.

 

130704 (29)se vr

11h 30 : Un mâle monte la garde sur le perchoir. Il y sera encore à 18h. Il y était déjà hier en fin de matinée, malgré la pluie.

Et là, il arrangeait le bois sur la plateforme, il se toilettait au perchoir, il redescendait pour chasser une Corneille... Bref, il se comportait comme un "propriétaire" du nid.

Mais ce n'est pas Titom : il n'est pas bagué, et sa bande noire est fine, interrompue au niveau des yeux.

Tout laisse à penser que c'est à nouveau "Pieds blancs" (souvenez-vous, le mâle de 2012 revenu le premier en 2013, et revu probablement à deux reprises par la suite).

 

Il y aurait donc encore concurrence pour l'aire... Certainement en prévision de 2014...

Nous vous ferons bientôt le point de la situation dans une "Balbu-lettre".

 

Mais d'ores et déjà, nous mettons en ligne pour vous l'Album Balbulat 2013 avec environ 140 photos ! A regarder tranquillement pendant vos vacances ...

 

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 14:24

 

130610 (132)aa

10/06/2013 – Tiens, quel est donc ce curieux oiseau noir et blanc qui picore dans l’herbe rase sur la prairie du Mont …

 

… Puis qui enchaîne avec quelques acrobaties le long de piquets en bois, autour desquels il tourne comme pour se cacher ?

130610 (137)v montage b

 

 En fait, il n’est pas que noir et blanc : du rouge vif apparaît lorsqu’on voit ses sous-caudales et le bas du ventre.

130610 (138) montage

 

Bien que dans un milieu très différent, c’est à nouveau le Pic épeiche (Dendrocopos major).

En 2012, nous en avions observé sa reproduction dans le Grand bois ; il y occupait une loge creusée dans un grand Chêne ((Voir notre article "Import-export dans un trou d'arbre" du 18 mai 2012 ).

 

Celui-ci n’a pas de tache rouge à l’arrière de la calotte noire : c’est donc une adulte femelle. Le dessin d'Alban Larousse, lui, représente un mâle adulte.

Au passage, observons l’accrochage typique du Pic sur le piquet vertical : les ongles inversés sont accrochés très haut, et l’oiseau trouve un troisième point d’appui avec sa queue rigide. Ainsi peut-il actionner son marteau-piqueur pour dénicher des vers sous les écorces.

 

Le Pic épeiche est le plus répandu des Pics, mais il est peu connu du grand-public. Qui pourtant peut le rencontrer dans des milieux très différents : dans les bois, sur les prairies rases voisines, dans un jardin, dans un cerisier...

 

Les jeunes, à l’instar de certains punks, portent une crête rouge.

060529 (61)r

Et ils peuvent s’avérer facétieux, comme ces deux juvéniles qui font une longue partie de cache-cache autour d'un piquet.

070810 (116)r

 

Plus d'informations sur oiseaux.com

Partager cet article

21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 07:54

130604 (14)a mr

 

05/06/2013 – Retour sur le jour de la sortie annuelle au Mont - en passe de devenir rituelle - des enfants de la Grande maternelle de Mardié, pour des "parcours de découverte" ligériens.


130604 (8)se r

Il y a cette fois-ci environ 45 enfants encadrés par une dizaine d’adultes. Compte tenu des avatars de la météo et de la crue persistante de la Loire, non seulement les parcours sont réduits aux prairies de ce qu’il reste comme rive exondée, mais encore le fleuve est déserté par l’avifaune, pour qui l’eau est trop profonde, trop agitée et trop turbide au regard des conditions d’étiage qui lui permettent de satisfaire des besoins alimentaires variés.


Aussi l’exposition "Espèces et territoires" servira-t-elle à montrer aux enfants l’importance de la biodiversité du secteur.

130604 (16)se r


Néanmoins, sur le terrain, il y aura des sujets de réflexion, comme le vaste paysage du Val ; des observations inédites, comme celle des bébés-araignées ; et des découvertes imprévues, comme celle d’un petit gisement d’ossements de ragondins et sans doute de deux demi-mâchoires de Castor garnies de dents spectaculaires.


