Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 17:40
Les clés du spicilège 2015 (2)

Chaleur, sécheresse, voire canicule : nos prairies n'ont pas été gâtées cet été en ce qui concerne les "fleurs des champs". Pour trouver un peu de couleur dans le paysage, il fallait plutôt chercher sur les rives de la Loire où subsistaient des rosées le matin. La Saponaire officinale, par exemple, y a bien résisté à ces épisodes climatiques difficiles (notre article Fleur du jour : la Saponaire officinale du 29/07/15).

Beaucoup d'insectes sont aussi dépendants de ces floraisons. Toujours près du fleuve, nous avons retrouvé la Hoplie bleue sur la Jussie, cette plante invasive qui semble hélas increvable, qu'il gèle, qu'il fasse trop chaud ou qu'elle reste plusieurs mois sous l'eau (notre article La Hoplie bleue, scarabée bijou du 07/08/15).


Enfin, ce sont les champignons qui ont, chez nous, le plus souffert  de ces épisodes. Parmi les espèces comestibles les plus estimées, seules les Coulemelles sont sorties en nombre à la fin de l'été
(notre article Champignons : où sont-ils ? du 09/10/15).
 

Le changement de régime de la Loire nous a quand même probablement valu quelques bonnes surprises. La chasse des batraciens nombreux dans la Jussie a  probablement motivé le séjour d'une exceptionnelle durée du Héron pourpré au pied du coteau du Mont (notre article Un jeune Héron pourpré qui... kiffe Le Mont ! du 02/08/15).
 

Les clés du spicilège 2015 (2)
Les clés du spicilège 2015 (2)

Fin septembre, nous avons vu revenir notre Circaète Jean-le-Blanc à l'affût en haut d'un des grands peupliers : comme tous les ans, après la reproduction (notre article "Notre" Circaète Jean-le-blanc revient au Mont du 26/09/15). Les rapaces migrateurs, habitués des climats africains, résistent bien aux fortes chaleurs. Pas sûr qu'il en soit de même pour leurs fragiles rejetons après leurs éclosions.
 

Quant au Crapaud commun, nous l'avions surtout rencontré au fond des bois dans des endroits frais. L'un d'entre eux était cet été à notre Belvédère Genevoix.  (notre article Un mal-aimé discret : le Crapaud commun du 13/11/15).

 

D'évidence, même à un niveau exceptionnellement bas, la Loire reste avec ce réchauffement inquiétant un lieu favorisé, un refuge privilégié pour la biodiversité. Certains "responsables" devraient en prendre conscience !

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Loire & biodiversité
  • Loire & biodiversité
  • : Pour vous, nous voulons illustrer ici l'exceptionnelle biodiversité que l'on peut rencontrer près de la Loire à Mardié, et plus largement dans le Val de Loire du Loiret ; biodiversité remarquable... mais hélas menacée par des absurdes projets de déviations routières datant du siècle dernier, avec franchissements du grand fleuve. Notre association MARDIEVAL s'y oppose durablement (voir notre site http://le-castor-enerve.fr/). Nous avons entrepris de valoriser ces richesses naturelles, alors nous refusons qu'elles soient inutilement détruites !
  • Contact

Recherches

Catégories