Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Loire & biodiversité

Loire & biodiversité

Pour vous, nous illustrons ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par un absurde projet de déviation routière datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, et nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité

Pour ceux qui auraient manqué la magnifique exposition Alban Larousse à Mardié (ou pour ceux qui ont tant aimé qu'ils en rendemandent...), rendez vous à l'Office du Tourisme de Lorris (à une demi-heure de route de Mardié) pendant tout le mois d'août pour une session de rattrapage !

Expo Alban Larousse : session de rattrapage !

A côté de notre ornitho-dessinateur naturaliste préféré, vous pourrez même admirer les aquarelles d'un autre de nos amis et les grands clichés naturalistes de cinq photographes chevronnés. Rendez-vous à Lorris !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
La Hoplie bleue, scarabée bijou

07/08/2015 - Une Hoplie bleue (Hoplia Coeruela) mâle escalade une Jussie et vient mettre en valeur sa belle couleur métallisée azur sur le fond jaune vif d'une de ces fleurs invasives (que la sécheresse ne semble hélas pas du tout affecter...).


Nous savons (notre article La Hoplie (bleue) et l'Onagre (odorante)  du 16/06/11) que le but de la manoeuvre est d'attirer une femelle en s'exposant en hauteur, et en y diffusant des phéromones attractifs pour leurs partenaires.

La Hoplie bleue, scarabée bijou
La Hoplie bleue, scarabée bijou
La Hoplie bleue, scarabée bijou

La beauté de ce petit scarabée est fragile et passagère. La couleur spectaculaire du mâle est produite par de légères et fines squamules azurées qui recouvrent la tête, le pronotum et les élytres de l'insecte. Le moindre attouchement peut les ternir, et le moindre frottement les faire disparaître pour toujours.
La femelle, elle, est de couleur gris-brune beaucoup plus terne, et elle se remarque d'autant plus difficilement qu'elle se cache habituellement au pied des plantes.

La Hoplie bleue, scarabée bijou

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Fleur du jour : la Saponaire officinale

Rares sont les fleurs sauvages qui ont survécu à la canicule. La Saponaire officinale (Saponaria officinalis) est de celles-là... peut être parce que cette herbacée se plait dans la proximité des cours d'eau. De la Loire, par exemple : on en trouve aussi bien sur ses rives que sur ses îlots.
 

Fleur du jour : la Saponaire officinale
Fleur du jour : la Saponaire officinale

De la famille des œillets, la Saponaire peut se développer en bouquets ou en plaques foisonnantes via des rhizomes, jusqu'à devenir envahissante. Sa floraison s'étend de juin à octobre.


"Officinale", elle l'est pour ses nombreuses utilisations médicales depuis un passé lointain...  jusque dans ses recherches contemporaines.

"Saponaire" ou savonnaire, elle l'est pour ses applications domestiques : la saponine qu'elle contient dans ses sommités fleuries ou ses rhizomes en fait un substitut du savon pour des applications domestiques.

Plus simplement, on peut la faire mousser en la frottant dans ses mains mouillées.


Plus d'informations sur Wikipedia

 

Fleur du jour : la Saponaire officinale
Fleur du jour : la Saponaire officinale

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
L'Epervier harcelé

19/07/2015 - 8h 20 - Un jeune Épervier d'Europe (Accipiter nisus) s'est tranquillement installé sur un des grands peupliers du Mont. Comme ces arbres sont sans cesse visités par de nombreuses espèces d'oiseaux, notamment de passereaux, le rapace nourrit peut-être quelques espoirs... de s'y nourrir...

L'Epervier harcelé
L'Epervier harcelé
L'Epervier harcelé
L'Epervier harcelé

Mauvaise pioche ! les visiteurs sont des visiteuses peu accommodantes : trois Pies bavardes (Pica pica) qui contrôlent le territoire de manière récurrente s'invitent sur les lieux, et forcent notre Épervier à changer de poste.