Mais l’attraction du jour aura quand même été la…" neige" qui tombait en abondance au pied du coteau, que le vent poussait en rafales, et que le fleuve charriait vers l’aval.

130527 (41) montage r

Laine de mouton ? Coton ? Toutes les hypothèses les plus invraisemblables sont sorties des imaginations des enfants…

… avant que leurs yeux finissent par se lever… vers le grand peuplier noir femelle entrain de lâcher ses milliards de graines (Revoir notre article "Des chatons ? Oh, que c'est mignon !").

130604 (206) montage r   

Les cosses de graines muries après fécondation bien identifiées, l’explication rationnelle du phénomène bien entendue par tous…  

130610 (173) montage r                      

… les batailles de "boules de graines" ont pu reprendre, à la grande joie des enfants ravis de retrouver la neige en juin... seulement sur certains arbres !

130610 (122)r

Partager cet article

14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 15:24

121013 (8)se r

12/06/12 - Pour notre première intrusion sur le chemin de rive de la Loire, à nouveau partiellement praticable avec la décrue, mais encore couvert de limon par endroits, nous avons droit à une belle surprise : le premier Martin pêcheur de la saison (un seul passage avait été observé en 2013, le 7 avril). Il nous file sous le nez dans le couloir, encore inondé, séparant la "Forêt du Castor" ("saulaie-peupleraie galerie" qui, aujourd'hui, a des airs de mangrove) de la végétation "ordinaire" sur la rive exondée et des grands Peupliers noirs.

De là à reprendre nos affûts traditionnels... nous en sommes très loin !

 

Comme un bonheur ne vient jamais seul, ce contact coïncide avec la réception du dernier numéro de la hulotte. Vous savez, le journal le plus lu dans les terriers : si vous ne le recevez pas déjà, il est urgent de vous y abonner, toutes affaires cessantes, sur lahulotte.fr.


Et ce numéro, le N°99, est consacré précisément au Martin pêcheur qui, vous le savez, est notre oiseau préféré, notre "chouchou" !

130500 la hulotte 99

Tous les mystères de la vie et du comportement de cet oiseau passionnant sont là, avec les fameuses illustrations de Pierre Déom et son humour savoureux. Du moins la première partie, car la suite et la fin reste à venir dans le N° 100... quand il sera prêt.

 

Profitez-en pour voir et revoir nos deux fameux albums consacrés au Martin pêcheur : le plus récent, Album 4b - Martin pêcheur 2012, et le plus complet, Album 4a - Martin-pêcheur : ils complèteront merveilleusement la lecture du journal recommandé.

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 13:28

130608 (24)ar

08/06/2013 - Après quelques jours de bonne chaleur, nos prairies calcaires se sont couvertes de fleurs en épis d'un bleu intense qui se mêlent abondamment aux herbes graminées...

060525 (07)ar

 

Il s'agit de la familière Sauge des prés (Salvia pratensis), a la fleur élégante légèrement velue et aromatique.

130609 (79)

 

Mais trois jours de soleil, c'est trop beau, c'est abusif ! Il y a donc déjà de l'orage dans l'air, on entend la menace se rapprocher progressivement.

130608--64-r-copie-1.JPG

130608 (81)r

Et la pluie se déchaîne, puis le vent et même la grêle... au milieu des éclairs et des coups de tonnerre déchirants.

130608 (38)r

 

A l'issue de ce long épisode, pendant lequel nous étions en sécurité, réfugiés à l'abri sous un toit, nous allons en clapotant dans les flaques constater le résultat :

130608 (62)montage orage

Sur le coteau de la Loire, la prairie a été écrasée par les éléments. Fièrement dressées il y a deux heures, herbes et Sauges mélangées tressent maintenant des sortes de vagues horizontales.

130609 (78)r

Dure nature : neiges, crues, tempêtes, sécheresses etc. sont "naturels". Nous n'avons ni le souci, ni les moyens d'évaluer les impacts globaux de ces épisodes violents, mais récurrents, sur la biodiversité animale et végétale. Mais nous avons encore le pouvoir de "ne pas en rajouter" avec des destructions inutiles, des pollutions irresponsables ou des jeux inconsidérés dans les milieux sensibles qui dérangent la faune et arrachent la végétation.

