Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 11:00

130811 (5)

Ces jolies étoiles blanches aux grandes étamines appartiennent à la  Clématite des haies (Clematis vitalba). Plus rustique que ses cousines horticoles, cette vivace devient au fil des années une liane solide appellée aussi "vigne de Salomon", ou encore "bois à fumer" : pour nous, ce fût la première cigarette !


Comme son nom l'indique, cette liane grimpe sur les haies, parfois très en hauteur, et y fleurit abondamment de juin à août.

130815 (62)v

 

Mais elle peut aussi se développer au sol dans une prairie, et y repousser vigoureusement chaque année.

130810 (126)ar

 

Les fleurs de cette plante hermaphrodite se transforment en fruits surmontés d'appendices soyeux...

130815 (60)a

... qui persistent sous forme de panicules plumeux denses décorant joliment les buissons en hiver.

090324 (102)v

Partager cet article

13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 13:48

130811 (31)se r

10/08/2013 - Et c'est reparti pour une nouvelle crue du fleuve : Vigicrues annonce une remontée de 1,20m, heureusement ponctuelle. L'effet des gros orages qui ont traversé la France, sans nul doute. Mais trop, c'est trop !

 

L'eau a repris ses droits sur la "saulaie-peupleraie" en galerie, la "forêt du Castor", où notre affût a dû être démonté.

130811 (177)

Elle est parcourue maintenant par de magnifiques poissons nonchalants, curieux et... imprudents, car leurs prédateurs se sont aussi délocalisés !

 

Les perchoirs que nous offrions au Martins pêcheurs ont disparu du paysage.

130811 (61)r

Et au milieu de cette étendue aquatique, le minuscule pêcheur circule et cherche en vain les lieux calmes et peu profonds où, habituellement, il trouve sa subsistance.

130811 (101)ama

 

L'eau est profonde et trouble :

130812 (66)aa

le grand Balbuzard pêcheur lui-même doit se contenter d'une prise modeste, quand même la bienvenue.

 

130812 (4)ar

Salicaires et Lysimaques, en pleine floraison, se sont transformées en véritables plantes aquatiques.

 

130812 (69)ar

Sur le dernier banc de sable encore exondé, une congrégation de Mouettes rieuses, accompagnée de sa mère supérieure, l'Aigrette garzette, et de ses aumoniers, les Grands cormorans, fait des prières pour que la situation revienne très vite à la normale...

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 21:46

130809 PEP DSC 0936-1

 

09/08/2013 - 6h 45 - Pierre-Emmanuel Philippe, membre du Photo-club d'Orléans, nous a accompagné à l'affût du Martin pêcheur, affût qui ce matin-là était encore à sec : le lendemain, le retour de la crue l'aura à nouveau inondé !

 

Voici quelques belles photos, lumineuses et sympathiques, qu'il nous a confiées.

 

130809 PEP DSC 0932-1

C'est la femelle Martinette qui est venue au rendez-vous. Tranquille alors que le jour s'éclaire, elle guette quand même  le passage d'une prise potentielle.

 

130809 PEP DSC 0973-1

Après deux plongeons volontaires destinés à mouiller son plumage, elle se lance dans une spectaculaire et minutieuse toilette.

 

130809 PEP DSC 1001-1

Au passage, un grand baillement dont on attendait une pelote de rejection... qui n'est pas venue.

 

130809 PEP DSC 1010-1

Martinette reste attentive à tous les bruits qui pourraient marquer le rapprochement d'une menace.

 

130809 PEP DSC 0990-1

Tout en surveillant du coin de l'oeil tout ce qui se passe dans l'eau en dessous du perchoir.

 

130809 PEP DSC 0935-1

Il faut de très bons réflexes pour saisir le départ en flèche de l'oiseau, qui sera suivi par un bruyant plongeon.

 

130809 PEP DSC 0958-1

Martinette, à la sortie de cette tentative, s'est perchée sur une traverse basse ; mais elle songe déjà à reprendre position en haut, là où les observations sont plus faciles et où les plongeons peuvent être plus directs...

Partager cet article

6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 22:25

121010 (8)se m

06/08/2013 - 10h 48 - Comme le couple de Balbuzards pêcheurs Sylva/Titom se montre sur l'aire du Grand bois tous les après-midis, mais rarement le matin, nous tentons une approche discrète du séquoia où est installée la plateforme pour tester la présence des rapaces dans le secteur.

 

Stupeur : figée à l'orifice du nichoir installé vers le bas de l'arbre, une Chouette hulotte toute ébouriffée, comme si elle sortait de son sommeil, nous fixe avec ses petits yeux à peine entrouverts. L'air assez mécontente.

130806 (66)vr

 

Là dessus, deux Balbus détournent notre attention en sifflant tout en tournant en hauteur. Preuve de la présence discrète de nos rapaces, même le matin. Ils utilisent certainement des perchoirs extérieurs proches de l'aire pour ne pas trop s'exposer ...


Le temps de ramener le regard sur le nichoir, la hulotte s'est éclipsée ; très probablement à l'intérieur même du nichoir.