Mais ça ne leur suffit pas : vols en piqués, rapprochements de plus en plus étroits, les Pies se lancent dans un harcèlement systématique de l'oiseau de proie.


Après avoir feint l'indifférence, l'Épervier finit par craquer, s'envole et part chercher un endroit plus tranquille.

L'Epervier harcelé
L'Epervier harcelé
L'Epervier harcelé

L'Épervier d'Europe se reproduit dans le Grand Bois de Latingy. Rappellez-vous l'an dernier la portée née sur un nid proche d'une allée (notre article "Epervier d'Europe : un nid et cinq petits" du 27/06/2014).

Cette année, les cris caractéristiques des adultes et des jeunes permettent de localiser le nid à une quarantaine de mètres de celui de l'an dernier. Mais ce nid n'est pas visible..

L'Epervier harcelé
L'Epervier harcelé
L'Epervier harcelé

Par contre, les adultes chassent souvent sur la Loire, et nous en voyons passer chaque jour devant nous au dessus du coteau, venant du bois : leur vols et leur silhouettes sont très caractéristiques.




Plus de détails sur  oiseaux.net

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Danger : Albathom tue les imprudentes

Ça recommence dans l'Ail des vignes ! La mort se cache sous les attrayantes fleurs roses...
 

Non, Barbie, la tendre et cruelle Thomise enflée dont les vicissitudes vous ont tenus en haleine l'été dernier (notre article "Rose Thomise Barbie - Suite 3 : La disparition... et le cocon" du 22/11/2014) ne reviendra pas : elle a disparu après sa reproduction...

 

La tueuse en série, cet été, s'est parée pour mieux tromper son monde d'un habit blanc presque virginal. C'est une Thomise variable (Minumesa vatia) femelle, et elle peut changer de couleur... mais pas pour le rose !

N'importe, son affût sous la fleur d'Ail ne manque pas d'efficacité, avec tous ces insectes butineurs qui n'ont qu'une idée : se gaver de nectars et de pollens. Sans précaution, elles passent de corolle en corolle sans vérifier que les bractées ne sont pas en réalité les pattes menaçantes d'un prédateur.

Une grosse mouche butineuse, immobile, pendouille sous une fleur. Elle a été capturée par Albathom, la Thomise blanche. Rencontre mortelle, mais bon repas pour la tueuse. Qui doit commencer par retourner sa proie pour en vider l'abdomen...

 

Danger : Albathom tue les imprudentes
Danger : Albathom tue les imprudentes
Danger : Albathom tue les imprudentes
Danger : Albathom tue les imprudentes
Danger : Albathom tue les imprudentes

Quand le jour tombe, le diptère ne doit plus peser très lourd : siphonné par son extrémité, l'abdomen est probablement déjà presque vide.

Danger : Albathom tue les imprudentes
Danger : Albathom tue les imprudentes

Et le lendemain, Albathom est à nouveau à l'affût, prêt à prendre... une libellule, un autre diptère : tout ce qui se présentera.
 

Mais ceci est une autre histoire...

 

A suivre...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Cab... Vole !

18/07/2015 - 10h 30 - Ça y est, à force de battre des ailes, de s'élever en vol quasi-stationnaire, et de traverser l'aire à quelques dizaines de centimètres au dessus du nid, l'aîné des jeunes a pris son envol : il s'est lancé dans le grand vide, a goûté à la magie du déplacement aérien, et est revenu retrouver sa petite famille en haut du Séquoia.

Cab... Vole !

Du coup, Sylva reprend ses habitudes de 2014 : elle s'installe en haut du grand Epicéa, et de là, contrôle tout. Le nid, ses perchoirs annexes, la plaine du Mont, et même la Loire.


Elle reprend même son étonnante habitude, quand elle me voit près des maisons, de décoller de son nid d'Aigle, et de venir me saluer en tournant longuement au dessus de moi...

Cab... Vole !

Récit complet à venir dès que possible dans un Balbu-infos N°4 !