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 10:21

 130605 (249)ar

05/06/2013 - Vous passez vingt fois sur le chemin qui descend au Belvédère Genevoix, sans rien remarquer. Il y a bien une petite boule, genre paquet de graines, tombée dans une vague toile d'araignée...

 

La vingt et unième fois, vous effleurez la branche de chêne, et vous voyez la boule "éclater" littéralement !

130605 (365)r

Car ce n'étaient pas des graines, mais bel et bien des animaux. A regarder de plus près, il s'agit de minuscules araignées dont l'abdomen est jaune avec une tache noire à l'arrière.

130605 (365)aa

 

Sur un entrelacs de Chèvrefeuille voisin, il y a justement une autre double "nursery" de bébés-araignées :

130604 (82)r

 

Qui dit "bébés" dit "Maman" (pour nous, au moins !).

Nous cherchons donc la génitrice-nourricière de cette petite famille dans le voisinage immédiat. Serait-ce celle-ci, où l'on retrouve des couleurs jaune et noir sur l'abdomen ? 

130604 (128)ar

Il s'agit d'une  "Tétragnathe", ici en vue ventrale (Tetragnatha sp.).


Ou celle-là, à l'abdomen joliment décoré, mais sur fond blanc ? 

130605 (383)a

Ici, il s'agit d'une "araignée crabe" (famille des Thomisidae) : Ebrechtella tricupidata femelle... qui dévore lentement une autre araignée. Pas très ressemblante aux bébés.

 

Mais voici que dans la nursery, où ceux-ci se sont dispersés, apparaît une nouvelle venue : serait-ce enfin la mère, qui viendrait protéger ses petits ?

130605 (385)ar

Il s'agit maintenant d'une petite "Epeire concombre" (Araniella sp).

 

Or, vérifications faites, ces petits ne sont pas ceux de l'une des trois araignées précédentes, mais ceux de l'Epeire diadème ( Araneus diadematus). Vous savez, cette charmante araignée forestière orbitèle (c'est à dire qui construit des toiles circulaire entre deux arbres...), dont la femelle a tendance à dévorer le mâle (deux fois plus petit) lorsque celui-ci s'approche d'elle à un moment inopportun... c'est à dire à peu près tout le temps.

On nous apprend aussi que "rares sont les femelles d'araignées s'occupant de leur progéniture après la ponte." La mère indigne n'aurait donc pas traîné dans le secteur, sa recherche serait vaine ? Cela paraît confirmé si on en croit Wikipédia : "Une fois fécondée, la femelle dépose ses œufs dans un cocon protecteur avant de se laisser tomber pour mourir d'épuisement."  Mais dans ce cas, il nous faut retirer les termes " mère indigne" !

 

Epilogue :

En photographiant l'Epeire concombre au milieu de la nursery, il nous avait semblé un moment voir à travers le viseur l'adulte capturer et faire disparaître un bébé, idée monstrueuse vite repoussée...

130605 (390) ar

Pourtant, on nous dit : "C'est tout à fait possible, voire probable, la plupart des araignées n'ayant aucun scrupule à se nourrir d'autres araignées - parfois de la même espèce-."

 

 Un horrible pressentiment nous fait retourner voir le nid : il n'y reste que quelques individus dispersés.

130605 (223)ar

Et le lendemain matin, plus rien ! Alors, dévorées par l'Epeire concombre, nos petites araignées, ou parties chacune de son côté car ayant atteint la maturité ? On ne le saura jamais !


 

Merci à Sébastien Damoiseau pour son aide technique. Allez voir son remarquable blog "La tourbière de la Guette".

Partager cet article

Présentation

  • : Loire & biodiversité
  • Loire & biodiversité
  • : Pour vous, nous voulons illustrer ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par des absurdes projets de déviations routières datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, alors nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !
  • Contact

Recherches

Catégories