 

Après la reproduction présumée dans le nichoir situé plus au sud, cette présence prouve que les nichoirs jouent bien le rôle qui leur était dévolu : abriter les hulottes du secteur, et ainsi éviter un nouveau "squatt" de l'aire des Balbuzards par ces rapaces nocturnes. (Revoir notre article "Chouette ? La hulotte squatte chez balbulat !" du 30/04/12)

Partager cet article

4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 22:00

130804 (86)mr

04/08/2013 - 10 heures - Un banc de poissons provoque une certaine agitation entre deux îlotsde la loire. Autour d'un Héron cendré  qui guette ici une proie depuis longtemps, les Grands cormorans, utilisant quelque mystérieux réseaux sociaux, se sont progressivement réunis pour exercer leurs talents de plongeurs ; et les Aigrettes garzettes, moins avantagées par la nature, tentent à leur tour de saisir leur part du butin.

 

Mais cette fois-ci, ce ne sont pas les Cormorans, mais c'est le Héron qui tire le gros lot.

130804 (97)ar

130804 (104)a

Prudemment, il s'éloigne du groupe en tenant fermement sa proie dans son bec puissant...

130804 (106)aa

... et préfère même prendre son envol pour rechercher un coin tranquille où il consommera tranquillement son exceptionnel repas.

130804 (110)a

Partager cet article

2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 17:25

130731 (55)a

31/07/2013 - Fin de journée marquée par une remontée brusque de la Loire. Notre perchoir est encore là - il va disparaître pendant la nuit - lorsque nous allons démonter notre affût en urgence.

Ce Martin pêcheur, une femelle adulte - qui "ventile", le bec ouvert, pour mieux supporter la chaleur -, débarque sur le perchoir et nous offre un dernier aperçu de ses talents.

 

Brusque démarrage suivi d'un plongeon...

130731 (232)ar

 

... et retour immédiat avec une belle prise.

130731 (191)b

 

Mais la victime, tenue seulement par la pointe du bec, se débat pour retourner à l'eau : inhabituel, l'oiseau est obligé de s'aider du pied pour la contrôler !

130731 (198)a

 

La prise est mieux assurée, mais le poisson a glissé dangereusement vers son milieu naturel.

130731 (199)a

 

Seule solution : la technique dite "de la crêpe" : un lancer avec effet...

130731 (206)a

 

Poisson vole !

130731 (206)aa

 

Il est temps de calmer les espoirs d'évasion du poisson volant : on le frappe fermement sur le perchoir pour l'assommer !

130731 (207)a

 

Voilà une bonne chose de faite.

Ceci dit, avec ce beau morceau dans le bec, le problème n'est qu'à moitié résolu...

130731 (208)a

 

Alors : nouveau "lancer de crêpe"...

130731 (209)a

 

... histoire d'aligner la proie dans l'axe du bec et de le reprendre à plat...

130731 (212)a

 

... pour le glisser enfin par petits a-coups entre le haut et le bas du bec. La livraison est prête.

130731 (217)b

Car si notre pêcheuse avait prévu de s'alimenter elle-même, elle aurait enfilé la tête la première dans sa gorge. Tout laisse à penser qu'elle va porter le poisson à l'un de ses petits... qui doivent déjà être grands, pour pouvoir ingurgiter une telle proie.

 

Vérification immédiate : départ instantané vers le sud, vers l'autre rive du fleuve où son nid doit être creusé dans la falaise de sable.

130731 (219)a

 

La femelle sera de retour cinq minutes après, pour d'autres prises et d'autres "livraisons" similaires.

 

Alors, bientôt, sept ou huit petits Martins qui vont apparaître dans notre paysage ?

Partager cet article

30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 10:28

130729 (391)r Aeshna mixta

29/07/2013 - En fin d'après-midi, nous contactons pour la première fois l'Aeshna mixta. Elle est en chasse au bord d'un chemin sur le coteau, et se suspend discrètement dans les Genêts où elle peut être confondue avec les cosses de graines.

 

Cette découverte porte à 33 le nombre d'espèces figurant à notre inventaire.


Actuellement, les bords de Loire devant Mardié sont un bon terrain d'observation des Odonates.

130725 (122)z r

Dansles Carex (hautes herbes coupantes en touffes) et au bord de l'eau, la Calopteryx splendens continue à être l'espèce dominante numériquement, de très loin.

 

130724 (143)ar Ceragrion tenellum M

Mais nous retrouvons aussi le tout rouge mâle de Ceragrion tenellum.


La chaleur a déclenché les émergences de beaucoup d'espèces, et de nombreux individus sont encore totalement ou partiellement immatures, comme ce mâle de Platycnemis pennipes.

130725 (123)ar Platycnemis pennipes M imm

 

Plus en retrait, au chaud sur les cailloux des rives ou du chemin, se posent les Orthetrum cancellatum.

130723 (257)ar Orthetrum cancellatum

 

Enfin, sur le petit étang des bois, on retrouve des espèces spécifiques conmme l'élégante Lestes viridium.

130722 (241)v Lestes viridis

Mais aussi l'infatigable Aeschna affinis qui ne se pose jamais, ou encore la Sympetrum sanguineum, elle aussi rouge soutenu.