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Libellules : derniers contacts

Libellule rime avec canicule... Et les émergences des odonates sont facilitées par un bon petit coup de chaud. Pour autant, rien n'indique que nos événements météorologiques actuels favorisent la reproduction des espèces déjà présentes. Tout au plus le réchauffement climatique risque-t-il de permettre l'apparition sur la Loire d'espèces jusqu'à présent plus méridionales.

 

En attendant, voici un petit état des lieux des contacts que nous avons pu avoir avec des "imagos" (libellules colorées ayant terminé le cycle de leurs transformations) en ce début d'été.


Depuis la mi-juin, on peut croiser une Aeschne mixte (Aeshna mixta, mâle, ci-dessus) qui circule en permanence dans une allée du Grand-Bois. Elle est devenue familière et se rapproche à moins de deux mètres,mais ne se pose qu'exceptionnellement... et assez haut !

Ce matin, dans une allée perpendiculaire, une Aeschne affine (Aeshna affinis, mâle) en provenance probablement du petit étang sur lequel on trouve cette espèce de façon récurrente en été. Là encore, inutile d'espérer un arrêt-pipi au sol ou sur la végétation : vous êtes condamné à la photo en vol... si ses mouvements désordonnés imprévisibles ne vous ont pas rendu fou...

Toujours dans les Anisoptères - les "grosses" libellules, nous avons une nouvelle fois rencontré l'
Ophiogomphe serpentin (Ophiogomphus cecilia, mâle, ci-dessous) au soleil sur le chemin de bord de Loire le 13 juillet. Sa présence est importante : inscrit aux Annexes II et IV de la Directive « Habitats-Faune-Flore » de NATURA 2000 et à l'Annexe II de la convention de Berne, il est strictement protégé.

 

Libellules : derniers contacts
Libellules : derniers contacts

Plus banale, mais aussi récurrente, présence dans le même contexte de l'Onychogomphe à pinces (Onychogomphus forcipatus, mâle, ci-dessus).


 

Libellules : derniers contacts
Libellules : derniers contacts

Nombreuses émergences de l'Orthétrum à stylets blancs (Orthetrum albistylum) et de l'Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum) (ci-dessus).

 

Ainsi que de Sympetrum dont l'identification précise est un peu délicate...

Libellules : derniers contacts
Libellules : derniers contacts

Quant aux Zygoptères (les petites, voire très petites libellules que l'on appelle aussi souvent "demoiselles"), elles sont présentes en très grande abondance dans les Carex et les autres végétation du bord de Loire. Mais on les rencontre aussi sur le coteau où le vent les pousse...

 

Ci-dessus, un Pennipatte bleuâtre (Platycnemis pennipes) dont les effectifs sont articulièrement importants parmi les différentes "demoiselles".

Mais depuis le début de la saison, le record de présence est certainement tenu par le
Calopteryx éclatant (Calopteryx splendens) : le mâle au corps bleu métallisé, et qui porte des taches d'un bleu très foncé sur les ailes, vous accompagnera immanquablement dans toutes vos promenades sur les rives du grand fleuve.
 

Libellules : derniers contacts

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Gambades matinales
Gambades matinales
Gambades matinales
Gambades matinales
Gambades matinales
Gambades matinales

08/07/2015 - 7h20 - Premier contact du jour : une Chevrette (Capreolus capreolus F.), visiblement le cœur léger, descend prendre le frais au bord de la Loire, avant la canicule, en gambadant sous le Belvédère Genevoix. Avec une débauche de "sauts de cabri"...


Puis elle s'arrête, hésite, probablement désorientée par rapport à son milieu forestier habituel.

 

Gambades matinales
Gambades matinales
Gambades matinales
Gambades matinales

Mais tant pis, l'aventure c'est l'aventure... Et pas de souci, la Loire est là : comment résister à son appel !

Gambades matinales

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...

Pour ne pas vous faire languir plus longtemps, voici le portrait officiel des deux jeunes, photographiés le 2 juillet depuis la tente affût. Deux : à ce jour, rien ne laisse penser qu'il puisse y avoir un N° 3, notamment au vu des nourrissages.

Il fallait, pour la suite du récit, leur attribuer des noms : nous avons choisi Cab et Mar. (Certains y reconnaîtront l'évocation de deux personnes particulièrement regrettées qui ont, hélas, fait l'actualité au début de l'année...).

 


Mais avant de les voir si bien, ces deux jeunes, nous avons dû être très patients. Première vue d'un seul poussin le 14 juin. Le 15, une tête dépasse franchement... mais une seule.

Le 16 au matin, malgré une belle lumière, aucune tête ne se montre. L'observation est ponctuée par une alerte aérienne sérieuse et prolongée : les sifflements des adultes en alerte sont autant d'instructions pour que les jeunes se planquent au fond du nid, ce qui réduit les chances de les voir pendant un bon moment.
Mais vers 17h 30, dans de médiocres conditions de lumière, ça bouge enfin sur le nid... et deux têtes s'exposent simultanément. Deux, jamais plus.

L'observation se conclut par un nourrissage qui, malgré la lumière en contre-jour, nous permet d'observer des passages de morceaux de poisson aux jeunes d'abord par Sylva, puis par Titom.

Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...

C'est sous un beau ciel bleu que, le 17 juin, nous avons enfin une vue claire de Cab et de Mar qui se montrent à plusieurs reprises, ensemble ou séparément.

Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...

Vous l'aurez compris, le sport du moment, qui demande beaucoup de patience, consiste à saisir les quelques moments où nos vedettes, vautrées au fond de la coupe du nid, sortent de leur torpeur, se dressent comme Papa et Maman, circulent près du bord du nid. Des moments encore plus rares où ont lieu les nourissages... visibles. Et les "livraisons" de poissons, sachant qu'il n'y a aucune régularité dans ces apports.



Compte-tenu de la croissance rapide des jeunes, ces moments devraient être de jour en jour plus fréquents. Mais la météo constitue un aléa supplémentaire : elle peut faire obstacle à tous ces mouvements attendus. L'an dernier, c'étaient les pluies récurrentes qui paralysaient à certains moments les occuppants du nid. Depuis le début juillet 2015, c'est au contraire le soleil écrasant de la canicule qui impose l'immobilité... sous protection des ailes déployées de Sylva.

Ailes déployées qui en plus, par moments, s'agitent en défense face à une alerte aérienne... Décidémment, l'existence des Balbuzards pêcheurs est sans doute moins "peinarde" que ce que l'on peut penser !

 

Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...

Ainsi en arrive-t-on à cet affût matinal du 2 juillet. Encore une longe épreuve de patience mal récompensée, sous le regard suspicieux de Sylva, presque permanent : malgré notre discrétion de Sioux, la finaude n'a pas manqué de flairer notre présence dans la tente ... Matinée mal récompensée, si ce n'est par un ultime quart d'heure d'exposition de Cab et Mar... au moment même où nous avions décidé de "décrocher".
 

Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...

Et sur le retour, au passage du P0, bien sûr tout s'était remis en branle après ces heures d'immobilité : retour du mâle, promenades des petits tête haute, battements d'ailes, préparatifs de nourrissage etc. Etc. Mais l'heure se rapprochant rapidement de midi...

Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...

Au lever du jour, la chaleur n'est pas encore accablante. Le 3 juillet vers 6h 30, une jolie lumière éclaire des scènes ordinaires de la vie de famille des Balbuzards. De plus en plus fréquemment, nos deux jeunes dépensent leur énergie en s'essayant aux battements d'ailes : c'est déjà leur futur qui se prépare.

Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...
Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...

Voilà, nous avons "remis les pendules à l'heure", et vous savez (à peu près) tout sur notre charmante petite famille en formation 2015 : Sylva, Titom, Cab et Mar qui, après avoir surmonté la canicule, vont entrer dans la dernière ligne droite de la reproduction. En l'occurrence celle des apprentissages de la vie adulte, qui permettront les séparations et les départs en migration vers l'Afrique...