 

Allez les retrouver dans notre Album 2 - Libellules, avant de retourner sur le terrain...

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 06:44

130721 (516)r

130723 (22)ar

130723 (47)aa

21/07/2013 - Dès les premières lueuers du jour, Flèche bleue est à l'affût sur notre perchoir N°1 ; et plonge pour capturer la première proie de la journée.

 

 

Restant dans ce secteur qu'il semble avoir adopté durablement, il passe aussi fréquemment au N°2.

130725 (69)a

 

Le soleil projette ses premiers rayons dans l'ambiance brumeuse de la ripisylve qui entoure l'affût.

130721 (517)ar

130722 (31)r

Les saules sont envahis par une bande bruyante de Mésanges à longue queue peu farouches.

 

Un Balbuzard pêcheur se met en "vol de Saint-Esprit" juste en face de nous avant une éventuelle plongée, finalement reportée.

130720 (63)a

 

Un bruyant vol de Cygnes tuberculés le remplace dans le coin de ciel qui constitue notre champ de vision aérienne.

130722 (51)r

130724 (65)ar 1318

Elles se rendent à un grand regroupement plus en amont, avant que celui-ci ne prenne la direction de la Forêt d'Orléans.

 

Une Aigrettes garzette nous gratifie d'un magnifique ballet à la poursuite de poissons invisibles.

130722 (129)a

130718 (124)se ar

Un couple de Sternes, sans doute frustrée par l'impossibilité de nidifier en temps voulu, compense en reprenant des jeux de séduction.

 

Un Chevalier culblanc descend de son rocher pour reprendre sa recherche de nourriture.

130726 (58)se r

 

 

Mais restons attentifs, nous sommes là pour le Martin pêcheur... ou plutôt pour les Martins : Flèche bleue vient d'être rejoint par une jeune femellle. Sa soeur, peut-être : en tout cas, le mâle ne se lance pas dans des déclarations d'amour comme l'autre fois.

130722 (217)se ar

... mais poursuit ses affûts de pêche, entrecoupés de longues séances de toilette.

130722 (186)se

 

Il n'est encore que neuf heures du matin...

Partager cet article

Publié par Jim - dans Actualité
commenter cet article
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 09:38

130722 (37)a

Vous dormiriez comme ça, vous ? La Hoplie bleue (voir son portrait dans notre article La hoplie (bleue) et l'onagre (odorante) du 12/07/11), elle, n'est pas génée du tout. Mieux, vous auriez du mal à la faire décrocher de cette position stratégique qui lui permet :

1 - De bénéficier d'un confort flottant nettement supérieur à celui des matelas à ressorts...

2 - De disposer d'un toit qui l'abrite de la pluie, ou même simplement des gouttes de la rosée, comme on le voit ici.

3 - De conserver sa bonne place pour ses séances de "travail" du lendemain. Lesquelles consistent à s'exposer avec ses pattes arrières bien écartées et si possible en l'air, tout cela pour libérer des phéromones volatiles attirant à lui les femelles...

130721 (448)a

"Pour les dames, quousque non ascendam ?" se questionne la Hoplie, qui n'en a pas encore totalement perdu son latin... Mais qui n'en prend pas moins des risques insensés !

130721 (430)b

 

La Hoplie bleue peut être contactée actuellement, surtout en période d'ensoleillement, dans la végétation, et notamment dans les Carex, sur les rives exondées de la Loire.

130721 (425)a

Partager cet article

21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 17:50

130721 (52)a

Vous êtes nombreux à avoir aimé le petit Flèche bleue. Vous le retrouverez plusieurs fois dans les semaines qui viennent.

 

21/07/2013 - Tôt ce matin, notre ami passe un long moment sur le perchoir N°2. Mais le voici qui baille : s'ennuie-t-il, s'endort-il ?

130721 (62)a

 

Le baillement persiste... Et si l'on observe attentivement le fond de la gorge de l'oiseau, on ne voit pas un trou noir, mais on voit apparaître un petit volume blanc.

130721 (64)a

130721 (63)a

 

Une fraction de seconde après, une petite boule blanche tombe sur les pierres, sous le Martin....

130721 (65)a

... qui peut reprendre sa veille de pêcheur.

130721 (66)a 

 

Si vous connaissez notre  Album 4a - Martin pêcheur  et l'article-portrait du 03/03/2012 qui le présentait (Nouvel album : le martin pêcheur, 150 photos en ligne !), vous aurez reconnu une "pelote de rejection" éjectée par le bec de l'oiseau, et constituée des arêtes de poissons non digérées.

 

Pour votre information, après le départ de Flèche bleue, nous avons récupéréla précieuse pelote, laquelle heureusement n'était pas tombée dans l'eau où elle se serait disloquée. Elle ne mesure que... 8 millimètres !

130721 (47)se

Partager cet article

Présentation

  • : Loire & biodiversité
  • Loire & biodiversité
  • : Pour vous, nous voulons illustrer ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par des absurdes projets de déviations routières datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, alors nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !
  • Contact

Recherches

Catégories