 

 

 

Balbu-infos N°3 bis : Enfin, voici Cab et Mar...

A suivre...

Voir les commentaires

Publié le par Jim
Publié dans : #Actualité
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !

Presque deux mois sans Balbu-infos, c'est trop long, il faut l'admettre... Même si nous vous avons donné à deux reprises des nouvelles intermédiaires de l'aire du Grand Bois : le 3 juin, pour vous informer des récentes éclosions ; et le 20 juin, pour vous faire partager les visages de nos deux jeunes qui commençaient à se montrer furtivement au dessus des bords du nid.


La situation ayant beaucoup évolué, inutile de s'étendre sur les routines de la période précédant les naissances. Néanmoins, on peut s'étonner et s'amuser d'observations faites à plusieurs reprises dans les jours qui précédaient les éclosions.

Elles concernent le comportement d'un Geai des chênes qui s'est mis à harceler Sylva et Titom sur la plateforme de manière systématique. Ce sont très habituellement les Corneilles qui tournent autour des aires de Balbuzards, tentant avec une certaine prudence de récupérer des miettes de poisson, voire de taper des œufs mal protégés. Le Geai, qui est aussi un Corvidé, est certes omnivore, mais plutôt friand de glands et de faines.

Mais la motivation de notre Geai était-elle vraiment alimentaire ? On pouvait en douter à voir le caractère résolument provocateur et agressif de ses situations et de ses gestes : occupation récurrente du perchoir ou pose sur les bords de la plateforme ; attaques soudaines, sans motifs apparents, de l'un ou l'autre des adultes. Un véritable harcèlement... tombant à notre avis sous le coup de la Loi !-)

Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !

Un constat : le Geai n'a plus jamais été vu à compter du jour présumé de la première éclosion... Sans doute pas un hasard : trop c'est trop, on peut présumer qu'un petit "réglement de comptes" a pu dissuader l'insolent de continuer son manège...

Sinon, Titom a encore rapporté quotidiennement du poisson... mais du poisson pêché où ? Plus en aval, ou dans les étangs de la Forêt d'Orléans ? En tout cas, nous ne l'avons vu qu'assez rarement sur la Loire dans notre champ de vision habituel.
Et Titom a continué à rapporter du bois mort... comme s'il tenait à nous priver le plus longtemps possible de la vue de sa progéniture ! Même Sylva s'en mêle !
On ne vous racontera pas l'histoire de la branche trop compliquée, impossible à caser (même en s'y mettant à deux...), et qui fera trois fois le tour de l'aire avant de basculer vers le vide.

Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !

Les poussins... invisibles
 

C'est donc le 28 mai que nous avons observé le changement de comportement radicaldes parents, marquant la première éclosion au fond du nid. Sylva et Titom sont maintenant situés le plus souvent à mi-hauteur ou sur les bords du nid, où ils circulent aussi. De là, ils se penchent vers la coupe du nid : c'est là que cela se passe...
 

Sauf qu'on ne voit rien de ce qui s'y passe ! Quelle frustration !

Les rares nourissages que nous avons le privilège de deviner sont particulièrement énervants : Sylva est à moitié enfouie, elle nous tourne le dos, et c'est à l'autre extrêmité du nid !

Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !

Avec le rehaussement des bords du nid, il aura fallu attendre le 14 juin, lors d'une séquence d'affût dans la tente, pour entrevoir un des petits... et encore, par "transparence" dans l'entrelacs des bois morts...

Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !
Balbu-infos N°3 : Petit poussin deviendra (vite) grand !

En raison d'une petite maladresse dans les instructions de gestion du blog, cette "Balbu-info" N°3 a été mise en ligne alors même qu'elle n'était que partiellement construite. Nous avons donc choisi de la scinder en deux parties, et de vous informer de la publication de la première.

La Balbu-info N°3 bis vous parviendra dans les heures qui suivent.

 

A suivre...

Voir les commentaires

 

Articles récents

Hébergé par Overblog